Peter Tabichi, première personnalité nommée « Champion for Children in Conflicts and Crisis »

News Portrait

Élu meilleur professeur au monde au mois de mars dernier, le professeur de sciences au Kenya, défendra la cause des 75 millions d’enfants dont l’éducation est perturbée par les conflits et les catastrophes naturelles.

Peter Tabichi a été nommé par l’organisation « Education Cannot Wait », le fonds mondial pour l’éducation en crise, hébergée par l’Unicef mais avec une structure indépendante , composée notamment d’un groupe de pilotage de haut niveau sur l’éducation, présidée par l’ancien Premier ministre britannique Gordon Brown.

©Jon Gambrell

Peter Tabichi effectuera ainsi des missions à travers le monde et défendra la cause de 75 millions d’enfants dont l’éducation a été très perturbée suite à des crises. Il prendra également part à l’assemblée générale des Nations Unies et à d’autres événements de haut niveau, explique-t-on, afin que son récit inspirant et sa voix puissante contribue à renforcer l’urgence d’investir dans l’avenir des enfants en crise à travers le monde. Peter Tabichi rejoint les acteurs Will Smith et Rachel Brosnahan, qui sont des ambassadeurs de l’organisation.

Le 23 mars dernier, face à 10.000 candidats de 179 pays, Peter Tabichi, 36 ans, a remporté le prix du meilleur enseignant au monde de la Fondation Varkey, d’un montant de 1 million de dollars. Le prix lui a remis par l’acteur Hugh Jackman, en présence notamment du prince héritier de Dubaï, Cheikh Hamdan bin Mohammed bin Rashid Al Maktoum.

Frère franciscain, il est professeur de mathématiques et de physique à l’école secondaire de Keriko, dans le village de Pwani, dans le comté de Nakuru, dans une région rurale et isolée du Kenya. Il verse 80% de son revenu mensuel pour aider les pauvres.

L’école où enseigne Peter Tabichi ne compte qu’un ordinateur et un ratio élèves / enseignant de 58 élèves pour un enseignant . Au total, 95% des élèves qu’enseigne Peter Tabichi sont issus de familles pauvres, près d’un tiers sont orphelins ou n’ont qu’un seul parent, et beaucoup sont privés de nourriture à la maison. . La toxicomanie, les grossesses précoces, l’abandon scolaire précoce, les jeunes mariages et les suicides sont courants.

Néanmoins, grâce à son dévouement, son travail acharné et sa conviction passionnée dans le talent de ses étudiants, il a créé un club de développement des talents et développé le club des sciences de l’école, aidant ainsi les élèves à concevoir des projets de recherche d’une telle qualité que 60% d’entre eux se qualifient désormais pour des compétitions nationales. Peter a encadré ses élèves lors de la Kenya Science and Engineering Fair 2018, au cours de laquelle les étudiants ont présenté un dispositif qu’ils avaient inventé pour permettre aux aveugles et aux sourds de mesurer des objets.

Peter Tabichi a vu son école de village arriver au premier rang national dans la catégorie des écoles publiques. L’équipe des sciences mathématiques a également été qualifiée pour participer à la Foire internationale des sciences et de l’ingénierie INTEL 2019 en Arizona, aux États-Unis, pour laquelle elle se prépare actuellement. Ses étudiants ont également remporté un prix de la Royal Society of Chemistry après avoir utilisé des plantes locales pour produire de l’électricité.

©Jon Gambrell

Le nombre d’inscriptions à l’école de Peter Tabichi a doublé au cours des trois dernières années et en 2018, 26 diplômés ont poursuivi des études à l’Université.

©Tony Karumba

«Les étudiants que j’enseigne font face chaque jour à de véritables épreuves, de la pauvreté à la sécheresse et à la faim. Mais je vois aussi en eux un talent brut et une grande créativité, un travail ardu, une détermination à surmonter les obstacles et à être le meilleur possible. Chaque enfant, partout dans le monde, mérite de pouvoir s’épanouir pleinement. Il est navrant de savoir que 75 millions d’enfants dans le monde voient leurs chances en matière d’éducation compromises par les conflits et les catastrophes naturelles. Education Cannot Wait est un travail vital pour s’assurer que ces enfants ne sont pas laissés pour compte. Ce sera pour moi un grand honneur de les aider à donner une nouvelle naissance, via une éducation décente, aux enfants dont la vie a été gâchée par les guerres et les catastrophes », a déclaré le professeur kényan.

Partager
Patrick Ndungidi
Journaliste et Storyteller
https://africanshapers.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *