Zambie: Natasha Wang Mwansa,18 ans, une jeune leader qui émerge en Afrique

News Portrait

Le lundi 3 juin à Vancouver, elle a reçu une standing ovation de la part de leaders mondiaux lors de son discours prononcé à l’occasion de la cérémonie d’ouverture de la conférence « Women Deliver » qui accueille près de 6000 délégués, dont plus de 1400 jeunes.

Natasha Mwansa a pris part à une table ronde en compagnie du Premier ministre canadien, Justin Trudeau, de la présidente de l’Éthiopie, Sahle-Work Zewde, du président kényan Uhuru Kenyatta, de celui du Ghana Nana Akufo-Addo et de plusieurs autres personnalités.

Avec aisance, assurance et clarté, Natasha Mwansa a invité les dirigeants mondiaux au changement notamment en ce qui concerne l’égalité des genres, le leadership des jeunes et la question de la promotion de la jeune fille qui, selon elle, est un peu laissée de côté. Sur la question du leadership des jeunes, Natasha Mwansa a été très catégorique. Pour elle, le seul moyen de bien analyser la question est de voir s’il y a suffisamment de jeunes leaders dans différents gouvernements en Afrique.

« Il est temps que les gouvernements associent les jeunes à la prise de décision. Il ne s’agit pas de faire de nous les bénéficiaires de ce dont ils estiment que nous avons besoin en tant que jeunes filles. Nous avons besoin d’actions », a-t-elle déclaré, avant d’être vigoureusement applaudie vers la fin de son discours, ponctué d’une standing ovation.

Autonomiser les jeunes

A 18 ans, la jeune zambienne a un long parcours d’activiste des droits des enfants et des femmes , principalement avec l’organisme zambien Media Network on Child Rights and Development (MNCRD). Elle a le rejoint le réseau à l’âge de 12 ans, après avoir assisté à un atelier organisé par MNCRD. Cela a été le début d’une passion pour la liberté d’expression des jeunes et l’accès à l’information liée aux droits des jeunes, à la santé et aux droits sexuels et reproductifs. Depuis lors, elle se sert des médias pour autonomiser les jeunes.

Natasha Mwansa est née et a grandi en Zambie, où elle a obtenu son diplôme à l’école secondaire de Lusaka. Elle prend une année sabbatique avant de se lancer dans de nouvelles études. La jeune fille aimerait obtenir un diplôme en communication de masse, en administration publique ou en développement, et plus tard une maîtrise en développement. Après cela, elle souhaite obtenir un diplôme en gynécologie ou en neuroscience. Jeune reporter, journaliste pour les enfants, militante des droits de l’enfant et de la femme et activiste au sein du réseau de médias sur les droits et le développement de l’enfant, elle est responsable de la collecte et de la diffusion d’informations et du suivi des progrès réalisés par les parties prenantes.

Grâce à son travail, elle a été sélectionnée pour faire partie du conseil consultatif des jeunes de la Commission de l’Union africaine. En outre, elle est également la Social Accountability Monitor du Service de diffusion sur le VIH et le sida en Afrique australe. «Je suis une militante des droits de l’enfant et je me considère également comme une activiste des droits des femmes. Je suis également une fière militante et défenseure de la santé sexuelle et reproductive », a expliqué la jeune fille à un journal zambien.

Travail avec l’ONU et l’UA

À 14 ans, dans le cadre des programmes pour la jeunesse des Nations Unies (ONU) en Zambie, Natasha Mwansa a été nommée représentante et ambassadrice de la jeunesse du Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP). En 2012, elle a été élue meilleure oratrice d’un débat provincial dans la province du Sud de la Zambie, avant d’être finaliste au concours de la présidente junior de la Zambie en 2015.

La même année, elle a été nommée ambassadrice des droits de l’enfant en Zambie pour l’Institut des médias de l’Afrique australe (MISA). Entre 2014 et 2016, elle a également dirigé le club de débat de son école. Natasha Mwansa a représenté les Nations Unies lors de différents événements, notamment pour représenter l’ONU lors du premier Parlement des femmes de la SADC, qui a eu lieu au Parlement des Seychelles en 2017. Lors de cet événement, elle a prononcé un discours liminaire sur les problèmes auxquels les filles en Afrique sont confrontées, notamment en matière de santé sexuelle et reproductive.

«ChezMedia Network, nous produisons des œuvres diffusées à la radio. Le plus important était le magazine‘ Junior Reporters ». Et, mon interaction avec l’ONU a commencé là-bas.Ils m’ont remarqué alors que j’étais candidat au poste de président junior, mais j’étais un peu trop jeune pour travailler, mais ils ont attendu que j’aie 15 ans en 2016 et mon travail officiel avec l’ONU a commencé», a-t-elle fait savoir.

Le mardi 21 mai dernier, Natasha Wang Mwansa est devenue la première jeune zambienne à recevoir le prix mondial de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Le prix est décerné à des personnes qui accomplissent un travail extraordinaire dans la promotion de la santé publique dans le monde entier.

Natasha Mwansa, qui  a reçu ce prix à l’Assemblée générale de l’OMS à Genève, en Suisse, a beaucoup travaillé sur la santé et le bien-être des adolescentes et des femmes. Elle continue à effectuer de nombreux travaux de plaidoyer et de conseil sur des questions concernant les jeunes avec des organisations telles que le Conseil consultatif de la jeunesse de l’Union africaine, Women Deliver, Safaids et ONU Zambie.

Partager
Patrick Ndungidi
Journaliste et Storyteller
https://africanshapers.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *