Le sénégalais Daouda Ndiaye nommé conseiller spécial à Harvard

News Portrait

Le professeur Ndiaye est professeur de parasitologie et de mycologie, et directeur du centre africain d’excellence sur le génome et les maladies infectieuses du Sénégal, installé au sein de l’université Cheikh Anta Diop au Sénégal.

Premier africain nommé à ce poste, il est le concepteur du test de diagnostic sur le paludisme dénommé « illumigene Malaria. Sa mission consistera à proposer les meilleures stratégies en matière d’enseignement, d’innovations stratégiques et technologiques pour l’éradication du paludisme. Il a reçu la proposition d’intégrer l’université Harvard en mai dernier, lorsqu’il a été invité aux Etats-Unis, par la Fondation Bill et Melinda Gates pour discuter des grandes stratégies pour l’éradication du paludisme dans le monde.

Scientifique de haut niveau

Né à Pikine, au Sénégal, e professeur Ndiaye est détenteur d’un Doctorat Es-Sciences de l’université de Harvard, obtenu en 2007. Il est aussi titulaire d’un doctorat en pharmacie et parasitologie de l’université Cheikh Anta Diop du Sénégal, obtenu en 2000 et a bénéficié d’une bourse Fogarty pour étudier la biologie moléculaire dans le laboratoire du professeur Dyann F. Wirth à Harvard T.H. École de santé publique de Chan, au sein duquel il est actuellement chercheur invité du département d’immunologie et des maladies infectieuses. Entre 2009 et 2010, il a obtenu deux diplômes de Mycologie médicale à l’Institut Pasteur de Paris et à l’Université de Paris VII, en France.   En 2014, il a obtenu le grade de Professeur titulaire des Universités délivré à Ouagadougou, au Burkina Faso par le CAMES .

Il est également responsable des laboratoires de parasitologie de l’hôpital de recherche et d’enseignement LeDantec de Dakar, au Sénégal. Le Professeur Ndiaye dirige les activités sur le terrain au Sénégal pour un certain nombre d’institutions collaboratrices, notamment l’Université Harvard, l’Université Tulane et le Broad Institute of MIT. Il est également directeur du Centre international de recherche et de formation sur les agents pathogènes infectieux et la génomique et directeur au Sénégal de l’Initiative sénégalaise de lutte contre le paludisme.

Vaste expérience internationale

Daouda Ndiaye possède une vaste expérience des relations avec des collaborateurs et des organismes scientifiques internationaux, ayant travaillé avec des collaborateurs d’autres pays d’endémie palustre, ainsi qu’avec des partenaires en Europe et aux États-Unis..

Depuis 2017, il siège au Conseil exécutif de la Société américaine de médecine tropicale. Il est aussi conseiller technique au bureau de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), à Genève. Il y est consultant pour le compte du programme mondial de lutte contre le paludisme de l’OMS et agit en tant que conseiller technique en matière de diagnostic du paludisme, expert en résistance aux médicaments et riposte aux médicaments et membre du panel de certification de l’élimination du paludisme de l’OMS.

illumigene Malaria

illumigene Malaria est un test de diagnostic du paludisme développé par Meridian Bioscience et l’université Cheikh Anta Diop de Dakar . Il s’agit d’un test moléculaire qui s’appuie sur la technologie Loop-Mediated Isothermal Amplification (LAMP – technologie d’amplification isotherme médiée par des boucles) qui amplifie l’ADN et détecte la présence du parasite du paludisme.

La technologie LAMP étant isotherme, elle peut s’utiliser à température ambiante sans qu’il soit nécessaire de chauffer les réactifs ou le matériau objet du test, à la différence des tests de diagnostic rapide actuellement employés pour dépister le paludisme qui utilisent la technique de polymérisation par réaction en chaîne. illumigene Malaria n’a pas besoin de réfrigération.

La technologie illumigene est simple, précise et facile à utiliser ; en d’autres termes, pas besoin d’experts techniques spécialisés pour utiliser le test. Les résultats sont disponibles en moins d’une heure.

Les tests illumigene basés sur la technologie LAMP servent déjà au diagnostic de maladies infectieuses, notamment la bactérie Clostridium difficile, la coqueluche, le virus de l’herpès simplex, autant de cas dans lesquels ces tests se sont révélés très précis.

Les tests Illumigene sont autorisés et utilisés pour d’autres pathologies depuis plus de 5 ans.

Partager
Patrick Ndungidi
Journaliste et Storyteller
https://africanshapers.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *