Amrote Abdella

Amrote Abdella « La technologie seule ne fera pas la différence si personne ne peut y avoir accès »

Interview Tech

L’éthiopienne Amrote Abdella est la Directrice générale de Microsoft 4Afrika, une initiative de Microsoft lancée en Afrique en 2013 et qui se focalise notamment sur l’acquisition des compétences et l’accès aux technologies. Basée à Nairobi au Kenya, Amrote Abdella est une ancienne directrice associée pour l’Afrique au Forum économique mondial à Genève et ex analyste financière à la Banque mondiale à Washington. Avant de devenir Directrice générale en 2015, elle était « Director of Startup Engagement and Partnerships » pour Microsoft 4Afrika, Dans cette interview accordée à africanshapers.com, elle explique le travail que réalise en Afrique cette initiative de la multinationale américaine.

Quels sont les objectifs de Microsoft 4Afrika et en quoi consiste votre travail en tant que directrice régionale ?

Amrote Abdella : 4Afrika est le moteur de développement des affaires et des marchés de Microsoft en Afrique. Au cours des quatre dernières années, 4Afrika investit stratégiquement dans les startups, les partenaires, les PME, les gouvernements, les ISV (Independent software vendors) et les jeunes, en permettant aux Africains de façonner l’avenir de l’Afrique par la technologie. Notre objectif est de développer un accès facile à Internet, des compétences de classe mondiale et une innovation localement pertinente, afin d’accélérer la transformation numérique et le développement économique de l’Afrique. Étant donné que la technologie et, en particulier, que le pouvoir du « cloud computing » transforme rapidement nos industries et nos gouvernements, 4Afrika joue un rôle essentiel afin de garantir la bonne solution sur nos marchés. En tant que directeur régional, je travaille avec notre équipe interne en Afrique-Moyen-Orient et à l’échelle mondiale pour permettre et accélérer les opportunités de transformation numérique dans la région.

Quelle est la situation actuelle de Microsoft 4Afrika ? Quelles sont vos plus grandes réalisations ?

Amrote Abdella : certaines de nos plus grandes réalisations incluent le lancement des pilotes de 15 « TV white space connectivity » dans 6 pays à travers l’Afrique. Ces projets ont relié des écoles, des centres de santé, des universités et des PME à Internet pour la première fois. A ce sujet, avant Project Mawingu (un projet TV White Space au Kenya), par exemple, seulement 17% des adultes et 9% des adolescents dans la zone de couverture ont déclaré utiliser Internet. Il existe maintenant plus de 26 écoles connectées au Kenya rural et Mawingu Networks s’est étendue de 15 à 650 hotspots WiFi, avec 11 000 utilisateurs actifs. Au Kenya, nous fournissons l’accès à Internet pour moins de 5% du revenu moyen, ce qui correspond aux normes d’accessibilité financière de l’ONU. En dehors des TV White spaces, nous avons réussi à amener 700 000 PMEs en ligne, dont 500 000 utilisent actuellement des services cloud Microsoft. Notre 4Afrika Academy a augmenter les compétences de plus de 800 000 Africains et a fourni plus de 400 jeunes dans 20 pays avec des stages. Entre 80 et 100% de ces diplômés ont depuis trouvé un emploi à temps plein. Par ailleurs, nous avons lancé AppFactories dans 11 pays africains pour fournir aux développeurs une expérience de développement de logiciels réel.

L’une de ces AppFactories s’adresse aux réfugiés et aux demandeurs d’asile au Malawi, ce qui leur permet d’améliorer leurs moyens de subsistance. Nous avons également fourni un soutien financier et technique à plus de 82 startups locales, qui utilisent maintenant la technologie basée sur le cloud pour améliorer la qualité des soins de santé, de l’agriculture, de l’éducation et des services gouvernementaux en Afrique. Bien que nous exerçions un impact direct, ces start-ups ont, à leur tour, un impact direct sur leurs utilisateurs finaux. « Access.mobile », par exemple, est l’une des start-ups que nous avons commencé à soutenir en 2014. Aujourd’hui, leur solution est d’apporter des services de cybersanté à 100 cliniques de soins de santé en Afrique de l’Est, atteignant plus de 2 000 000 de patients. Le Centre universitaire de Tulane pour l’équité mondiale en matière de santé en Éthiopie est une autre entité que nous avons soutenue, qui fournit maintenant des services de santé numériques à plus de 3 000 cliniques. Ils utilisent la technologie comme l’apprentissage par machine pour exécuter des analyses prédictives et la surveillance des maladies. Cela se déroule dans un pays où, il y a deux ans, la majorité des documents de l’administration de l’hôpital était toujours sous format papier. Sur un autre registre, 4Afrika améliore également les vies individuelles. Il y a six mois, un jeune Kenyan nommé Gilbert Ngegtich vivait à Gataka, un bidonville à la périphérie de Nairobi. Il utilisait une salle de toilette pour les hommes à proximité pour étudier, car c’était le seul endroit avec de la lumière et une prise électrique. Aujourd’hui, en raison de notre programme de stage, Gilbert a un emploi à temps plein en tant que Cloud Engineer chez M2M Systems Limited. En juillet, il s’est rendu à Washington pour une conférence d’affaires. C’était sa première fois dans un avion…

Dans cette optique, comment Microsoft 4Afrika soutient-elle l’entrepreneuriat en Afrique ?

Amrote Abdella : l’une des principales cibles de 4Afrika sont les PME et les startups, en raison de leur capacité à stimuler la croissance économique et à créer des emplois. Notre initiative SME4Afrika réaliser beaucoup de travail pratique avec les entrepreneurs et les petites entreprises. Nous travaillons avec 1,7 million de PME à ce jour. Nous croyons au fait de donner aux entrepreneurs tout le soutien dont ils ont besoin pour réussir, dans une offre consolidée. 4Afrika offre aux entrepreneurs l’accès aux marchés, à la finance, à la technologie basée sur le cloud, à l’information, aux compétences et aux services, y compris notre Biz4Afrika Portal, BizSpark, Microsoft Virtual Academy et MySkills4Afrika. Avec ce type d’accès, les PME peuvent étendre leurs bases de clients, leur réseau, développer leurs compétences techniques et commerciales et utiliser la technologie basée sur le cloud pour moderniser leurs entreprises et leur échelle. Avec le pouvoir du cloud, les entrepreneurs peuvent utiliser les données pour prendre des décisions éclairées et mieux servir leurs clients. Notre attention a également porté sur le développement d’un écosystème durable des PME, la collaboration et l’autonomisation des organisations, des facilitateurs et des fournisseurs de services des PME. Certains de nos partenaires comprennent la Fondation Tony Elumelu et le Global Entrepreneurship Network, ainsi que les banques et les entreprises de télécommunications.

Quels sont, selon vous, les enjeux de la révolution numérique en Afrique ? Quels sont les changements majeurs qu’elle peut apporter au continent africain et aux économies ?

Amrote Abdella : l’Afrique se développe à un rythme rapide et continue de développer sa compétitivité à l’échelle mondiale. Pour le continent, être en mesure de faire partie de la révolution numérique mondiale signifie que les individus et les entreprises doivent subir un processus de transformation numérique en intégrant la technologie dans leur vie et leurs opérations. Lorsque nous permettons l’accès à la technologie et à Internet, nous sommes en mesure de nous connecter à un écosystème mondial, des solutions localement pertinentes et de donner accès à de nouvelles compétences et à des opportunités commerciales. En ce qui concerne les domaines d’intérêt, nous croyons que la révolution numérique entraînera des changements majeurs dans les soins de santé, l’éducation, l’agriculture, les services gouvernementaux et financiers. En Afrique, nous avons encore une grande partie de nos communautés qui n’ont pas accès aux services financiers, aux soins de santé et à l’éducation. Auparavant, les lacunes de l’infrastructure rendaient le changement difficile et coûteux. Cependant, avec l’adoption de la technologie, les Africains continuent d’innover autour des technologies mobiles et cloud, ce qui permet une connectivité plus facile et plus abordable à ces services. Avec des solutions comme AGIN (créées par le jeune entrepreneur Felix Musau), par exemple, les petits agriculteurs (qui représentent environ 80% des fermes en Afrique subsaharienne) peuvent maintenant utiliser leurs téléphones mobiles pour accéder des informations spécifiques à la ferme, établir un profil de crédit et se connecter à distance avec les fournisseurs de services. Cela leur permet, pour la première fois, d’accéder à des ressources comme les assurances et les petits prêts, sans jamais avoir besoin de visiter une banque.

Quels sont les pays africains où la révolution numérique est la plus remarquable ? Qu’est-ce qui justifie cela ?

Amrote Abdella : Selon la Banque mondiale, le potentiel de croissance sur le continent africain est très prometteur, avec des pays comme l’Afrique du Sud, le Rwanda, la Tanzanie, le Mozambique, la Côte d’Ivoire, la République démocratique du Congo et l’Éthiopie qui prennent l’initiative. Ce qui reste essentiel dans la conduite de cet écosystème d’innovation, c’est l’investissement dans le développement des compétences et les politiques favorables à la promotion de l’innovation. Cela inclut l’investissement dans l’infrastructure dans un certain nombre de centres et incubateurs, afin de favoriser de nouvelles idées et de développer des idées dans les entreprises par le biais d’investissements.

A ce sujet, quels sont les défis liés aux changements technologiques en Afrique ?

Amrote Abdella : les plus grands défis en matière de changement technologique sont le manque d’accès à Internet, les compétences et les solutions pertinentes sur le plan local, ce qui explique pourquoi 4Afrika se concentre sur les domaines où elle opère. La technologie seule ne fera pas la différence si personne ne peut y avoir accès ou avoir les compétences nécessaires pour l’utiliser efficacement.

Partager
Patrick Ndungidi
Journaliste et Storyteller
https://africanshapers.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *