RDC : Yannick Kimanuka,21 ans, lauréate du Prix Anzisha 2019

News Startups

La jeune entrepreneure congolaise a remporté ce prix, doté de 25 000 Usd, le mardi 22 octobre à Johannesburg face à 19 autres candidats. Cette année, 20 finalistes, originaires de 16 pays, étaient en compétition.

Les finalistes étaient originaires du Zimbabwe, du Ghana, du Kenya, de l’Égypte, de la Somalie, de la Gambie, de la Tanzanie, de la république du Congo, de la République démocratique du Congo, de la Sierra Leone, de l’Ouganda, de la Zambie, de l’Afrique du Sud, du Nigeria, de l’Éthiopie et du Bénin.

Le Prix Anzisha est consacré aux jeunes entrepreneurs, âgés de 15 à 22 ans, qui ont développé et mis en œuvre des solutions innovantes face aux défis sociaux, ou qui ont initiés des entreprises prospères au sein de leurs communautés. Fruit d’un partenariat entre l’African leadership foundation et la Mastercard foundation, ce prix vise à identifier, soutenir et célébrer les jeunes entrepreneurs africains dont les idées, les projets et les entreprises exploitent le pouvoir de redéfinir et de réinventer la trajectoire de croissance de l’Afrique.

Plus de cinq cents candidatures ont été enregistrées cette année. Bien que les candidats provenaient de divers secteurs, les entreprises agricoles avaient soumis le plus grand nombre de candidatures.

Yannick Kimanuka, 21 ans, de la RDC, est la fondatrice du complexe scolaire Kim, une école maternelle et primaire qui vise à améliorer les performances scolaires des enfants dans sa communauté.

Yannick Kimanuka a grandi dans la province du Nord-Kivu. Élevée par une mère célibataire, elle a remarqué que les écoliers de sa région avaient un accès limité à une éducation de qualité. Ainsi, le complexe scolaire Kim a pour objectif de préparer les enfants à être compétitifs sur le plan international. Pour ce faire, il poursuit quatre objectifs prioritaires: fournir à tous les élèves des chances égales d’émancipation sociale ; promouvoir la confiance en soi et le développement de chaque élève ; amener tous les élèves à s’approprier les connaissances et à acquérir les compétences qui les rendent utiles à la société ; préparer tous les élèves à être des citoyens responsables. Ce complexe scolaire a été approuvé par le ministère de l’éducation de la RDC. « « Je suis très heureuse. Je ne peux pas le croire. Merci à l’équipe d’Anzisha et à mes collègues finalistes. Ce soir, non seulement je suis rempli de joie, mais également d’espoir pour l’avenir de ce continent. Mes collègues entrepreneurs ont nourri mes passions et mes désirs pour un continent meilleur », a déclaré Yannick Kimanuka lors de son discours de remerciement.

La deuxième place du concours est revenue à Osvaldo Rey Mokouma,19 ans, de la république du Congo. Il recevra 15.000 Usd. Il est le fondateur d’AquagriTech, une entreprise qui valorise les biodéchets urbains. Un an après l’ouverture de son activité, AquagriTech a adopté la technologie d’une serre urbaine produisant du poisson, des fruits et des légumes frais et sains toute l’année. « Je veux dire aux jeunes entrepreneurs que l’Afrique a besoin de nous et que nous devons travailler dur pour voir le changement que nous souhaitons et postuler pour le prix Anzisha », a-t-il déclaré.

Pour sa part, Cecil Chikezie, un entrepreneur kényan âgé de 22 ans , a remporté la troisième place grâce à son entreprise Eco Makaa, qui connecte les producteurs locaux de briquettes de combustible à des clients, en recrutant les petits producteurs de briquettes de la communauté. En tant que deuxième finaliste, il recevra 12 500 usd . «C’est une expérience qui a changé ma vie et j’ai hâte de réaliser mon rêve d’améliorer la vie de mes pairs», a déclaré Cecil Chikezie.

Cette année, le forum du prix Anzisha a été consacré à une demi-journée rythmée par des ateliers sur qui ont notamment permis aux parties prenantes de repenser leur approche de l’entrepreneuriat des jeunes.

Les 20 finalistes ont participé à un camp d’entraînement de 11 jours sur le campus de l’African learship academy, où ils ont été encadrés par des experts du secteur pour leur permettre de gérer leurs entreprises avec succès. Ce camp d’entraînement, indique-t-on, favorise la création de synergies de collaboration entre les jeunes entrepreneurs et devrait se poursuivre après leur séjour à Johannesburg. Une fois de retour dans son pay, chaque finaliste recevra 2 500 dollars US comme prix et rejoindra la prestigieuse bourse Anzisha. Le programme de bourses comprend huit possibilités personnalisées d’aider les boursiers à développer leur entreprise. Cette année, ce programme de bourses comprendra une nouvelle initiative de consultation et des projets de jumelage d’emplois visant à offrir des possibilités uniques à tous les boursiers.

Les candidatures pour le prochain Prix Anzisha débuteront le 15 février 2020.

Patrick Ndungidi
Journaliste et Storyteller
https://africanshapers.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *