16 artistes sélectionnés pour la première résidence au Black Rock Sénégal

Culture & Lifestyle News

Black Rock Sénégal est un programme de résidence multidisciplinaire créé par l’artiste d’origine nigériane Kehinde Wiley. Le projet vise à réunir un groupe international d’artistes visuels, auteurs, cinéastes, au sein de son studio nouvellement créé à Dakar et inauguré en mai 2019, en présence notamment de Naomie Campbell et d’Alicia Keys. 

Le premier groupe d’artistes sera en résidence d’août 2019 à avril 2020. L’information a été rendue publique le 22 juillet par Stephen Friedman Gallery, la galerie Kehinde Wiley, située à Londres.

Kehinde Wiley

Les 16 artistes, sélections parmi plus de 700 candidatures, vont vivre et de créer des œuvres au sein de Black Rock, un complexe riverain nouvellement construit. En outre, pendant cette période, ils seront amenés à rencontrer des artistes locaux, artisans et organisations artistiques, à Dakar, mais également dans d’autres régions du Sénégal.Trois artistes sont hébergés sur place à la fois.Les artistes sélectionnés disposeront de chambres, de repas et de studios individuels.

Des assistants originaires de la région leur permettront de se déplacer à Dakar et les aideront dans leur pratique de l’anglais, du français et du wolof, les trois langues utilisées dans le cadre du programme. Ils bénéficieront également d’une allocation leur permettant de couvrir la base de leurs divers frais et du matériel nécessaire à la création artistique.

Black Rock Sénégal

Kehnde Wiley, 42 ans, dont le Studio Museum dans le programme Artist-in-Residence de Harlem a fait progresser sa propre carrière, développe Black Rock depuis plus de 10 ans. Black Rock, selon son concepteur, vise à être un espace permettant une évolution du regard du monde sur l’Afrique, en s’appuyant sur la création et son développement.

Le lieu a été pensé par l’architecte sénégalais Abib Djenné, son intérieur étant le fruit d’une collaboration entre la designer sénégalaise Aïssa Dione et Kehinde Wiley. Black Rock Sénégal comprend une résidence et des studios pour Kehinde Wiley, ainsi que trois appartements dédiés aux artistes en résidence, disposant de studios adjacents. Black Rock est installée dans le quartier de Yoff, à Virage, à environ vingt minutes au nord-ouest du centre-ville, à l’extrémité ouest du continent. Le nom du projet trouve ses origines dans le rivage recouvert de roches noires volcaniques.

Black Rock finance les voyages au Sénégal organisés dans le cadre du programme de résidence et les déplacements nécessaires aux artistes.

Un panel d’artistes et de commissaires de premier plan a sélectionné les participants de la résidence parmi plus de 700 candidatures. Le comité de sélection était composé des artistes Mickalene Thomas et Carrie Mae Weems; Thelma Golden, directrice et conservatrice en chef du Studio Museum à Harlem; Christine Riding, chef du département des conservateurs à la National Gallery de Londres; Thomas Lax, conservateur de la performance et des arts médiatiques au Museum of Modern Art de New York; et Swizz Beatz, artiste, collectionneur et producteur de musique.

Les Artistes sélectionnés

Tunji Adeniyi-Jones (UK, Peinture)

Tunji Adeniyi-Jones utilise la peinture figurative comme moyen d’explorer l’histoire de l’Afrique de l’Ouest et sa mythologie associée. Adeniyi-Jones rend les corps colorés et vibrants qui sont plus grands que la vie, en prenant inspiration de son héritage yoruba et de son éducation britannique. Adeniyi-Jones cherche à développer des thèmes et des pratiques culturelles inspirés par des personnalités telles que Chinua Achebe, Wole Soyinka et Ben Enwonwu. philosophie. Né à Londres, Adeniyi-Jones a obtenu son diplôme en beaux-arts de l’Université d’Oxford et son master en peinture et gravure de l’université de Yale. Il vit et travaille actuellement à Brooklyn, à New York.

Laurence Bonvin (Suisse, Cinéma)

Laurence Bonvin est une artiste qui travaille depuis plusieurs années avec la photographie et plus récemment aussi avec la vidéo. Elle est née en Suisse et a étudié à Arles, en France, à l’École nationale de la photographie. Sa pratique, qui repose sur une forte base documentaire, est centrée sur les transformations des périphéries urbaines, des paysages naturels et sociaux, sur la ségrégation, les déplacements humains et l’architecture du pouvoir. Bonvin a d’abord réalisé ses projets en Suisse, avant de s’étendre aux Pays-Bas, en Géorgie, à Berlin, à Istanbul, à Johannesburg, au Cap, à Abidjan et à Dakar. Ses photographies et vidéos ont été largement présentées dans des expositions et projetées à l’international dans des festivals de films. Elle est actuellement basée entre Berlin, l’Allemagne et la Suisse. Elle est professeur de photographie à l’université d’art et de design de Lausanne en Suisse depuis 2001.

Sonya Clark (USA, Sculpture)

Née à Washington d’un père originaire de Trinidad et d’une mère originaire de Jamaïque, Sonya Clark est une artiste de la fibre connu pour utiliser une variété de matériaux, y compris les cheveux et les peignes, pour aborder la race, la culture, la classe et l’histoire. Elle est professeur d’art au Amherst College d’Amherst, dans le Massachusetts. Auparavant, elle a été chercheuse distinguée à la School of the Arts de la Virginia Commonwealth University où, de 2006 à 2017, elle a dirigé le département d’études sur l’artisanat et les matériaux. En 2016, elle a été récompensée par un prix VCU Distinguished Scholars Award. Elle a obtenu une maîtrise en beaux-arts de la Cranbrook Academy of Art et a été récompensée par le prix Distinguished Alumni en 2011. Elle est titulaire d’un diplôme en beaux-arts de la School of Art Institute de Chicago. Son premier diplôme universitaire est un BA du Amherst College, où elle a également reçu un doctorat honorifique en 2015. Son travail a été exposé dans plus de 350 musées et galeries en Amérique, en Afrique, en Asie, en Europe et en Australie. Elle est récipiendaire de plusieurs prix internationaux et de bourses

Yagazie Emezi (Nigeria, Photographie)

Artiste et photographe autodidacte de documentaire originaire d’Aba, au Nigeria, Yagazie Emezi est diplômée de l’université du Nouveau-Mexique en anthropologie culturelle et en études africaines. Elle se consacre à des récits sur les femmes africaines et leur santé, leur sexualité, leur éducation et leurs droits fondamentaux. Son projet en cours «Re-learning Bodies» explore comment les survivants de traumatismes, en dehors du récit de violence et d’abus, s’adaptent à leurs nouveaux corps, marquant ainsi l’absence d’une culture effusive autour de la positivité corporelle en tant que phénomène culturel remarquable, tout en établissant des comparaisons entre les cicatrices et la l’environnement naturel de la terre. Ses œuvres personnelles les plus récentes s’inspirent de l’histoire et de l’actualité, utilisant des fantasmes et des contes populaires pour aborder des problèmes sociaux.

Nona Faustine (USA, Photographie)

Nona Faustine est une photographe, artiste plasticienne et native de Brooklyn. Son travail porte sur l’identité, la représentation et l’histoire. Ses travaux ont été publiés dans divers médias nationaux et internationaux, notamment le New York Times, Artforum et le Guardian. Ses photographie sont exposées dans les collections du Studio Museum of Harlem, du Centre David C. Driskell de la Maryland State University, du Brooklyn Museum et du Carnegie Museum de Pittsburg. Elle est finaliste du concours Outwin Boochever 2019 à la National Portrait Gallery du Smithsonian.

Devin B. Johnson (USA, Peinture)

Devin B. Johnson est né à Los Angeles, en Californie et a obtenu un BA en beaux-arts de l’université de Californie, Channel Islands, et une maîtrise en beaux-arts de l’institut Pratt. Il a participé à diverses expositions collectives à Los Angeles, dont une récente exposition collective cet été avec la galerie Nicodim Trans World. Il prépare sa première exposition personnelle avec la Residency Gallery à Los Angeles pour septembre 2019.

Heather Jones (USA, Textiles)

Heather Jones est une artiste qui s’intéresse aux relations historiques et sociopolitiques entre les femmes et les textiles et explore la relation entre le genre, le lieu, le temps et la culture. Son travail a été largement exposé dans des salles nationales et internationales telles que le Taft Museum of Art, Ohio; New England Quilt Museum, Massachusetts; et en Allemagne. Originaire de Cincinnati, elle vit actuellement en dehors de la ville dans une petite ferme avec son mari et ses deux enfants.

Grace Lynne (USA, Peinture)

Grace Lynne Haynes est une artiste peintre et designer née à Los Angeles qui centre son travail sur la femme afro-américaine des temps modernes et sur son rapport à la féminité. Elle s’efforce d’explorer les intersections entre la culture, la couleur, la féminité et la diaspora africaine dans son ensemble. Grace Lynne Haynes a obtenu son diplôme en illustration et pratique sociale. Son travail a été publié dans New American Paintings, Creative Quarterly et American Illustration Annual. Elle a exposé au Musée de l’histoire et des arts de l’Ontario, à la galerie Paul Robeson, à la galerie Band of Vices, à la galerie municipale de Los Angeles et à la New Image Art Gallery.

Zanoxolo Sylvester Mqeku (Afrique du Sud, Sculpture)

Zanoxolo Mqeku est né à Mount Fletcher, une petite ville située à la périphérie du Cap oriental, en Afrique du Sud. Au début de 2016, il s’est inscrit à l’université de technologie de Tshwane. Après avoir terminé un B-Tech en beaux-arts, il a commencé une maîtrise en design et en studio à l’université centrale de Bloemfontein. Dans le but de développer la recherche sur la pratique innovante en studio de la céramique coulée en sable, Mqeku a obtenu une commande dans le cadre du Goethe Project Space (GPS) par le Goethe Institut de Johannesburg. Entre septembre et octobre 2018, il a organisé un atelier public sur la céramique sablée à l’université centrale de technologie de Bloemfontein.

Kelechi Njoku (Nigeria, Écrivain)

Les écrits de Kelechi Njoku sont parus dans adda, Litro, This Is Africa, Brittle Paper, The Muse, et autres publications. Il a été sélectionné pour le prix Common Story Common Story 2017 et avait déjà remporté le prix Writivism Short Story de la région Afrique de l’Ouest. Son travail a été mis en lumière par The Book Banque («9 histoires que vous devriez lire») et par Brittle Paper («79 pièces remarquables de 2017»). Il vit à Lagos, où il est rédacteur en chef chez Kachifo et rédacteur en chef chez Bakwa Magazine.

Chelsea Odufu (USA, Film)

Chelsea Odufu est une réalisatrice américaine, nigérienne, guyanaise primée, qui fusionne sa passion pour la culture et l’afro-futurisme afin de mettre en valeur le caractère unique de groupes sous-représentés à l’écran. Son film primé «Ori Inu: In Search of Self» est projeté dans le monde entier et dans des institutions telles que Harvard et Yale. Elle a dirigé le contenu de marques telles que Cadillac, Gillette Venus et Fiverr. Elle a travaillé pour Spike Lee sur ses projets «Chi-Raq» et « She’s Gotta Have it». Chelsea Odufu est actuellement en post-production pour son nouveau pilote de télévision afro-futristique « Black Lady Goddess ».

Kambui Olujimi (USA, Mixed Media)

Kambui Olujimi est né et a grandi à Bedford Stuyvesant, Brooklyn. Il a obtenu sa maîtrise de l’Université Columbia et a fréquenté l’école de peinture et de sculpture de Skowhegan. Son travail remet en question des modes de pensée établis qui fonctionnent généralement comme des «inévitabilités». Cette poursuite prend forme à travers des œuvres interdisciplinaires couvrant la sculpture, l’installation, la photographie, l’écriture, la vidéo et la performance. Ses œuvres ont été présentées pour la première fois au festival de Sundance, au Museum of Modern Art de New York; le Museum of Contemporary Art (Los Angeles) et Mass MoCA. Au niveau international, son travail a été présenté au Museo Nacional Reina Sofia à Madrid, au Kiasma Museum en Finlande et au Para Site à Hong Kong, entre autres.

Zohra Opoku (Ghana, Mixed Media)

Zohra Opoku est une artiste d’origine allemande et ghanéenne basée à Accra. Elle examine les influences politiques, historiques, culturelles et socio-économiques dans la formation des identités personnelles, en particulier dans le contexte du Ghana contemporain. Sa pratique est centrée sur les textiles et les codes vestimentaires ghanéens traditionnels, qui font partie intégrante de l’identité et de l’industrie du pays tout au long de l’histoire complexe de l’Afrique de l’Ouest et lui permettent de se connecter de manière tangible à l’abstraction de l’identité.

Les explorations d’Opoku se sont principalement déroulées à travers l’objectif de sa caméra. Sa photographie s’exprime à travers la sérigraphie et le traitement photo alternatif sur des variétés de tissus naturels. En outre, elle expérimente du bois neuf et trouvé, ainsi que des textiles et des vêtements utilisés dans différentes manifestations d’installations spécifiques.

Rafael Rodrigues Gomes Da Silva (Brésil, Mixed Media)

Rafael RG est un artiste visuel et écrivain. Il est né et a grandi à Guarulhos et vit et travaille maintenant entre Belo Horizonte et Salvador, au Brésil. Sa pratique est axée sur les relations sexuelles et affectives et leurs implications politiques ainsi que sur les questions d’identité raciale. Travaillant avec des archives institutionnelles et personnelles, il présente ses recherches au travers d’ateliers, d’installations, de textes performatifs, de publications et d’objets. Les matériaux avec lesquels il travaille sont souvent étroitement associés à des récits qui impliquent lui-même ou un alter ego et les projets qui en résultent sont proches ou ressemblent à de la fiction.

 

Tajh Rust (USA, Peinture)

Tajh Rust est né à Brooklyn, à New York. Il a obtenu un diplôme en beaux-arts (peinture et cinéma) de Cooper Union en 2011 et une maîtrise en peinture de l’université de Yale en 2019. Il vit et travaille actuellement à New Haven, dans le Connecticut. Il a exposé dans plusieurs endroits notamment le Centre culturel afro-américain August Wilson, Pittsburgh; le Musée des arts de la diaspora africaine contemporaine, Brooklyn; Bronx Art Space, Bronx; Stems Gallery, Bruxelles, Belgique; Artspace, New Haven; De Buck Gallery, New York; Green Hall Gallery, New Haven; Rush Arts, Philadelphie; Welancora Gallery, Brooklyn; et Fridman Gallery, New York.

Ytasha Womack (USA, Film)

Ytasha L. Womack est auteur, cinéaste, danseuse et chercheur indépendant. Son livre « Afrofuturism: The World of Black Sci Fi & Fantasy Culture » est enseigné dans des universités du monde entier. « Post Black », la série « Rayla Universe » et « Eartha 2198 » figurent parmi ses livres. Son dernier livre, « A Spaceship in Bronzeville » (Mouse Books) est un produit de sa résidence à Kickstarter. Il sortira en août 2019. Ses films incluent «A love letter to the Ancestors From Chicago ”(producteur / réalisateur) et“ Couples Night ”(scénariste). Elle a créé un programme de thérapie par la danse afrofuturisme et des conférences sur l’afrofuturisme et l’imagination dans le monde entier. Résidente à Chicago, elle a obtenu son bachelor en arts médiatiques de masse de la Clark Atlanta University et a étudié les arts, le divertissement et la gestion des médias au Columbia College de Chicago.

Patrick Ndungidi
Journaliste et Storyteller
https://africanshapers.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *