PNUD: Un super groupe de 15 Influenceurs Africains pour le Développement du continent

Dossiers News

Ce groupe a été présenté lors d’un dialogue de haut niveau organisé le 9 novembre à Accra par le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), en collaboration avec le Gouvernement du Ghana et en présence du président ghanéen, Nana Akufo-Addo.

La mise en place du super- groupe est une initiative lancée lors de la 74e Assemblée générale des Nations Unies à New York. l’African Influencers for Development initiative (l’initiative Influenceurs africains pour le développement) (AID), indiquait le PNUD est au cœur d’une nouvelle stratégie de partenariat pour l’Afrique dont le but est de mobiliser les champions africains œuvrant pour le développement durable à travers le continent.

« Cette initiative démontre que l’on peut affronter des défis mutation rapide en s’appuyant sur des innovations propres à l’Afrique. Je partage le point de vue selon lequel l’Afrique doit cesser d’être un laboratoire d’expérimentations, souvent vouées à l’échec, pour incarner le développement », avait souligné Amina Mohammed, Secrétaire générale adjointe des Nations Unies, à l’occasion du lancement.

La démarche du PNUD, avait fait savoir l’organe onusien, repose sur les personnes, les produits et les plate-formes pour créer un mouvement d’influenceurs intersectoriel et intergénérationnel. De grands groupes de leaders issus des entreprises, du monde universitaire et du spectacle y compris des jeunes, des femmes, des nouvelles entreprises et des PME, s’associeront avec le PNUD dans 46 pays africains pour accélérer la réalisation des Objectifs de développement durable (ODD).

« Les Africains doivent occuper le terrain et devenir des acteurs de premier plan du développement du continent. Des parties prenantes comme le secteur privé et les milieux académiques doivent s’impliquer davantage pour le développement durable », avait fait savoir Ahunna Eziakonwa, Sous-secrétaire générale adjointe et Directrice du bureau régional pour l’Afrique du PNUD.

Ahunna Eziakonwa (A gauche), Sous-secrétaire générale adjointe et Directrice du bureau régional pour l’Afrique du PNUD

Au Dialogue d’Accra, le PNUD a également dévoilé une plate-forme de données numériques, l’African Business Map, qui présente des entreprises innovantes dans une panoplie de secteurs et de régions, pour soutenir l’investissement et promouvoir les partenariats avec le secteur privé. Ce guichet unique, selon le PNUD, donne accès à des données sur les entreprises africaines et contribue à identifier les débouchés commerciaux. Il permet aussi aux partenaires de collaborer sur des innovations adaptées au contexte africain, l’idée étant de créer d’autres produits comme les vidéos Africa Genius (Génie africain), le cycle de conférence de l’AID et d’autres outils de connaissance.

Par ailleurs, une plateforme d’innovations, l’African Renewable Energy Forum, créée par le PNUD et le Sahara Group, avait également été présentée aux participants lors de 74e Assemblée générale de l’ONU. Ce forum a pour but d’élargir l’accès à l’énergie propre et d’un coût abordable (ODD 7) par le biais de la concertation politique, des partenariats et de nouvelles initiatives énergétiques pour aider l’Afrique à atteindre son potentiel en matière d’énergies renouvelables.

« L’argent de l’Afrique pour le développement de l’Afrique »

Le dialogue d’Accra, qui avait pour thème « L’argent de l’Afrique pour le développement de l’Afrique : Un avenir au-delà de l’aide », a permis d’explorer comment l’Afrique pourrait optimiser l’utilisation de ses ressources, de sa créativité et de son innovation pour financer efficacement l’ambition et le programme de développement du continent.

Le dialogue, explique le PNUD, a examiné comment l’Afrique peut capitaliser de manière innovante sur la Zone de Libre-Échange Continentale Africaine (ZLECA) et l’opportunité d’accélérer le commerce intra-africain, et sur l’intégration régionale tout en tirant parti de la quatrième révolution industrielle émergente.

Ainsi, les dirigeants d’entreprises du continent et du secteur privé sont encouragés à investir en Afrique, en particulier les jeunes, à créer des emplois et à préserver la richesse de l’Afrique en aidant les entrepreneurs locaux à passer du secteur informel au secteur formel. Il s’agit de faire en sorte que les initiatives régionales et mondiales appuient adéquatement un développement économique soutenu qui assurerait prospérité, possibilités et stabilité à tous les citoyens.

Lancement de la coalition d’influenceurs à New-York en septembre avec Amina Mohammed, Secrétaire générale adjointe des Nations Unies,

Les interactions multidisciplinaires du Dialogue, fait-on savoir, permettront de façonner l’offre stratégique du PNUD pour l’Afrique et de ses partenaires; et d’améliorer la conception des programmes de développement en vue de sortir l’Afrique de la dépendance à l’aide. Il s’agit d’inverser la mentalité selon laquelle l’aide étrangère est considérée comme un mécanisme permanent de maintien des fonctions vitales, et permettre à l’Afrique de passer à un niveau supérieur.

Les débats du Dialogue visent à provoquer des réflexions et des discussions utiles au-delà de l’événement afin d’influencer l’évolution des modèles de gouvernance qui peuvent soutenir le développement et la transformation de l’Afrique. En outre, les idées issues du dialogue contribueront à la mise en œuvre du nouveau Centre de ressources de la ZLECA à Accra, au Ghana.

Ci-dessous : les 15 Membres du Super Groupe des Influenceurs Africains

Ali Mufuruki (Tanzanie)  

Fondateur et CEO Infotech Investment Group , une entreprise familiale de Tanzanie. Il est actuellement président du conseil d’administration de plusieurs sociétés en Tanzanie et à l’étranger, notamment: Msingi East Africa LTD, Nairobi-Kenya; La table ronde des chefs d’entreprise de Tanzanie; TradeMark East Africa, Nairobi, Kenya; Chai Bora Limited; AMSCO, Pays-Bas; Legacy Capital Partners LTD. Il est également membre du conseil et président du comité des subventions de l’Université Muhimbili de la santé et des sciences connexes (MUHAS); Président du Tanzania Public Safety Trust Fund; Partenaire, East Africa Capital Partners, Kenya; Trustee –Mandela Institute of Development Studies (MINDS), Afrique du Sud; Fiduciaire – Fondation ATMS, Pays-Bas; Membre du Tanzania National Business Council (TNBC), Membre du groupe consultatif du Fonds monétaire international (FMI) sur l’Afrique subsaharienne (AGSA). Début 2016, Ali Mufuruki avait été nommé coprésident de la commission d’enquête parlementaire britannique sur l’impact de l’initiative britannique de libre-échange «Aide pour l’Afrique» (AFTI). Auparavant, il a été membre du conseil d’administration et président du comité d’audit de la Banque centrale de Tanzanie; Membre du conseil d’administration de Technoserve, Inc. de Washington, DC; Membre du conseil et président de REMCO de Nation Media Group du Kenya, président de Mwananchi Communications LTD et président de Air Tanzanian Co LTD. Il est membre Henry Crown du Aspen Institute Class of 2001. Fondateur et président de l’African leaership initiative (ALI), Ali Mufuruki est titulaire d’un B.Sc. en génie de la conception mécanique de l’université de Reutlingen (Allemagne) en 1986. Il est marié et père de quatre enfants

Bethlehem Tilahun Alemu (Éthiopie)

Fondatrice de la marque de chaussures SoleRebels. Elle a également fondé, début 2017, Garden of Coffee (GOC), une marque qui utilise des méthodes artisanales pour obtenir, transformer, torréfier et conditionner les fèves d’Éthiopie, pays considéré comme étant à l’origine du café et l’un des plus grands producteurs de grains de café au monde et en Afrique. soleRebels a connu une expansion rapide et compte 18 magasins dans le monde, notamment dans la Silicon Valley (États-Unis), au Japon, à Singapour, en Autriche, en Grèce, en Espagne et en Suisse. Bethlehem Tilahun Alemu prévoit d’ouvrir 50 à 60 magasins supplémentaires. En 2015, elle a lancé une nouvelle entreprise, Republic of Leather, qui propose des vêtements et des accessoires sur mesure, fabriqués à la main. Bethléem Tilahun a été la première femme entrepreneur africaine à s’adresser au Clinton Global. Initiative en 2010. Elle a également été nommée ambassadrice de bonne volonté du PNUD pour l’esprit d’entreprise. Elle a étudié la comptabilité à l’Université Unity et a obtenu un doctorat en commerce de l’université Jimma en Éthiopie et un diplôme en leadership organisationnel de l’université Harvard aux États-Unis.

Njideka Harry (Nigeria)– Fondatrice et CEO de Youth for Technology Foundation

Njideka U. Harry est présidente et CEO de la Youth for Technology Foundation (YTF), une organisation novatrice à but non lucratif axée sur l’utilisation du pouvoir de la technologie pour transformer la vie des jeunes et des femmes vivant dans les pays en développement. La force de YTF réside dans sa capacité à accéder aux demandes du marché, à concevoir des programmes de développement, à créer des liens qui accélèrent les débouchés commerciaux et à administrer des programmes de formation sur mesure aux technologies de l’information et de la communication (TIC) et à entrepreneuriat qui soulagent les jeunes et les femmes de la pauvreté.

Njideka Harry est également consultante auprès de plusieurs entreprises sociales, d’entreprises à but lucratif à vocation sociale et d’institutions internationales spécialisées dans les domaines de la technologie au service du développement, de entrepreneuriat, de l’investissement sexospécifique et de la responsabilité sociale des entreprises. Elle a animé et participé à des centaines de débats dans des forums internationaux. Son travail a été présenté dans des revues de renommée mondiale, des ouvrages sur les TIC et le développement.

Njideka Harry a obtenu un baccalauréat en administration des affaires de l’université du Massachusetts à Amherst et un MBA de la Kellogg School of Management de la Northwestern University. Elle a terminé ses études de troisième cycle à l’Université de Stanford où elle était membre de Reuters Digital Vision. Elle est boursière Ashoka et de la Fondation Schwab au Forum économique mondial.

Rob Shuter (Afrique du Sud) Président & CEO, MTN Group

Rob Shuter est CEO de MTN depuis 2016. Il a travaillé plusieurs années en Afrique du Sud avant de rejoindre Vodafone à Amsterdam (Pays-Bas), en janvier 2012. En Afrique du Sud, il a été responsable des investissements de la banque sud-africaine Standard Bank dans les années 90, avant de rejoindre l’un des plus grands groupes bancaire du pays, Nedbank, comme directeur général de l’activité banque de détail, poste qu’il a occupé pendant 9 ans.

Diplômé en comptabilité et en économie de l’université du Cap et en finance de l’université du KwaZulu-Natal, Rob Shuter a rejoint ensuite Vodacom, filiale sud-africaine de Vodafone, en 2009. Il y a évolué pendant trois ans, avant de rejoindre Amsterdam, à la tête des activités de Vodafone en Hollande, puis pour un pôle de neuf pays (Pays-Bas, Portugal, Irlande, Grèce, Roumanie, République tchèque, Hongrie, Albanie et Malte).

Samaila Zubairu (Nigeria) Président & CEO, Africa Finance Corporation (AFC)

Africa Finance Corporation (AFC) est le principal fournisseur de solutions d’infrastructure en Afrique. L’institution compte 25 pays membres africains et a investi 6 milliards de dollars américains dans 29 pays africains. Spécialiste accompli de la finance de développement des infrastructures, avec 30 ans d’expérience professionnelle, il a été CEO de la firme de private equity « AfriCapital Management Limited ». A ce poste, il a fondé une joint venture avec les directeurs de l’investissement des infrastructures d’Afrique (AIIM) d’Old Mutual afin de développer le fonds 1 d’investissement des infrastructures du Nigeria (NIIF1) pour du capital privé d’infrastructures en Afrique de l’Ouest. Il a également coordonné l’acquisition d’Eko Electricity Distribution Plc pour un montant de 300 millions de dollars US. En outre, il a été le premier directeur financier de Dangote Cement Plc, période durant laquelle il a lancé le plus grand mécanisme syndiqué de financement de projet pour une entreprise locale afin de concrétiser le projet Obajana Cement, la plus grande cimenterie en Afrique subsaharienne.

Il a aussi géré le dégroupage du bassin hydrographique de Dangote Industries Limited à des filiales cotées à la Bourse nigériane. Bien plus, il a mené à bien des transactions financières de plus de 3 milliards de dollars US parmi lesquelles : des services de financement de projet greenfield, des acquisitions, des initiatives de transformation institutionnelle, des transactions de privatisation et des transactions sur les marchés de capitaux.

Membre de l’institut des comptables agréés du Nigeria (FCA), Samaila Zubairu est titulaire d’une licence en comptabilité de l’université Ahmadu Bello au Nigeria. Il a également fréquenté l’école militaire nigériane, Zaria. Il a aussi été le président du Comité des finances de New Nigeria Commodity Marketing Company.

Prof. Benedict Oramah (Nigeria) Président, Afreximbank

Nommé à son actuel poste en 2015, Benedict Oramah est Titulaire d’un doctorat en économie agricole obtenu à l’université d’Obafemi Awolowo au Nigeria. Il a rejoint Afreximbank en 1994 comme chef analyste, avant d’être nommé directeur senior chargé de la planification et du développement commercial en 2007, puis vice-président exécutif chargé du développement commercial et des banques d’affaires en 2008. Avant d’entrer à Afreximbank, il a occupé le poste de manager adjoint de la recherche au sein de la Banque nigériane d’import-export (Nexim).

Samba Bathily (Mali) Fondateur & CEO d’Africa Development Solutions (ADS)

Né au Mali, Samba Bathily est l’un des pionniers de la structuration financière de grands projets d’infrastructure. À ce jour, il a structuré un portefeuille de projets de plus de 5 milliards de dollars dans de nombreux domaines stratégiques: fibre optique, énergies renouvelables, barrages hydrauliques, identification, centres de données. Samba Bathily a lancé le groupe ADS en 2004 (‘Africa Development Solutions’). ADS est actif dans les secteurs du financement de projet et du conseil; des technologies et des médias; du développement industriel; des énergies renouvelables et de l’accès à l’eau; de la distribution et des franchises; des infrastructures, de l’immobilier, de l’hôtellerie et de la construction; de l’automobile et de la logistique.

Parmi les réussites du groupe ADS figure notamment Solektra International, qui a lancé une initiative, Akon Lighting Africa, visant à promouvoir l’utilisation de solutions solaires innovantes auprès des communautés africaines vivant en zones rurales, afin de leur permettre d’accéder à une énergie propre. Solektra a également créé une académie du solaire pour former des ouvriers et ingénieurs à Bamako, au Mali. Solektra est l’un des membres fondateurs de l’Alliance mondiale pour les villes et villages intelligents (Global Alliance for Smart Cities and Villages in Africa – GASCA), lancée sous l’égide des 20 régions d’action pour le climat et officiellement lancée dans le cadre du Africa Pledge du One Planet Summit Africa de mars 2019.

ADS est également la société mère de Multi Industries Group, qui exploite les technologies solaires pour fabriquer des équipements électriques, des solutions de mobilité et des ordinateurs au sein du nouveau parc industriel de Diamniadio au Sénégal. Le groupe comprend aussi Afritek, opérant dans les nouvelles technologies et agrégeant solutions et produits TIC pour proposer un soutien mesure aux gouvernements, aux institutions et entreprises du continent.

Samba Bathily est l’un des co-fondateurs et conseillers stratégiques de l’Initiative AfroChampions, dont l’objectif est d’accélérer la croissance du continent en encourageant les échanges commerciaux intra-africains.

Dr Eleni Gabre-Madhin (Ethiopie), Directrice générale, blueMoon

Née en 1964 à Addis-Abeba, Eleni Gabre-Madhin est la fondrice et CEO de BlueMoon, le premier incubateur et fournisseur de capital d’amorçage pour les jeunes agro-industries d’Éthiopie. Elle est surtout connue pour avoir été la fondatrice et la CEO, de 2008 à 2012, de la Bourse de marchandises d’Éthiopie (Ethiopia Commodity Exchange). Elle a aussi été la créatrice d’Eleni LLC, société qui conçoit, construit et soutient les opérations de systèmes de bourse de produits de base sur des marchés frontaliers. En plus de son travail en Éthiopie, Eleni Gabre-Madhin a occupé des postes à la Banque mondiale, à l’Institut international de recherche sur les politiques alimentaires à Washington, et à la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement, à Genève. Eleni Gabre-Madhin est titulaire d’un doctorat en économie appliquée de l’université de Stanford, d’une maîtrise en sciences en économie agricole de la Michigan State University et d’un baccalauréat ès arts en économie de la Cornell University. Membre fondateur et membre du conseil d’administration de l’Académie des sciences d’Éthiopie, elle siège également au conseil d’administration du comité consultatif de la politique ONE Africa et fait partie du groupe consultatif Africa 2.0. Auparavant, elle était membre du groupe de travail Stiglitz sur l’Afrique et du groupe d’experts du gouvernement suédois sur le développement.

9. Temitope Shonubi (Nigeria) – Co-fondateur et Directeur général, Sahara Group qu’il a co-fondé avec Tonye Cole et Ade Odunsi

Admassu Tadesse (Éthiopie) – Président & CEO, Trade Development Bank

Admassu Tadesse est, depuis 2011, le CEO de la Trade and Development Bank (TDB Group, ex-PTA Bank), la Banque du commerce et du développement du Comesa (Afrique orientale et australe). Auparavant, il a été vice-président exécutif de la Banque de développement de l’Afrique australe (BDSA), dont le siège se trouve à Johannesburg. Il était alors responsable du financement international et de la stratégie d’entreprise. Administrateur de divers fonds et organisations internationaux, tels que l’Association des institutions africaines de financement du développement (AIAFD), le Fonds d’investissement et de soutien des entreprises en Afrique (FISEA-Proparco) et la Zep-Re (branche assurance de l’ex-PTA Bank), Admassu Tadesse a obtenu un master à la London School of Economics (LSE) et un MBA de la Wits Business School en Afrique du Sud. Il a aussi étudié à la Harvard Business School (USA) et à l’université de Western Ontario, au Canada . Admassu Tadesse a siégé dans plusieurs conseils d’administration, travaillé pour de nombreuses fondations et organismes industriels en Afrique et à l’international. Il a vécu à l’étranger durant plus de trente-cinq ans, dans une dizaine de pays sur trois continents, dont notamment dix ans aux États-Unis, dix ans en Afrique du Sud et cinq ans au Kenya et au Burundi.

Tiguidanke Camara (Guinée) – Présidente & CEO, Tigui Mining Group

Tiguidanke Camara est présidente et CEO de Tigui Mining Group (TMG) et de Camara Diamond & Gold Trading Network (CDGTN), créées respectivement en 2012 et 2009.

Elle est l’une des plus jeunes femmes cadres de l’industrie minière et l’une des rares femmes propriétaires de mines en Afrique. Tigui Mining Group est un holding qui développe 8 activités : mines, agriculture, immobilier, infrastructures, aviation, pêche, énergie et commerce. Sur ces 8 secteurs d’activités, le groupe a entamé le développement des mines et l’agriculture. Dans le secteur minier, les licences du groupe sont évaluées à plus de 40 millions de dollars

Dr Edem Adzogenu – Président du Comité Exécutif AfroChampions

Edem Adzogenu est l’un des cofondateurs de AfroChampions Initiative. En 2015, il a également été vice-président et administrateur en chef de la santé d’Ivanhoe Mines Ltd., une société minière canadienne spécialisée dans les projets de développement minier en Afrique australe et en République démocratique du Congo.

Kunle Adeyemi (Nigeria) – Fondateur, NLE Architects & Créateur de Makoko Floating School

Architecte nigérian, urbaniste et chercheur, Kunlé Adeyemi est fondateur et directeur de NLÉ, un Cabinet d’architecture, de design et d’urbanisme basé à Amsterdam, aux Pays-Bas et qu’il a fondé en 2010. Kunle Adeyemi a étudié à l’université de Lagos au Nigeria et à l’université de Princeton aux USA. Kunle Adeyemi dirige également le projet de recherche African Water Cities, qui a vu la création de l’école flottante Makoko au Nigeria, un projet répondant à l’urbanisation et au changement climatique en Afrique. Les projets internationaux de NLE comprennent des projets remarquables au Nigeria, notamment un centre communautaire, un kiosque au bord du lac à Chicago et une maison de campagne Serpentine Summer House 2016. NLÉ a reçu le prix Silver Lion de la biennale d’architecture de Venise.

Kunle Adeyemi est conférencier et chercheur dans plusieurs universités, notamment les universités de Harvard, Cornell et Columbia, où il se concentre sur les solutions urbaines et architecturales et s’attaque aux problèmes sociaux, environnementaux et économiques. Grâce à ses recherches combinées et à ses antécédents architecturaux, Kunle Adeyemi cherche à combler les lacunes du développement urbain et à créer des villes profitant à la fois aux personnes et à l’environnement.

Temie Giwa-Tubosun (Nigeria-USA) – CEO Lifebank

LifeBank est une société de distribution médicale qui utilise les données et la technologie pour aider les agents de santé à découvrir des produits médicaux essentiels. Elle a ainsi permis de sauver plus de 5 300 vies au Nigeria. Temie Giwa-Tubosun a plus de 10 ans d’expérience en gestion de la santé auprès du ministère du développement international du Royaume-Uni, de l’Organisation mondiale de la Santé, du Programme des Nations Unies pour le développement et de l’État de Lagos au Nigeria. En 2014, la BBC l’a classée parmi les 100 femmes qui changent le monde. Elle a également été reconnue par le World Economic Forum.

Chiwetel Umeadi Ejiofor (Nigeria-UK), Acteur, écrivain et réalisateur

Fils d’un médecin et d’une pharmacienne nigérians, Chiwetel Ejiofor a débuté au théâtre à l’age de 13 ans. Adolescent, il a joué les rôles de Jules Cesar et Othello dans le cadre du National Youth Theatre avant d’intégrer la London Academy of Music and Dramatic Art. En 1997, il apparaît pour la première fois au cinéma dans le film « Amistad » de Steven Spielberg . En 2000, il brille dans une comédie policière avec Thandie Newton (It was an accident), mais poursuit sa carrière au théâtre, où il obtient plusieurs récompenses et les éloges de la critique.

En 2002, il est connu du grand public grâce au film « Dirty Pretty Things » de Stephen Frears, où il interprète le rôle d’Okwe, un immigré clandestin travaillant comme taxi le jour et réceptionniste la nuit. Il tourne ensuite dans plusieurs films : « Love actually » ou encore « She hate me » et « Inside man » de Spike Lee ; «  American Gangster », « Salt », avec Angelina Jolie ; « 12 Years a Slave » ; « urbain Triple 9 » ; « Doctor Strange » de Marvel, etc.

Patrick Ndungidi
Journaliste et Storyteller
https://africanshapers.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *