USA: Lisa Angeline Cooper nommée directrice de l’Institut de santé urbaine de l’université Johns Hopkins

News Portrait

Originaire du Liberia,où elle est née et a passé une partie de son enfance, ses recherches se focalisent sur la relation médecin-patient et sur la façon dont le genre, l’origine ethnique et le facteur racial dans les soins aux patients. Elle met l’accent sur l’équité dans le domaine de la santé pour les groupes les plus vulnérables de Baltimore.

L’Université américaine Johns Hopkins,située à Baltimore, est en première ligne sur les statistiques liées au Coronavirus à travers le monde.Sa cartographie de la pandémie à travers le monde reçoit plus d’un milliard de visites par jour,selon ses concepteurs.

Lisa Angeline Cooper est professeure distinguée Bloomberg dans les écoles de médecine,de soins infirmiers et de santé publique de l’université John Hopkins et de l’institut de santé urbaine de Johns Hopkins, qui totalise 20 ans. Une chaire Bloomberg (Bloomberg Distinguished Professorships, professeur émérite Bloomberg) désigne une des cinquante chaires créées dans le cadre d’un investissement de 350 millions de dollars par Michael Bloomberg, à l’université Johns Hopkins en 2013.

Sous la direction de de Lisa Cooper, explique-t-on, l’Institut recadrera son objectif de faire progresser la santé et l’équité en matière de santé à Baltimore, une mission opportune étant donné la menace actuelle du coronavirus à notre dans la ville, a déclaré le prévôt Sunil Kumar.

Avant sa nomination,effective depuis le 15 avril,le Dre Cooper dirigeait le Centre pour l’équité en santé (Center for Health Equity) de l’école de médecine de l’université John Hopkins,dont elle est également la fondatrice. Avec son équipe transdisciplinaire, composée notamment de plus de 40 professeurs dans les écoles de santé publique, de médecine et de soins infirmiers, elle travaille avec des intervenants des soins de santé et de la communauté pour mettre en œuvre des essais cliniques rigoureux, en identifiant les interventions qui atténuent les disparités raciales et de revenu dans les déterminants sociaux et les résultats pour la santé. Le Centre offre également une formation à une nouvelle génération de spécialistes de l’équité en santé et plaide pour le changement social auprès des décideurs. Elle a travaillé avec Joshua Sharfstein, vice-doyen de la pratique en santé publique à la Bloomberg School of Public Health;Amy Gawad, directrice exécutive de l’institut; un comité de pilotage;et d’autres à travers l’institution et la ville pour définir une nouvelle vision pour l’Institut de santé urbaine.

Trois objectifs généraux

Sous la direction de Lisa Cooper, l’institut se concentrera sur trois objectifs généraux : Faciliter et reconnaître les collaborations entre les communautés, les universités, les systèmes de prestation de soins de santé, le gouvernement et le secteur privé pour renforcer la capacité collective d’atteindre l’équité en santé à Baltimore; mobiliser des ressources à l’appui de stratégies prometteuses pour réaliser des gains substantiels dans la santé et le bien-être des résidents de Baltimore ; et Promouvoir le dialogue, la compréhension et la confiance entre les praticiens, les chercheurs, les éducateurs, les universitaires, les dirigeants communautaires, les défenseurs et les résidents, pour créer des voies d’accès à la santé, au bien-être et à la justice sociale à Baltimore.

Médecin pionnière à Baltimore

Née au Liberia, en 1963, d’une mère bibliothécaire et d’un père médecin, Lisa Cooper a fréquenté une école internationale au Liberia jusqu’à son adolescence et un internat international à Genève, en Suisse, pour ses deux dernières années de lycée avant de se rendre aux États-Unis pour intégrer l’université. Elle détentrice d’un B.A. en chimie de l’université Emory et d’un doctorat en médecine de l’université de Caroline du Nord à Chapel Hill. Elle a terminé son stage et sa résidence en médecine interne à l’university of Maryland Medical Center. Elle a reçu son Master en santé publique (Master in Public Health). de la Johns Hopkins Bloomberg School of Public Health, tout en suivant une formation postdoctorale en médecine interne générale à la Johns Hopkins School of Medicine.

Médecin interniste général,épidémiologiste social et chercheuse dans les services de santé, le Dr Cooper a été l’un des premiers scientifiques à documenter les disparités dans la qualité des relations entre les médecins et les patients des groupes socialement à risque. Elle a ensuite conçu des interventions innovantes ciblant les compétences en communication des médecins, les compétences d’autogestion des patients et la capacité des organisations de soins de santé à répondre aux besoins des populations confrontées à des disparités en matière de santé.

Le Dr Cooper,explique-t-on, continuera de diriger le centre, qui sert de modèle pour les partenariats communauté-université dans les villes présentant des disparités de santé similaires aux États-Unis et dans le monde. L’institut et le centre, qui a célébré totalisé 10 ans cette année, travailleront ensemble pour créer des synergies à Baltimore afin d’améliorer leur portée et leur impact dans la promotion de la santé et de l’équité en santé à travers la ville. L’institut bénéficiera également de l’approche rigoureuse du centre en matière de recherche et d’éducation participative à base communautaire et de son expérience dans la traduction des résultats de la recherche en pratique et en politique.

Scientifique multi-primée

Le Dr Cooper a reçu plusieurs prix pour son travail de pionnier. Il s’agit notamment d’une prestigieuse bourse MacArthur 2007, élue membre de la « National Academy of Medicine », de l’ »American Society for Clinical Investigation », de l’ »Association of American Physicians » et de la « Delta Omega Public Health Honor Society ». Elle a été inscrite à plusieurs reprises sur la liste des 1% les plus cités de Thomson Reuters pour les sciences sociales.

Par ailleurs, le Dr Cooper a reçu le « George Engel Award » de l’ American Academy on Communication in Healthcare , le « James D. Bruce Memorial Award for Distinguished Contributions to Preventive Medicine » de l’American College of Physicians, le « Herbert Nickens Award » de l’American Association of Medical Colleges pour des contributions exceptionnelles à la promotion de la justice sociale dans l’éducation médicale et l’équité en matière de soins de santé, et le prix Helen Rodriguez-Trias de justice sociale de l’American Public Health Association.

Dans le domaine du mentorat, le Dr Cooper a reçu le prix David M. Levine d’excellence en mentorat du département de médecine, le prix de parrainage de la Women’s Task Forde du département de médecine, le prix du vice-doyen pour l’avancement des femmes en Science, le premier prix du recteur pour l’excellence en mentorat du corps professoral et le premier prix du recteur pour l’excellence en diversité.

Le Dr Cooper a également été reconnue par plusieurs organismes communautaires, dont l’American Heart Association, l’Associated Black Charities, la Monumental City Medical Society et la Maryland Mental Health Association pour son engagement communautaire et son plaidoyer pour lutter contre les disparités en matière de santé.

En 2011, le Dr Cooper a été nommée par l’ancien maire de Baltimore et gouverneur du Maryland, Martin O’Malley, au Maryland Health Care Quality and Costs Council,où un groupe de travail spécial sur les disparités a formulé des recommandations menant à l’adoption de la Maryland Health Improvement and Disparities Reduction Act de 2012. Elle a témoigné aux audiences du Congrès américain sur les disparités en matière de santé, la diversité du personnel de santé, la formation aux compétences culturelles des professionnels de la santé et le financement de la recherche biomédicale.

Patrick Ndungidi
Journaliste et Storyteller
https://africanshapers.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *