Adebola Williams, 32 ans, le stratège de la communication qui a fait élire 3 présidents

Tech

Le nigérian de 32 ans, expert en relations publiques, a largement contribué aux victoires électorales des présidents nigérians Goodluck Jonathan et Muhammadu Buhari ainsi que du président ghanéen Nana Akufo-Addo.

Le président ghanéen a surnommé Adebola Williams «  The man with the golden touch  ». «  Tout ce qu’il touche se transforme en or  », avait déclaré le chef de l’État ghanéen au sujet de ce stratège qui avait rejoint son équipe en 2016, réussissant à le faire élire, pour la première fois, alors qu’il se présentait à l’élection présidentielle pour la quatrième fois.

Bien avant de se tourner vers le Ghana, Adebola Williams, à la tête de StateCraft Inc, son agence de communication , a travaillé sur la campagne qui a permis à Goodluck Jonathan d’être élu président du Nigeria en 2011.  Quatre ans plus tard, il gère la communication de Muhammadu Buhari qui remporte l’élection présidentielle face à…Goodluck Jonathan, avec qui Adebola Williams avait travaillé quatre ans plus tôt.

Muhammadu Buhari, avant cette élection, avait été candidat malheureux à trois reprises, en 2003, 2007 et 2011. Les deux dernières campagnes menées par Adebola Williams pour Buhari et Akufo-Addo étaient basées sur le thème quasi classique du «  Changement  ». «  Comme les conditions étaient similaires, il était facile de reproduire un message de changement  », avait déclaré Adebola Williams au cours d’une interview, tout en reconnaissant que toutes les élections et tous les contextes n’auront pas besoin d’un message de changement, même s’il s’agit d’un mouvement mondial.

Néanmoins, avait-il affirmé, de nombreux pays d’Afrique en général et d’Afrique de l’Ouest en particulier ont soif de changement. StateCraft a également travailler pour l’homme politique Kényan Raila Odinga lors des primaires de la National Super Alliance (NASA), une coalition politique kényane de partis de centre-gauche de l’opposition qui a été créée en janvier 2017. StateCraft a positionné stratégiquement l’ancien Premier ministre Raila Amolo Odinga en tant que candidat à la présidence pour le compte de la NASA lors des élections présidentielles de 2017. Raila Odinga a remporté la candidature et s’est présenté à l’élection présidentielle d’août 2017.

Par ailleurs, en prévision des élections générales en Sierra Leone, en 2018, StateCraft a élaboré un plan stratégique pour l’ancien vice-président de la du pays Sam Sumana, qui était candidat à la présidence de ce pays d’Afrique de l’Ouest.

Adebola Williams et son équipe ont recueilli des données quantitatives à travers le pays et réalisé des enquêtes sur le paysage politique, sur la base desquelles ils ont formulé des recommandations garantissant que la candidature de Sam Sumana était prise au sérieux par l’électorat et par la classe politique en Sierra Leone.

Passionné des médias

AdebolaWilliams a toujours désiré travaillé à la télévision. À 17 ans, il a commencé à co-présenter l’émission télévisée «Youth Talk», diffusé sur le réseau national de télévision NTA du Nigeria. Deux ans plus tard, il produisait déjà sa propre émission, «Nigeria International» et «Living it», sur Mnet, en Afrique du Sud.

Il a également participé à certaines des meilleures productions cinématographiques africaines, dont le film «  93 jours  », le plus gros budget de Nollywood, un film qui raconte une histoire sur l’épidémie d’Ebola de 2014 au Nigeria et son confinement réussi par des agents de santé d’un hôpital de Lagos.

L’objectif d’AdebolaWilliams a toujours été d’utiliser les médias pour convaincre les Africains de résoudre leurs propres problèmes. Il croit que son succès avec StateCraft Inc. est dû à sa compréhension du marché des jeunes.

Création d’un réseau de médias

C’est en 2006 qu’Adebola Williams et son partenaire Chude Jideonwo, ont fondé RDC, un conglomérat de plusieurs médias axés sur la jeunesse. Le premier, RED Media Africa (RMA), une agence de relations publiques travaillant en Afrique de l’Ouest pour des entreprises, des personnalités du showbizz, des agences de développement, des PME ainsi que des institutions gouvernementales.

Parmi les clients de l’agence : Facebook, Uber, Coca cola, Ciroc de Puf Daddy, Microsoft, Ericsson, Heineken ainsi que des personnalités comme Ngozi Okonjo-Iweala (Ancienne directrice de la Banque mondiale, des personnalités de Nollywood comme Mo Abudu et Omotola Jalade Ekeinde. Le deuxième media, Generation Y  ! est une entreprise de télévision et de contenu en ligne qui publie notamment « Ynaija », l’un des journaux en ligne les plus populaires du Nigeria.

Le trosième média, « The Future Project », est une entreprise sociale qui donne comme mission de construire des citoyens autonomes en Afrique, à travers des entreprises inclusives et une citoyenneté active. The future project organise un des plus grands événements de changement social pour les jeunes d’Afrique, The Future Awards Africa.

Le dernier média es StateCraft Inc, l’agence de communication politique avec lequel Adebola Williams a fait élire président les hommes politiques pour lesquels il a réalisé les campagnes. «Nous travaillons pour changer les discours, pour façonner l’opinion, pour promouvoir un bien commun et pour inciter à l’action», a déclaré Adebola Williams lors d’une intervention.

Campagne électorale de 2011

C’est en 2011 qu’Adebola Williams est abordé par Oronto Douglas (d’heureuse mémoire), l’assistant spécial chargé de la stratégie de Goodluck Jonathan, qui lui demande, via son entreprise sociale, de convoquer de jeunes dirigeants afin de définir un programme de 20 ans pour la participation des jeunes à la fonction publique.

A la suite de cela, l’un des médias du jeune communicant a sollicité une interview exclusive avec Goodluck Jonathan, alors président par intérim, suite à l’absence prolongée du président Umaru Yar’Adua qui souffrait de problèmes de santé. Après un long silence, ils sont rappelés pour s’occuper de la campagne présidentielle de Goodluck Jonathan. Ce dernier a été impressionné par leprécédent travail d’Adebola Williams et de son équipe et a découvert qu’ils avaient également une entreprise de relations publiques.

A l’époque, se rappelle le jeune stratège, Goodluck Jonathan était le candidat du changement, qualifié par certains de «  bouffée d’air frais  ». «  Premier président de la minorité, il s’intéressait particulièrement aux arts, avait élargi l’espace d’expression de la société civile et était très passionné par l’engagement auprès des jeunes  »,se rappelle Adebola Williams.

La suite est connue. Victoire éclatante de Goodluck Jonathan avec 59% de voix. Mais, par la suite, le jeune entrepreneur se brouille avec son ancien client, déçu par des affaires de corruption liées à l’administration du président, les ravages causés par l’ascension de Boko Haram, la lente réponse face à l’enlèvement des lycéennes de Chibok, etc.Il décide de ne pas travailler à la prochaine campagne de Goodluck Jonathan.

«  Humaniser le message de Buhari  »

Quatre ans plus tard, c’est aux côtés de Muhammadu Buhari qu’on le retrouve. Il travaille désormais pour la campagne de l’adversaire de Goodluck Johnatan à la présidentielle de 2015. Adebola Williams et son agence de communication politique aident le candidat Buhari à «humaniser» son message de changement afin qu’il soit adapté aux jeunes.

Dans une interview accordée à CNN, il a expliqué que son équipe, au travers de plusieurs séances de photos et d’une campagne sur les réseaux sociaux, avait présenté le candidat comme un leader « doux » lorsque cela était nécessaire et avait forgé une « image de leader ferme » afin de communiquer ses points de vue sur la sécurité et les problèmes de corruption. Muhhamadu Buhari remporte les élections avec 53,9% de voix.

Connecter le candidat à l’aspiration populaire

Après avoir assuré la victoire de Buhari, Adebola Williams a été approché par les deux principaux partis politiques du Ghana. Il a fini par choisir de travailler avec Nana Akufo-Addo après avoir rencontré les deux principaux candidats à la présidence et examiné les tendances de l’électorat ghanéen, spécialement des jeunes. Après 3 échecs consécutifs, Nana Akufo-Addo est finalement élu président face au président sortant John Mahama.

« Permettez-moi de remercier l’équipe @StateCraftInc pour son travail acharné et son soutien sans faille lors de la campagne présidentielle qui vient de s’achever au cours des 6 derniers mois. Les jeunes africains prennent les devants. Je vous remercie », avait déclaré Nana Akufo-Addo, à l’issue de la campagne présidentielle dont il est sorti victorieux.

Le succès de ces trois campagnes présidentielles successives est très simple selon Adebola Williams . Pour ce dernier, il s’agissait d’«  aider le candidat à se connecter à l’aspiration populaire  ». «  «Sans des citoyens en colère déterminés à faire changer les choses, nous ne pouvons rien faire  », a fait savoir le stratège.

Ce dernier a été impliqué dans des célèbres campagnes sur les réseaux sociaux au Nigeria comme les hashtags #EnoughisEnough, #OccupyNigeria ou encore #BringBackOurGirls. Des campagnes, selon lui, pour «  connecter la colère et les aspirations populaires  ». Par ailleurs, a-t-il expliqué, en dehors de la communication, la persuasion et la mobilisation sont d’autres facteurs clés pour gagner des élections. « Vous avez toujours des électeurs naturels qui que vous soyez. La mobilisation aide à sécuriser ceux-ci, mais les messages aident à les rallier, à enflammer leur passion et à convaincre d’autres », a-t-il déclaré à Forbes.

Leader mondial

En 2017, Adebola Williams a participé à plusieurs conférences en Europe et aux États-Unis, notamment dans les meilleures universités de la Ivy League (groupe de huit universités privées du Nord-Est des États-Unis et les plus prestigieuses du pays) comme Harvard, Columbia, Yale et Oxford.

En outre, il a effectué un passage remarqué au sommet de la Fondation Obama, organisé en octobre 2017 à Chicago. Il a reçu une standing ovation de Barack Obama lui-même pour son intervention basée les leçons apprises dans sa carrière.

Adebola Williams a co-écrit, avec Chude Jideonwo, l’ouvrage «How to Win Elections in Africa : Parallels with Donald» publié en avril 2018. Dans cet ouvrage, ils partagent leur expérience dans la conduite de campagnes électorales, tout en faisant une analyse comparative avec l’élection à la présidence de Donald Trump.

Partager
Patrick Ndungidi
Journaliste et Storyteller
https://africanshapers.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *