Överallt, la première collection d’IKEA made in Africa

Culture & Lifestyle News

La  collection à édition limitée sera lancée le 27 février 2019 à l’endroit même où le projet a vu le jour : le Design Indaba Festival à Cape Town. Överallt, qui signifie « partout » en suédois, sera disponible sur tous les marchés IKEA en mai 2019.

Il y a deux ans, 5 designers d’IKEAse sont associés à 10 designers, architectes, artistes et créateurs de 7 pays africains pour collaborer autour des rituels urbains modernes et de l’importance qu’ils jouent dans leurs pays. Avec Överallt, IKEA souhaitait découvrir la scène du design africain contemporain et l’explosion créative que l’on peut voir dans plusieurs villes d’Afrique.

Le point de départ était d’explorer les rituels urbains modernes liés à la socialisation autour de la nourriture, de la vie à l’intérieur et à l’extérieur, des rituels d’expression de l’identité et de la durabilité.

«Avec Överallt, nous voulons encourager et inciter les gens à se rassembler pour manger, partager des histoires, faire preuve de créativité et passer du temps ensemble. Et, grâce à la fusion des créations et à toutes les discussions fructueuses que nous avons eues au cours de notre parcours, chaque création a son propre support. Överallt est comme une palette d’outils de socialisation », a expliqué James Futcher, responsable de la création chez IKEA.

Les designers africains qui ont pris part au projet sont Issa Diabaté (Côte d’Ivoire) ; Hend Riad et Mariam Hazem (Egypte) ; Laduma Ngxokolo (Afrique du Sud) ; Bethan Rayner et Naeem Biviji (Kenya) ; Sindiso Khumalo (Afrique du Sud) ; Renee Rossouw (Afrique du Sud) ; Bibi Seck (Sénégal) et Selly Raby Kane (Sénégal).

Les designers IKEA sont : Kevin Gouriou (France) ; Iina Vuorivirta (Finland) ; Hanna Dalrot (Sweden) ; Johanna Jelenik (Sweden) ; Mikael Axelsson (Sweden) et le Creative Leader est James Futcher

En collaboration avec Mikael Axelsson d’IKEA, Laduma Ngxokolo a conçu un tapis qui est tout autant une œuvre d’art. «C’est inspiré par ma provenance et par les voyages que j’ai faits. J’espère que cela apportera réconfort et fierté aux gens », a-t-il déclaré.

Selly Raby Kane, en collaboration avec la styliste d’IKEA, Iina Vuorivirta, a conçu un panier inspiré des rituels modernes de tressage de cheveux. «Le tressage est ce moment partagé, lorsque votre tête repose sur les genoux d’un membre de la famille pendant des heures et des heures ou que vous vous allongez sur une chaise dans un salon coquet, écoutant les derniers sons à la mode de Dakar et la pop étrangère tout en gardant un œil sur votre coiffure. Les techniques de tressage sont fascinantes et le tressage lui-même représente la créativité, le pouvoir, l’art, parfois même un langage codé », a déclaré Selly Raby Kane.

Les designers africains du projet 

Issa Diabaté (Côte d’Ivoire)

Titulaire d’un Master en architecture de Yale University (États-Unis), Issa Diabaté est directeur géné­ral de l’agence Koffi & Diabaté Architectes et co-fondateur de Koffi & Diabaté Group. De 1991 à 1993, il a effectué des stages au sein de différents cabinets d’architecture en Côte d’Ivoire (Goly Kouassi), aux États-Unis (Devrouax and Purnell) et en France (Jean Nouvel et Catani) où il a participé notamment au concours pour la cité judiciaire de Nantes.

En 1994, il rejoint le cabinet SAU Guillaume Koffi en tant que stagiaire, pour y revenir en 1995, en qualité de Chargé des projets architecturaux.En 2001, Issa Diabaté et Guillaume Koffi deviennent associés avec la création de Koffi & Diabaté Architectes.

Issa Diabaté est membre de l’Ordre des architectes de Côte d’Ivoire et aussi Chevalier de l’Ordre du Mérite Culturel. Il évolue également dans l’univers du design et a été lauréat de la Biennale de Dakar.

Hend Riad et Mariam Hazem (Egypte)

Elles sont co-fondatrices de « Reform », un studio de design primé basé au Caire, en Égypte. Reform Studio vise à créer des produits responsables et réfléchis, des produits conçus pour une vie meilleure et pour une cause. Les deux designers, convaincues que le design peut résoudre des problèmes persistants, sont parties d’un problème majeur en Égypte: les déchets.

Une expérience après l’autre, et après de nombreuses propositions de design, elles ont créé leur premier produit «Plastex», un nouveau matériau écologique fabriqué en recyclant des sacs en plastique jetés .

Après avoir remporté plusieurs prix internationaux de design pour Plastex, elles ont voulu poursuivre sur cette voie et ont créé Reform Studio. « Nous voyons le design comme une reconstitution d’une idée existante, un réaménagement d’objets, la réutilisation de matériaux, la revitalisation des cultures et la réforme de notre monde », expliquent-elles.

Laduma Ngxokolo (Afrique du Sud)

Né à Port Elizabeth en 1986, Laduma Ngxokolo a eu sa première expérience pratique de la conception textile en 2003, lorsqu’il a étudié à la Lawson Brown High School (Afrique du Sud). Son talent pour la conception de tricots lui a valu une bourse de Cape Wools South Africa, basée à Port Elizabeth, et de Mohair South Africa, au cours de ses études de à la Nelson Mandela Metropolitan University en 2010.

La même année, il a remporté le concours national sud-africain de la South African Society du design Dyers and Colourists (SDC), qui lui a valu un voyage à Londres, où il a reçu le premier prix international pour le concours. Il a remporté la compétition grâce à son concept «Le monde coloré de la culture xhosa», qui consistait en un tricot pour homme inspiré des perles traditionnels xhosa.

Internationalement reconnu, Laduma Ngxokolo a notamment remporté le prix Vogue Italia Scouting for Africa 2015 pour présenter ses collections au Palazzo Morando Show de Milan, en Italie.

Bethan Rayner et Naeem Biviji (Kenya)

Bethan Rayner et Naeem Biviji sont les fondateurs du Studio Propolis basé à Nairobi depuis 2005. Titulaires tous deux d’une maîtrise en architecture de l’université d’Édimbourg, ils combinent leur formation d’architecte avec une formation informelle de concepteur et de fabricant de meubles.

Le Studio Propolis conçoit à Nairobi des produits fabriqués à la main et conçus sur commande. L’équipe a travaillé sur divers projets portant sur la conception et le prototypage de meubles, de petits bâtiments et d’espaces, ainsi que sur la fabrication de petites séries de meubles qui font partie d’une collection continue de pièces.

Sindiso Khumalo (Afrique du Sud)

Basée à Londres, Sindiso Khumalo est diplômée de Central St Martins College of Art and Design (Londres). Elle a étudié l’architecture à l’université du Cap avant de déménager à Londres, où elle a ensuite obtenu un Master en « Design for Textile Futures ». Sindiso Khumalo a fondé sa marque éponyme, spécialisée dans la création de textiles durables modernes mettant l’accent sur le récit africain.

Elle dessine à la main les textiles de ses collections à l’aide d’aquarelles et de collages. Au fil des ans, elle a développé des créations visuelles aux couleurs uniques, inspirée de son héritage zoulou et ndebele, ainsi que du Kwazulu Natal. La durabilité, l’artisanat et l’autonomisation sont au cœur de sa marque. Pour ses collections, elle travaille en étroite collaboration avec une ONG au développement de textiles faits à la main.

En octobre 2015, Sindiso Khumalo a remporté le concours « Who’s On Next Dubai » de Vogue Italia. Speaker internationale, elle travaille aussi actuellement en étroite collaboration avec le Trade Centre Ethical Fashion Initiative.

Elle a présenté ses travaux au Royal Festival Hall de Londres, au musée Smithsonian d’art africain à Washington et au musée Louisiana au Danemark. Ses travaux ont notamment été publiés dans Vogue Italia, Vogue UK, Elle Magazine et Marie Claire Magazine.

Renee Rossouw (Afrique du Sud)

Née en 1985 à Cape Town , Renee Rossouw est une artiste et architecte sud-africaine. Elle explore une variété de projets , allant des modèles aux produits en passant par les peintures murales et l’art.

Elle est titulaire d’un Master en « Design Products » à l’European Design Labs de Madrid, en Espagne , obtenu en 2010 ; d’une Maîtrise en architecture (M.Arch Prof) de l’université de Cape Town, Afrique du Sud, en 2009 ; d’une Licence en architecture (B.Arch Hons) à l’université de Cape Town, Afrique du Sud, en 2008 et d’une Licence d’études en architecture (BAS) à l’université de Cape Town, Afrique du Sud, en 2006. Elle est également enseignante et formatrice.

Bibi Seck ( Sénégal)

Né à Paris d’une mère martiniquaise et d’un père sénégalais, Bibi Seck évolue dans le monde du design depuis près de 30 ans. Il est titulaire d’un Master en design industriel de l’école supérieure de design industriel et de graphisme à Paris.

Après ses études, il a travaillé pendant 13 ans dans le design des voitures pour Renault. En 2004, ils ont co-fondé, avec son épouse Ayse Birsel, leur propre agence de design basée à New York « Birsel+Seck » qui compte plusieurs clients. Bibi Seck a enseigné pendant dix ans en France et deux ans aux États-unis.

Selly Raby Kane (Sénégal)

Selly Raby Kane appartient à une nouvelle génération d’artistes et de designers urbains qui apportent une nouvelle énergie à la culture sénégalaise. Née et élevée à Dakar, elle a étudié à l’école de commerce de la mode française Mod’Spé à Paris et a vécu aux États-Unis avant de rentrer au Sénégal.

En 2012, Selly Raby Kane s’est faite connaître avec le lancement de la marque Seraka, devenue par la suite la marque éponyme « Selly Raby Kane ». Le« kimono-crevette », une création de sa collection « Birds of Dakar » a été portée par Beyoncé en 2016.

En 2018, elle a inauguré sa première boutique à Dakar. Elle a également organisé un défilé dans la gare de Dakar, avec une mise en scène sonore de qui a attiré de milliers de personnes. Artiste à plusieurs casquettes, Selly Raby Kane a également réalisé une série d’œuvres graphiques avec le photographe Omar Victor Diop, qui ont été exposées à la foire internationale d’art Paris Photo.

Elle a aussi été directrice artistique pour le Design Indaba Festival. Sous sa casquette de cinéaste, son film « The Other Dakar », sorti en 2017 et présenté à New York, a reçu le prix du meilleur film de réalité virtuelle du Tribeca Film Festival.

Patrick Ndungidi
Journaliste et Storyteller
https://africanshapers.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *