Temie Giwa-Tubosun lauréate de l’Africa Netpreneur Prize de la Fondation Jack Ma

News Startups

L’entrepreneure nigériane a remporté a première édition de ce prix, initié par la Fondation Jack Ma, le samedi 16 novembre, lors du «Africa’s Business Heroes Show» organisé au Centre des conférences international d’Accra, au Ghana.

Dans le cadre de ce prix, des entrepreneurs avaient été sélectionnés dans plus de 50 pays africains sur une période de 7 mois.Les dix finalistes ont présenté leurs projets devant un jury prestigieux composé de quatre membres : Jack Ma; Strive Masiyiwa, fondateur et président exécutif du groupe Econet ; Joe Tsai, vice-président exécutif du groupe Alibaba et Ibukun Awosika présidente de la First Bank of Nigeria Limited.

Le jury a déclaré a déclaré avoir choisi l’entreprise qui avait le plus d’impact. « A Alibaba, nous aimons les grandes idées mais nous aimons ceux qui résolvent les problèmes. Nous devons trouver une entreprise simple, qui a un impact et qui est rentable », a déclaré Jack Ma.

Temie Giwa-Tubosun est la fondatrice et CEO de LifeBank, LifeBank est une plate-forme en ligne qui aide les hôpitaux et les agents de santé à se fournir directement en produits médicaux nécessaires tels que le sang, les produits liés au sang, l’oxygène, ainsi que des vaccins aux hôpitaux à travers le Nigeria. Une fois les commandes effectuées, LifeBank les distribue en utilisant des motos et des camions.

Objectif : sauver un million de vies en Afrique en 10 ans. Depuis son lancement à Lagos en janvier 2016, LifeBank a transféré 17729 proches de sang dans près de 900 hôpitaux et des centres de dépistage et a permis de sauver près de 6000 vies. Giwa-Tubosun a déjà étendu ses activités à la distribution d’oxygène et espère ajouter des vaccins et des anti-venins.

Temie Giwa-Tubosun a plus de 10 ans d’expérience en gestion de la santé. Elle a travaillé ministère du développement international du Royaume-Uni, à l’Organisation mondiale de la Santé, au Programme des Nations Unies pour le développement et à l’État de Lagos au Nigeria. «C’est une validation du travail critique que nous accomplissons et nous sommes impatients de nous développer», a déclaré Temie Giwa-Tubosun, qui a remporté 250. 000 USD. Elle a fait savoir qu’elle utiliserait l’argent de la subvention pour la croissance de son entreprise.

Giwa-Tubosun a décidé de créer son entreprise, après l’expérience vécue lors de son accouchement en 2014. Temie Giwa-Tubosun a donné naissance à son fils, Eniafe (celui que nous aimons, en langue Yoruba) dans le Minnesota aux États-Unis, où vivent ses parents. Eniafe est né sept semaines plus tôt et pesait à peine deux kilos à la naissance. Temie Giwa-Tubosun et son fils ont tous deux eu besoin de soins critiques. «J’ai réalisé à quel point il aurait été facile de mourir au Nigeria», avait-t-elle fait savoir au magazine américain Newsweek. Le pays a un taux de mortalité maternelle élevé et la principale cause de ces décès est l’hémorragie postpartum – la perte de trop de sang dans les 24 heures qui suivent l’accouchement.

Le lauréat du deuxième prix, Omar Shoukry Sakr, a reçu 150 000 USD pour son entreprise, Nawah Scientific, qui est le premier centre de recherche privé du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord axé sur les sciences naturelles et biomédicales. Il propose des services analytiques et scientifiques en ligne et à la demande. «L’un des plus grands défis est la reconnaissance de la biotechnologie. Il s’agit là d’un succès et d’un vote de crédibilité pour les scientifiques», a déclaré Omar Sakr qui a 13 ans d’expérience dans le domaine pharmaceutique.

Il a été professeur adjoint auxiliaire en entrepreneuriat à la Cité des sciences et de la technologie de Zewail en Égypte et a remporté des prix scientifiques et commerciaux pour la conception de produits innovants. Omar Shoukry a déclaré que son initiative témoignait du fait que la biotechnologie était une activité rentable et souhaitait voir davantage de scientifiques l’année prochaine.

De son côté, Christelle Kwazera, âgée de 25 ans, la plus jeune des finalistes, a reçu 100 000 USD, qu’elle a déclaré vouloir réinvestir dans ce secteur. «C’est une victoire pour les 63 personnes qui travaillent pour moi. Je vais utiliser cet argent pour aider mon entreprise à se développer plus intelligemment», a-t-elle déclaré. Les autres finalistes ont reçu chacun 65 000 USD.

Christelle Kwizera, ingénieure informatique est la fondatrice de Water Access Rwanda, un micro-réseau qui permet d’accéder à de l’eau de bonne qualité  via une technologie de pointe. L’eau est vendue 1 $ / 1000 litres et crée des emplois pour les jeunes. Actuellement, Water Access Rwanda emploie permet à près de 50 000 personnes d’accéder quotidiennement à l’eau dans 86 stations. Les autres finalistes du prix ont reçu chacun 65 000 USD.

Dans le cadre de « The Africa Netpreneur Prize Initiative », la Fondation Jack Ma accordera 10 millions de dollars à 100 entrepreneurs africains au cours des 10 prochaines années.Les dix finalistes de chaque édition se partagent 1 million USD et ont accès à la communauté Netpreneur des chefs d’entreprise africains pour bénéficier de leur expertise, des meilleures pratiques et des ressources partagées de cette communauté.

Le concours sera organisé chaque année jusqu’en 2030 par la Fondation Jack Ma et son partenaire en Afrique, Nailab. Objectif : identifier et mettre en lumière 100 entrepreneurs africains qui inspireront le continent.

Patrick Ndungidi
Journaliste et Storyteller
https://africanshapers.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *