Marché des changes : L’Afrique compte environ 1,3 million de traders

Dossiers News

Le marché des changes en pleine progression en Afrique, indique un nouveau rapport de Forex Brokers SA (South Africa), publié en décembre 2019.

Le Forex (Foreign exchange market ou FX) ou marché des changes est le marché sur lequel les devises dites convertibles (paire de devises) sont échangées l’une contre l’autre à des taux de change qui varient en permanence. On ne peut pas échanger de devises mais on achète une monnaie numérique €-$ qu’il faut ensuite revendre en euro. Il n’y a pas de conversion possible de l’euro en dollar. Le Forex est fait pour parier à la hausse ou à la baisse d’une devise face à une autre.

Un broker forex, aussi appelé courtier forex, est une société qui fournit aux traders un accès à une plateforme de trading forex qui leur permet d’acheter et de vendre des devises. Les brokers fournissent ces plateformes pour permettre aux clients d’accéder aux transactions sur le marché du forex 24 heures sur 24.

Au cours de la dernière décennie, indique le rapport de Forex Brokers SA , le secteur est passé de négligeable à une industrie à forte croissance grâce au taux élevé dse jeunes sur le continent, à la forte pénétration du mobile et aux améliorations technologiques.

Ainsi, indique le rapport, la demande de CFD et de trading Forex en Afrique croît rapidement et continuera de croître au cours des prochaines années». Les CFDs sont des contrats dérivés pour la différence qui peuvent avoir plusieurs sous-jacents (comme des actions, des indices, des crypto monnaies ou matières premières).Un CFD est un moyen de spéculer sur la baisse des marchés financiers.

L’Afrique, fait savoir le rapport, compte environ 1,3 million de traders, dont 390 000 au Nigeria et en Afrique du Sud, qui sont les deux plus grandes économies africaines. La tendance croissante de la demande commerciale, explique-t-on, est visible dans de nombreux pays africains, principalement – Afrique du Sud, au Nigeria, au Kenya, en Égypte, en Tanzanie, en Namibie et en Angola; où il y a eu un intérêt croissant pour le trading de forex et de CFD parmi les investisseurs débutants.

Le rapport indique que même les investisseurs et les traders expérimentés en Afrique montrent maintenant leur intérêt pour les plateformes CFD et forex en ligne en tant qu’instrument d’investissement alternatif sur les actions, les options et les contrats à terme sur les bourses locales, car ces plateformes offrent une plus grande variété d’instruments que les bourses locales, sont ouvertes 24 / 7 et offrent un accès direct aux marchés mondiaux.

L’Afrique du Sud et le Nigeria dominent la demande

L’Afrique du Sud est le leader du marché en Afrique en termes de volume d’échange de devises quotidiennes. Le marché sud-africain est très réglementé avec plus de 1 000 entités financières enregistrées sous l’autorité de régulation du marché FSCA(Financial Sector Conduct Authority). Le rand est également la monnaie la plus échangée en Afrique et la 18e monnaie la plus échangée au monde

Le FSCA, fait-on, savoir a fait beaucoup pour améliorer le paysage financier en Afrique du Sud en surveillant le secteur, de manière proactive, et en éduquant les investisseurs. Cela a eu un impact positif sur la confiance et la demande des investisseurs locaux.

Le chiffre d’affaires du trading de devises sur le marché des changes en Afrique du Sud était d’environ 21 milliards USD par jour en 2016 et 20,37 milliards USD en 2019, selon les données de chiffre d’affaires net brut de la BRI (Bank of International Settlements).

Ces données incluent la demande de trading FX de SA pour toutes les paires de devises, y compris le dollar américain et le Rand sud-africain. La bourse locale Johannesburg Stock Exchange (JSE) qui propose des contrats à terme et des options sur le Rand et d’autres devises africaines a indiqué que le volume de négociation du Rand était respectivement de 89,7 milliards de Rand et de 72,1 milliards de Rand en décembre 2017.

De plus, le dépôt moyen des traders sud-africains était également le plus élevé du continent, à savoir: environ 742 $ USD par trimestre auprès des courtiers CFD selon les données de la société d’analyse commerciale CPattern. Et il existe environ 190 000 traders FX actifs en Afrique du Sud.

D’autres grandes économies africaines comme le Nigeria et le Kenya, indique le rapport,sont très en retard en termes de volume et de demande.

Le Nigeria est le deuxième plus grand marché Forex en Afrique avec 200 000 traders actifs et un volume de change quotidien d’environ 315 millions USD et il est susceptible d’augmenter encore plus à l’avenir. CPattern a révélé qu’en moyenne, les traders nigérians ont déposé environ 514 $ par trimestre auprès des maisons de courtage de détail en utilisant leurs rapports, et ils se sont classés au deuxième rang en termes de taille des dépôts en Afrique.

Le Kenya avait un volume quotidien moyen estimé à environ 192 millions de dollars US avec 50 000 négociants en devises actifs. Ces traders auraient déposé en moyenne 363 $ USD par trimestre en 2019 selon CPattern. Il y a également une augmentation significative de la demande parmi d’autres pays africains principalement la Tanzanie, le Botswana et la Namibie selon Google Trends.

Les maisons de courtage étrangères surveillent cette demande croissante

Pour exploiter l’intérêt et la demande croissants, de nombreuses nouvelles maisons de courtage s’ouvrent en Afrique – à la fois d’origine locale et étrangère.

Selon le rapport, les courtiers CFD populaires en Afrique offrent de nombreuses options en termes de choix d’instruments et de plates-formes, facilité d’utilisation, frais peu élevés et accès au marché mondial. Ils offrent des plates-formes sur mobile, Web et bureau pour l’ouverture, la surveillance et la clôture des transactions et des flux d’actualités du marché en direct intégrés dans toutes leurs plates-formes. Des mesures réglementaires strictes en Europe, en Australie et au Royaume-Uni ont conduit les courtiers FX et CFD à rechercher d’autres emplacements pour configurer les opérations; et l’Asie et l’Afrique sont devenues leurs principales priorités.

L’Autorité européenne des marchés financiers (ESMA) en 2018, a mis en place une réglementation en Europe limitant l’effet de levier et restreignant la commercialisation des CFD, citant les risques financiers pour les investisseurs de détail. Des restrictions similaires ont été imposées par la FCA du Royaume-Uni et l’ASIC de l’Australie. L’objectif semble limiter le paysage du Forex à quelques maisons de courtage qui mettent davantage l’accent sur les clients institutionnels ayant une expérience dans le trading de CFD et FX.

Cette décision a considérablement augmenté les coûts opérationnels et de conformité pour les courtiers réglementés FCA, ASIC et européens et a également affecté leurs bénéfices en raison de volumes de négociation plus faibles; ces courtiers se tournent donc vers de nouveaux marchés en Afrique et en Asie, où les restrictions sont pour le moment moins importantes et le potentiel de croissance énorme.

En Afrique, la demande croissante et les coûts opérationnels beaucoup plus bas ont motivé de nombreux courtiers internationaux comme ForexTime, IG Markets, Hotforex, CMC Markets, EGM Securities, Tickmill etc.

L’Afrique du Sud, indique le rapport, est le principal bénéficiaire de ces changements, car elle dispose d’un régulateur de confiance solide, à savoir la Financial Sector Conduct Authority (FSCA); et les courtiers forex étrangers qui sont réglementés par le FSCA sont en mesure de cibler les clients d’autres pays africains grâce à leur réglementation SA, tandis que certains de ces courtiers donneraient également à leurs clients européens la possibilité de s’inscrire au titre du FSCA sud-africain pour offrir un effet de levier plus élevé.

En raison de l’indisponibilité des réglementations locales sur les produits dérivés dans de nombreux pays africains, les courtiers renforcent souvent la confiance parmi les traders africains avec leur licence FSCA sud-africaine, et en offrant un support local, des dépôts et des retraits locaux, des comptes en monnaie locale pour les traders de tous types, une variété de plateformes de trading et de nombreux actifs à négocier, y compris les CFD, les actions, les indices et les matières premières; cela a attiré de nombreux nouveaux traders vers le commerce en ligne.

La régulation des marchés est un défi dans la plupart des pays africains

Par ailleurs, indique le rapport, a réglementation du marché est le plus grand défi qui puisse entraver la croissance de l’industrie des changes en Afrique.

La plupart des pays africains n’ont pas de réglementation locale pour le forex et les CFD, ce qui a rendu l’environnement dangereux pour les investisseurs et les traders de ces pays. En outre, les systèmes de Ponzi ont nui au sentiment des investisseurs.Un système de Ponzi est un montage financier frauduleux qui consiste à rémunérer les investissements des clients essentiellement par les fonds procurés par les nouveaux entrants.

En termes de régulation des marchés, le FSCA sud-africain est le régulateur de marché le plus fiable du continent. L’Afrique du Sud est le marché le plus mature pour le FX en Afrique avec une réglementation stricte, bien qu’elle ne soit pas comparable aux régulateurs européens comme l’ESMA & FCA ou l’ASIC australien.

Le rapport indique qu’il y a eu quelques améliorations et de nouvelles réformes récemment par le FSCA en termes de leur nouveau régime de licences qui sont conformes aux normes internationales comme – la déclaration obligatoire des transactions pour les fournisseurs de dérivés OTC qui vise à organiser les fournisseurs de CFD; ainsi, le secteur semble évoluer dans une direction positive.

Alors que la plupart des autres pays d’Afrique n’ont pas de régulateur de marché dédié, ce qui représente un défi pour les investisseurs du continent.

En Afrique de l’Est – le régulateur kenyan CMA (Capital Markets Authority), contrôlé par la banque centrale du pays, a récemment commencé à réglementer le secteur des changes. Comme la réglementation est nouvelle et relativement non testée avec seulement 2 courtiers réglementés à l’heure actuelle, il y a beaucoup de possibilités d’amélioration.

La Tanzanie, par le biais de la Banque centrale, resserre également progressivement sa réglementation en visant une plus grande transparence des transactions sur le Forex. Récemment, le pays a annulé les licences de nombreux bureaux dans le but d’écarter tous ceux qui ont enfreint les lois, mais l’industrie des FX en ligne n’est toujours pas réglementée.

En Afrique de l’Ouest – le Nigeria, qui est le deuxième plus grand marché de devises dans le contenu, n’est toujours pas réglementé en ce qui concerne le commerce de forex.

Selon le rapport, la Securities and Exchange Commission du Nigeria pourrait être en train de mettre en place à l’avenir un cadre qui apparaît dans son avis public de 2018, bien qu’il ne soit pas clair pour l’instant. Jusqu’à ce qu’il y ait une réglementation appropriée, les traders au Nigeria travaillent à leurs risques et périls en ce qui concerne la sécurité de leurs fonds.

En Afrique australe – la Namibie a également resserré ses règles récemment en n’autorisant les traders de détail à commercer qu’avec des revendeurs agréés (Ads) tels que les banques commerciales et les revendeurs agréés autorisés avec une autorité limitée (ADLA) ou des bureaux de change approuvés par la Bank of Namibia.

Le rapport indique que la plupart des pays africains sont à divers stades initiaux de formulation de la réglementation, à l’exception de l’Afrique du Sud. Par conséquent, les escroqueries sont plus fréquentes dans les pays où les marchés ne sont toujours pas réglementés.

Le manque d’éducation et de sensibilisation aux risques encourus est également un facteur limitant de la croissance du secteur. Les programmes Pyramid qui sont commercialisés pour apporter des rendements faciles aux investisseurs, ont suscité des craintes chez les investisseurs et ont nui à la réputation de l’industrie.

Pour contrer le manque de sensibilisation, les principaux régulateurs du marché et ses courtiers réglementés en Afrique ont commencé à offrir des ressources éducatives sur leurs sites Web, qui sont gratuites pour tous les investisseurs. Cela devrait aider davantage d’investisseurs débutants à comprendre les risques encourus et à négocier de manière responsable, fait savoir le rapport.

En outre, explique-t-on, de nombreux séminaires et communautés de sensibilisation des investisseurs ont commencé à voir le jour et cela devrait certainement aider les investisseurs de détail et accroître la sensibilisation globale.

Patrick Ndungidi
Journaliste et Storyteller
https://africanshapers.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *