Nigeria : Imoleayo Adebule, 30 ans, 2ème femme et plus jeune pilote en chef de l’histoire de l’aviation

Portrait

Elle a été nommée le samedi 12 janvier pilote en chef d’Aero Contractors, la même compagnie aérienne qui, plus de dix ans plus tôt, a accepté de financer le coût élevé de ses études de pilote alors que la jeune femme cherchait désespérément les moyens de financer ses études. Imoleayo Adebule travaille évidemment pour Aero Contractors depuis 10 ans et 5 mois.

Cette nomination fait d’elle la deuxième femme et la plus jeune pilote en chef de l’histoire de l’aviation au Nigeria. Capitaine depuis 10 ans, elle pilote actuellement le Boeing 737, le Bombardier Q400 et a également piloté les Bombardier Q100 et Q300. Les pilotes en chef sont responsables des pilotes d’une entreprise et des différentes activités liées à leur métier notamment la planification, la formation, les vols ou encore des décisions disciplinaires.

Une surdouée

Diplômée du Nigerian College of Aviation Technology, situé dans la ville de Kaduna au Nigeria, imoleayo adebule  a figuré parmi les meilleurs de sa promotion. Née le 25 septembre 1988 à Kaduna, cette surdouée a fini ses études secondaires à l’âge de 15 ans au Collège royal de Kaduna. Aucune université n’a voulu l’inscrire à cet âge et elle a dû attendre 3 ans. C’est pendant qu’elle cherchait à être admise au sein d’une université qu’elle a entendu parler d’un cours d’ingénierie dispensé au collège nigérian des technologies de l’aviation, à Kaduna, via un ami qui y travaillait. Mais, il s’y est prise en retard car les inscriptions étaient clôturées.

Elle a dû attendre un an de plus pour s’inscrire à l’autre cours disponible, à savoir le pilotage standard. L’inscription y a été très sélectif. Sur 140 personnes qui ont participé à l’entretien, seules 10 ont été sélectionnées. « Le QI d’un pilote doit être à un niveau particulier. Si vous ne pouvez pas atteindre ce niveau, vous ne pouvez pas devenir pilote », a-t-elle fait savoir au site nigérian bellanaija.

Financer les études, un casse-tête

Après avoir franchi l’obstacle de l’admission , Imoleayo Adebule a dû faire face à un autre défi: collecter des fonds pour payer ses études. L’entretien s’est déroulé en novembre et les cours devaient commencer en avril. Elle disposait donc d’environ cinq mois pour collecter les fonds. Pour ce faire, elle a rédigé des centaines de lettres à différentes compagnies aériennes et à plusieurs institutions ainsi qu’à l’Etat de Kaduna…sans succès. Cependant, un de ses instructeurs du Collège lui a donné les noms de trois compagnies aériennes à qui elle devrait écrire : Pan African Airlines, Aero Contractors et Bristow Helicopters. Elle a écrit aux trois compagnies d’aviation et c’est Aero contractors qui a donné une suite positive à sa demande. L’entreprise a parrainé trois filles de la classe.

Ces dernières ont payé leurs frais d’études le 24 avril, le jour où leur admission devait être annulée si elles n’avaient rien payé. Pendant les études de pilotage, pour réussir à un cours il fallait obtenir au moins 75% , mais tout le monde visait 90%, se rappelle Imoleayo Adebule.

Pilotage précoce sans instructeur 

Finalement, cette dernière a été la meilleure étudiante diplômée de sa classe. Elle a aussi été la deuxième personne dans sa classe à piloter un avion sans instructeur. «Lorsque l’instructeur pense que vous êtes suffisamment formée pour piloter un avion vous-même, il vous permet de prendre l’avion et de le ramener plus tard. Dans ce cas, l’instructeur doit avoir suffisamment confiance en vous car vous pilotez avec sa licence. Si quelque chose se passe, il sera pas tenu pour responsable. J’ai volé à 10 km de l’aérodrome et je suis rentré saine et sauve », a expliqué celle qui, lors de sa première expérience en vol en 2008, avait bien failli décider d’arrêter, à cause de sa nervosité pendant le pilotage en compagnie d’un instructeur.

Nigerian Youth all of fame

Mais, depuis lors, Imoleayo Adebule a effectué des centaines de vols dans différentes régions du Nigeria et au-delà de ses côtes. Titulaire d’une licence de pilote professionnel, elle a d’abord été promue au grade de premier officier, avant de devenir capitaine. A cette époque, elle se rendait tous les six mois dans différentes parties du monde pour s’entraîner et, à l’occasion, pour apprendre les bases d’un nouvel avion.

Pour quelqu’un qui a appris à piloter un avion avant d’apprendre à conduire une voiture, Imoleayo Adebule, passionnée par son métier, est «100% sûre que c’est toujours le moyen le plus sûr de voyager».

En 2012, à l’occasion du 52ème anniversaire de l’indépendance du Nigeria, Imoleayo Adebule a été classée parmi les 52 lauréats du « Nigerian Youth all of fame », parmi les personnalités comme l’activiste Hafsat Abiola, l’écrivaine Chimamanda Adichie, l’ancien footballeur Nwankwo Kanu et l’actrice Genevieve Nnaji.

Partager
Patrick Ndungidi
Journaliste et Storyteller
https://africanshapers.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *