Africa Netpreneur Prize : les dix finalistes sont connus

News Tech

Les 10 candidats finalistes, originaires d’Égypte, du Nigeria, du Liberia, du Rwanda et de la Côte d’Ivoire, ont été sélectionnés après sept mois de procédure et près de 10 000 candidatures.

La grande finale se déroulera le 29 novembre prochain à Accra au Ghana devant un jury composé de Jack Ma ;Strive Masiyiwa, fondateur et président exécutif du groupe Econet ;Ibukun Awosika, président de la First Bank of Nigeria et fondateur de The Chair Centre group ; et Joe Tsai, vice-président exécutif du groupe Alibaba. Le vainqueur remportera un million de dollars US.

Les dix finalistes feront leurs dernier pitch lors de l’enregistrement, le 16 novembre, de l’émission «Africa’s Business Heroes», qui sera diffusé le 29 novembre dans plusieurs pays en Afrique.

« Nous avons lancé l’Initiative Africa Netpreneur Prize pour identifier les meilleurs entrepreneurs de tout le continent, non seulement pour les récompenser, mais également pour inspirer toute une nouvelle génération de game changers potentiels pour l’Afrique. J’ai été inspiré par les entrepreneurs que j’ai rencontrés en Afrique, dont beaucoup sont confrontés aux mêmes problèmes que ceux auxquels nous étions confrontés lorsque nous avons démarré Alibaba il y a plusieurs années. Je crois sincèrement que le potentiel des héros commerciaux africains est illimité », a déclaré Jack Ma dans un communiqué.

La Fondation Jack Ma organisera également une conférence d’une journée, sur invitation uniquement, le 16 novembre – le Sommet des entrepreneurs africains -, qui réunira des entrepreneurs, des investisseurs, des éducateurs et des dirigeants africains et mondiaux pour discuter de la meilleure façon de favoriser l’esprit d’entreprise et l’économie numérique sur tout le continent. L’ancien Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, doit prendre la parole au sommet.

Lancé en mars, le Prix Netpreneur regroupe des candidatures de 50 des 54 pays africains. Ces milliers de candidats ont finalement été ramenés à 20, avec un panel de juges en demi-finale composé d’entrepreneurs, d’investisseurs et de capital-risqueurs chargés de choisir les 10 finalistes qui sont :

Waleed Abd El Rahman, CEO de Mumm (Égypte)

Mumm est une plate-forme en ligne qui met en contact des cuisiniers chefs à domicile et des clients pour leur donner accès à des plats sains, frais et faits maison, provenant de la cuisine d’un chef à domicile.

Pour sa part, Waleed Abd El Rahman est un entrepreneur chevronné avec plus de 12 ans d’expérience dans les technologies alimentaires. Il est l’ancien directeur général fondateur de MIT Technology Review-Middle East et membre du comité consultatif de la communauté des Global Shapers du Forum économique mondial.

Ayodeji Arikawe, cofondatrice de Thrive Agric (Nigeria)

Thrive Agric est une entreprise axée sur les technologies agricoles qui travaille avec les petits exploitants agricoles pour leur fournir un meilleur accès au financement, ainsi que pour améliorer leur revenu et la distribution de leurs récoltes. Aujourd’hui, Thrive Agric travaille avec 22 000 agriculteurs au Nigeria, mais son objectif est de créer le plus grand réseau d’agriculteurs en Afrique. La société a pour mission de «construire une Afrique qui nourrit le monde et se nourrit d’elle-même». Ayodeji Arikawe est une ingénieure en logiciel, cofondatrice et chief technology officer (CTO) pour Thrive Agric.

Temie Giwa-Tubosun, fondatrice et CEO de LifeBank (Nigeria)

LifeBank est une société de distribution médicale qui utilise les données et la technologie pour aider les agents de santé à se procurer des produits médicaux essentiels. Elle a ainsi permis de sauver plus de 5 300 vies au Nigeria. La fondatrice Temie a plus de 10 ans d’expérience en gestion de la santé auprès du ministère du développement international du Royaume-Uni, de l’Organisation mondiale de la Santé, du Programme des Nations Unies pour le développement et de l’État de Lagos au Nigeria. En 2014, la BBC l’a classée parmi les 100 femmes qui changent le monde. Elle a également été reconnue par le World Economic Forum.

Mahmud Johnson, fondateur et CEO de J-Palm (Liberia)

J-Palm Liberia a été créée dans le but de fabriquer des biens de consommation haut de gamme tout en créant des opportunités de revenus et d’emplois grâce à une production durable d’huile de palme. Quand le JPL a été créé, les amandes d’huile de palme avaient été gaspillées au Liberia, mais son fondateur et CEO, Mahmud Johnson, a trouvé un moyen d’innover pour des utilisations productives. Aujourd’hui, JPL a créé une gamme de produits de beauté et d’énergie propre, établi un réseau solide de partenariats à travers le pays et aidé à créer des emplois pour des centaines de Libériens, a indiqué la société. Mahmud est titulaire d’un diplôme en économie du Dartmouth College et est l’un des récipiendaires 2017 de l’Ordre de l’étoile de l’Afrique décerné par le président du Liberia.

Kevine Kagirimpundu, cofondatrice et directrice générale, UZURI K & Y (Rwanda)

UZURI K & Y est une marque de chaussures respectueuse de l’environnement et d’inspiration africaine établie au Rwanda. Kevine Kagirimpundu est passionnée par la lutte contre le gaspillage dans le monde, tout en créant des emplois pour sa communauté. UZURI a eu un impact direct sur plus de 750 personnes grâce à l’emploi et à la formation professionnelle, explique-t-elle. En plus d’avoir obtenu son diplôme en design créatif, elle a également participé à de nombreux programmes d’entrepreneuriat pour améliorer ses compétences en développement des affaires. En 2017, elle a remporté le prix de de l’entreprise de l’année Made in Rwanda.

Christelle Kwizera, fondatrice de Water Access Rwanda (Rwanda)

Water Access Rwanda pionnier d’INUMA, un micro-réseau pour la salubrité de l’eau qui reconstitue les forages brisés et les transforme en kiosques à eau et en pipelines à la pointe de la technologie. L’eau est vendue 1 $ / 1000 litres et crée des emplois pour les jeunes. Actuellement, Water Access Rwanda emploie 68 personnes et permet à 47 612 clients d’accéder quotidiennement à l’eau dans 86 stations. Christelle Kwizera est une ingénieure en mécanique.

Tosan J. Mogbeyi Teren, fondateur de Black Swan (Nigeria)

L’entreprise a mis en place WeMUNIZE qui permet de résoudre les problèmes de santé publique en déployant un logiciel automatisé de planification, fonctionnant avec le GPS, associant la conservation des archives numériques et l’engagement de la communauté pour accroître l’enregistrement des naissances et les vaccinations des enfants. Black Swan travaille avec USAID Nigeria pour étendre la couverture de WeMUNIZE dans le nord du Nigeria. Tosan J Mogbeyi est un spécialiste de la santé publique avec plus de 13 ans d’expérience dans le déploiement de technologies pour résoudre les problèmes de développement au Nigeria.

Chibuzo Opara, co-fondateur, DrugStoc (Nigeria)

DrugStoc est une plate-forme informatique et logistique pharmaceutique basée sur le cloud qui vise à éliminer les médicaments contrefaits, à élargir l’accès aux produits pharmaceutiques et à améliorer la transparence des prix pour les prestataires de soins de santé et la chaîne d’approvisionnement en produits. Chibuzo est un économiste de la santé et un médecin possédant plus de 12 ans d’expérience dans le secteur de la santé. Il a travaillé avec l’Organisation mondiale de la santé, la Banque mondiale et la Société financière internationale.

Dr. Omar Sakr, fondateur et CEO de Nawah-Scientific (Égypte)

Nawah-Scientific est le premier centre de recherche privé de la région MENA qui se concentre sur les sciences naturelles et biomédicales et propose des services analytiques et scientifiques en ligne et à la demande. Omar Sakr a 13 ans d’expérience dans le domaine pharmaceutique, a été professeur adjoint auxiliaire en entrepreneuriat à la Cité des sciences et de la technologie de Zewail et a remporté des prix scientifiques et commerciaux pour la conception de produits innovants.

Moulaye Taboure, co-fondateur et CEO d’Afrikrea (Côte d’Ivoire)

Afrikrea.com est le principal marché en ligne «Made of Africa» dédié à la mode, à l’art et à l’artisanat. La marketplace a généré plus de 4 millions de dollars de ventes dans 101 pays et est destiné aux commerçants du monde entier. La plateforme, selon ses dirigeants, compte plus de 50 000 utilisateurs dans 145 pays différents, enregistre 230 000 visites par mois en moyenne dont 70 pour cent via mobile.

Moulaye Taboure a grandi au Mali et a travaillé pour des sociétés telles que PricewwaterhouseCoopers et Alstom avant de passer à l’entrepreneuriat.

Patrick Ndungidi
Journaliste et Storyteller
https://africanshapers.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *