Philippa Ngaju Makobore,l’ingénieure qui dirige la conception électronique en Ouganda

News Portrait

Ingénieure électrique, Philippa Ngaju Makobore est actuellement directrice du département «Instrumentation » à l’Uganda Industrial Research Institute (Institut ougandais de recherche industrielle -UIRI), un département qu’elle a créé.Dans le contexte de l’ingénierie, l’instrumentation concerne le principe de fonctionnement, de surveillance et de contrôle des instruments de mesure, y compris la conception, la configuration, la maintenance et la réparation des systèmes automatisés qui peuvent être électriques, pneumatiques ou hydrauliques.

L’UIRI est une entreprise para-étatique, détenue à 100% par le gouvernement de l’Ouganda, dont l’objectif principal est de mener des recherches scientifiques et industrielles, de développer des services techniques compétitifs, d’améliorer la capacité et la compétence des entrepreneurs locaux à se lancer dans la production industrielle, pour produire des produits commercialisables de haute qualité, au profit des citoyens ougandais. Les activités menées par la Division de l’instrumentation de l’UIRI comprennent le développement des capacités techniques pour: les tests de diagnostic du système; réparation, étalonnage, conception électronique, assemblage, test, dépannage et entretien de l’équipement.

Philippa Ngaju Makobore est titulaire d’un BSc en génie électrique de l’université de l’Alberta à Edmonton, Canada en 2008. Elle a également obtenu un certificat professionnel en ingénierie des systèmes embarqués de l’université de Californie, Irvine,USA. Elle poursuit actuellement un MSE (Material engineering) en génie interdisciplinaire avec une spécialisation en génie biomédical avec Purdue University, USA, qu’elle achèvera au début de 2020. Elle s’intéresse principalement à l’amélioration du secteur des soins de santé dans les milieux défavorisés en Ouganda. Ainsi, avec son équipe,elle a inventé des appareils médicaux adaptés pour les milieux à faibles ressources.

Lorsque qu’elle a obtenu son baccalauréat en génie électrique en 2008 à l’niversité de l’Alberta à Edmonton, au Canada, en tant qu’étudiant international de l’Ouganda, Philippa Makobore souhaitait travailler dans l’une des compagnies pétrolières de l’Alberta et de poursuivre plus tard des études en gestion d’ingénierie. Mais, au moment où elle a terminé mes études de premier cycle, il y avait un ralentissement de l’économie et obtenir un emploi de niveau d’entrée dans n’importe quel domaine de l’ingénierie était presque impossible. C’est alors qu’elle a pris la décision de retourner dans son pays d’origine en 2009 pour explorer les possibilités d’emploi dans le domaine de l’électronique de puissance et des systèmes de contrôle. Malheureusement, les opportunités en Ouganda pour les ingénieurs électriciens étaient peu nombreuses. Elle a donc été obligé de choisir de travailler dans la production d’électricité, la distribution ou l’industrie des télécommunications. Son choix s’est donc porté sur les télécommunications. Elle a brièvement travaillé au sein de l’entreprise de télécommunications sud-africaine MTN de 2009 à 2010 en tant qu’ingénieur stagiaire en télécommunications et ensuite comme ingénieur commercial.

En travaillant dans les télécommunications, Philippa Makobore a rapidement réalisé que le travail n’était pas basé sur la conception, et que les missions étaient centrées sur la maintenance et le dépannage d’un réseau préconçu. « J’avais besoin d’un environnement où je pourrais appliquer les compétences que j’avais acquises de ma formation à l’étranger et remettre en question ma pensée de conception ». Après un peu plus d’un an, elle a démissionné et quelques mois plus tard, a découvert l’Ouganda Industrial Research Institute (UIRI) qui, à l’époque, cherchait un ingénieur avec des compétences similaires aux siennes pour créer une division d’instrumentation. « J’étais ravie de cette perspective et j’ai accepté l’offre d’emploi. La création d’une nouvelle division était une tâche ardue, avec à peine 2 ans d’expérience professionnelle depuis l’obtention du diplôme, c’était assez difficile car mes superviseurs avaient de l’expérience dans d’autres disciplines de l’ingénierie et non en électronique ». Philippa Makobore a commencé par rédiger un document conceptuel sur ce qu’elle imaginait être la division, les compétences des futurs membres de l’équipe, l’équipement requis pour mener la RD(Recherche et développement) appliquée, la rénovation de l’espace existant qui n’était pas fonctionnel et, surtout, la portée des projets à entreprendre. « Les choses ont commencé à prendre forme et j’ai eu une bien meilleure idée sur la façon de mettre en place la division. Notre objectif principal serait la conception d’applications électroniques qui relèveraient des défis dans notre contexte, notamment l’innovation dans les soins de santé ».

Aujourd’hui, son équipe est composée d’ingénieurs électriciens et informaticiens qui conçoivent et développent des applications électroniques dans les domaines de la santé, de l’agriculture et de l’énergie.

Tournant

Le moment décisif de son parcours a été lorsque, avec son équipe, Philippa Makobore a visité l’hôpital de Mulago, l’hôpital national de référence en Ouganda pour comprendre les défis rencontrés par les cliniciens lors de la prestation des soins de santé et évaluer les limites des dispositifs médicaux existants. « Cette visite m’a ouvert les yeux car elle a mis au jour la dure réalité de notre secteur de santé défaillant. La plupart des services manquaient d’outils médicaux de base pour diagnostiquer et traiter les patients, ce qui était particulièrement grave pour la santé maternelle et infantile. J’ai été amenée à trouver des solutions qui pourraient améliorer l’accès à des soins de santé de qualité pour l’Ougandais moyen. Chaque visite à l’hôpital a réaffirmé mon engagement à faire une différence et à redonner à ma communauté. Les données ont montré que la plupart des équipements et appareils médicaux sont acquis grâce à l’aide des donateurs et ne sont pas bien adaptés pour une utilisation dans des environnements à faibles ressources car ils ne sont pas créés pour limiter l’accès limité à l’alimentation électrique, la facilité d’utilisation et l’étalonnage ».

L’ECGF, un appareil prioritaire

De retour au laboratoire de l’UIRI, Philippa Makobore et son équipe ont commencé à travailler et à réfléchir à des solutions pour les besoins de santé prioritaires, en commençant par la santé maternelle et infantile. À ce jour, elle dirige une équipe de 9 ingénieurs qui ont conçu et développé un portefeuille de 3 appareils médicaux non invasifs dont les prototypes sont à un stade avancé. Parmi les projets actuellement développés figurent notamment un appareil de diagnostic pour la pneumonie; un chauffe-bébé portable, prototype d’incubation de bébés prématurés, ce qui réduirait les cas de décès néonatal, en particulier les bébés prématurés. Le réchauffeur fonctionne comme un appareil non automatisé utilisant de l’asphalte de sodium qui sert d’incubateur, ce qui serait utile pour les accoucheuses traditionnelles et les centres de santé touchés par des coupures de courant; un appareil de perfusion à commande électronique « ECGF »; l’autoclave solaire à faible coût pour la stérilisation d’instruments dans les hôpitaux, produit en collaboration avec l’Université de Mbarara en Ouganda,et qui est actuellement commercialisé et, enfin, le kit portable de détection électro-chimique de l’aflatoxine B1, censé permettre aux agricultrices rurales d’effectuer un dépistage et une détection sur place des aflatoxines dans leurs produits agricoles.« J’ai pris la décision de choisir un appareil phare avec lequel nous avancerions plus loin, d’autres appareils pourraient alors suivre le modèle défini, l’ECGF était considéré comme la plus haute priorité ». La perfusion à commande électronique (ECGF) est un dispositif médical conçu pour administrer avec précision des fluides intraveineux (IV) et des médicaments, en contrôlant le taux d’écoulement sur la base des indications fournies par un capteur de chute.

L’ECGF résout un problème qui avait été négligé dans les contextes humanitaires. L’étude d’essai FEAST a montré que plus de 10% des enfants des hôpitaux d’Afrique de l’Est consultent trop tard un médecin. Ces enfants sont en état de choc et nécessitent une réanimation liquidienne intraveineuse immédiate. La complication est que la thérapie IV est administrée manuellement et par conséquent très sujette aux erreurs humaines. L’ECGF a ainsi été conçu pour automatiser l’ensemble du processus de thérapie par perfusion intraveineuse, délivrant des fluides ou des médicaments dans une précision cliniquement acceptée tout en offrant les caractéristiques de sécurité minimales améliorant ainsi la sécurité des patients. L’ECGF est très facile à utiliser et dispose de fonctionnalités de sécurité clés, dont des alarmes concernant le débit de perfusion (rapide ou lente), le volume total (supérieur ou inférieur) et les capteurs défectueux. Une batterie utilisant une charge hybride (secteur et solaire) alimente l’appareil. L’ECGF a le potentiel de sauver des vies en garantissant la précision et la sécurité de la perfusion pour 8 % du coût d’une pompe à perfusion neuve.

Cet appareil,selon sa conceptrice, est l’une des rares innovations locales en Afrique qui a le potentiel d’améliorer plusieurs aspects de la prestation des soins de santé, pas seulement la santé pédiatrique. « Un contrôle minutieux des fluides IV est essentiel dans l’ocytocine IV pour les femmes enceintes, la chimiothérapie IV pour les patients cancéreux, les patients des unités de soins intensifs, les patients cardiaques pour n’en citer que quelques-uns. Le moment le plus remarquable a été celui où l’ECGF a été testé cliniquement pour la première fois chez 12 patients adultes en Ouganda. Ce fut un moment qui a changé ma vie de savoir qu’un appareil que j’avais développé depuis sa création a profité à mes compatriotes.

Reconnaissance locale et internationale

Bien qu’il ait été difficile pour Philippa Makobore d’obtenir un financement, elle a persisté. L’ECGF a permis à Philippa Makobore de remporter plusieurs prix.

Elle obtenu son premier prix après 3 ans de refus. Ses efforts ont finalement été reconnus localement et internationalement, notamment un premier prix de l’innovation décerné par la Patient Safety Movement Foundation en Californie, aux États-Unis ;la deuxième place lors du prix de l’Innovation pour l’Afrique en 2017,doté de 25 000 Usd et une subvention de démarrage Stars in Global Health de Grand Challenges Canada. En plus d’avoir réussi à obtenir du financement,elle a présenté les travaux de l’équipe lors de forums locaux et internationaux, à savoir l’IEEE, la conférence canadienne du génie médical et biologique et le congrès mondial sur le génie biomédical et la physique médicale.

La Division qu’elle dirige a un taux d’acceptation de 100% pour les présentations orales à des conférences de génie médical très réputées, y compris la Conférence canadienne de génie biomédical et médical, l’IEEE et le Congrès mondial de génie biomédical et de physique médicale dont elle a déjà été présidente de séance pour les dispositifs médicaux. Piste. En outre, Pilippa Makobore a établi des partenariats avec le monde universitaire, les instituts de recherche, les entreprises privées et les sociétés tant au niveau local qu’international pour le transfert de connaissances et le renforcement des capacités. Quelques-uns de ces partenaires incluent l’ université de Columbia à New York, l’ université de Makerere à Kampala , l’université d’ Addis – Abeba et l’ université des sciences et de la technologie Mbarara.

Concevoir des dispositifs médicaux made in Ouganda

Travailler avec des professionnels expérimentés et diriger des projets de haut niveau a poussé Philippa Makobore a rechercher une qualification universitaire de troisième cycle pour une mise en œuvre efficace. « J’avais obtenu un certificat en ingénierie des systèmes embarqués à l’université de Californie à Irvine et, une fois terminé, j’ai postulé à l’Université Purdue pour poursuivre une maîtrise en ingénierie (MSE) en ingénierie interdisciplinaire – génie biomédical. Les cours que j’ai suivis jusqu’à présent ont complété mon travail de conception de dispositifs médicaux et m’ont doté de compétences clés telles que la biostatistique, la conception d’études cliniques et l’approbation de dispositifs biomédicaux ».

Philippa Makobore est également mentor de plusieurs nouveaux innovateurs dans le domaine de la santé dans l’écosystème de l’innovation en matière de soins de santé en Ouganda,avec pour objectif de mener à grande échelle la conception de dispositifs médicaux non invasifs par les Ougandais pour les Ougandais et au-delà dans le but ultime d’améliorer les résultats de santé en Afrique de l’Est. « L’ECGF a donné confiance aux innovateurs en Ouganda comme l’une des premières innovations locales conçues par des ingénieurs ougandais pour être testées chez des patients après l’approbation du comité d’examen institutionnel. Une large diffusion de sa conception et de son développement, de ses tests et de son impact potentiel a donné aux parties prenantes publiques et privées en Ouganda un nouvel aperçu du potentiel des technologies médicales développées en Ouganda. Il est important de raconter des histoires scientifiques pour inspirer les futurs innovateurs et leaders, en particulier des histoires d’ingéniosité africaine qui valident l’importance de résoudre les problèmes africains avec des solutions africaines »,a déclaré Philippa Ngaju Makobore dans une interview.

En outre, au sein du département qu’elle dirige à l’Ouganda Industrial Research Institute,Philippa Makobore supervise un programme annuel de formation aux compétences industrielles, où sont reçus des candidats qui sont des étudiants poursuivant des baccalauréats ou des diplômes en génie électrique, informatique ou biomédical. Ils sont formés dans le processus de conception et sont dotés de compétences qu’ils appliquent à un projet de conception à la fin du programme de stage. L’objectif est de leur inculquer une approche appliquée au développement de l’électronique pour encourager l’innovation.

Philippa Ngaju Makobore est membre de l’African Biomedical Engineering Consortium, IEEE Engineering in Medicine and Biology Society, IEEE Region 8 Women in Engineering (WIE), Canadian Medical and Biological Engineering Society et membre fondateur IEEE WIE Uganda Section.

Patrick Ndungidi
Journaliste et Storyteller
https://africanshapers.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *