Afrique du Sud : Mbali Zantsi « Don Queen », première promotrice de boxe professionnelle

News Portrait

La sud-africaine, première femme promoteur de boxe dans le pays, a été surnommée « Don Queen »  en référence à l’américain « Don King », célèbre promoteur de boxe .

Mbali Zantsi a fondé et dirige Showtime Boxing Promotions, entreprise basée à Johannesburg et spécialisée dans l’organisation et la promotion de la boxe féminine et masculine.

Elle a débuté sa carrière en 2003, après avoir obtenu sa licence de promotrice et a encadré plusieurs boxeurs sud-africains  notamment des stars telles que Simphiwe Vetyeka«V12», Sizwe Sinyabi«The Fighting Eagle» et Oscar Chauke «Golden Boy».

Les combats et tournois qu’elle organise sont retransmis à la télévision nationale sud-africaine SABC, avec laquelle elle a un partenariat.

Née à Port Elizabeth, en Afrique du Sud, Mbali Zantsi a toujours voulu être une pionnière pour casser les préjugés sur les femmes. En 2007, elle a réalisé un rêve qu’elle nourrissait depuis quatre ans, en organisant le premier tournoi de boxe féminin en Afrique du Sud. L’événement s’est déroulé au Centre international des congrès de Durban à l’occasion du mois de la femme. Les différents combats ont opposé quatre boxeuses sud-africaines, à savoir Noni Tenge, Unathi Myekeni, Sendra Almeida et Dorothy Cloete, avec des adversaires venues du Brésil.

Depuis lors, Mbali Zantsi a organisé plusieurs combats de boxe féminine, avec la particularité d’être égalements gérés par des officiels exclusivement féminins : juges, arbitres ou encore annonceurs des rings. La première femme encadrée par Mbali Zantsi a été Gladys Tsenene, qui a travaillé aux niveaux régional et national. Son premier tournoi a été organisé au Nangoza Jebe Hall à New Brighton (Banlieue de Port Elizabeth).

Depuis, elle a encadré et produits plus de 20 champions d’Afrique du Sud et du monde, notamment Noni Tenge, première sud-africaine à avoir été championne du monde de boxe et les championnes d’Afrique du Sud, Julie Tshabalala (poids moyen) et Rita Mrwebi (poids welter ou mi-moyen). Mbali Zantsi a également organisé un tournoi aux Pays-Bas pour faire la promotion d’anciens boxeurs ayant participé aux jeux olympiques dans les deux pays.

Une approche différente de la promotion de la boxe

A ses débuts, la jeune promotrice a bénéficié du mentorat de Mzimasi « Mzi » Mnguni, célèbre promoteur de boxe en Afrique du Sud. En 2005, ce dernier, dans une interview avec le journal sud-africain Sunday Tribune, avait déclaré: «Toute son approche de la promotion est différente de celle des anciens. Je me fie toujours à mon expérience, mais elle a tellement de nouvelles idées que je pense qu’elle voudra me dépasser ».

Malgré les réticences de ses pairs masculins et des commentaires parfois négatifs qui lui étaient directement adressés, « Don Queen » est toujours en activité 16 ans après. « Beaucoup de femmes me considèrent comme une pionnière et c’est pourquoi je suis resté aussi longtemps dans le sport. Je n’allais jamais les laisser tomber. Je n’ai pas été faite pour laisser tomber », a-t-elle confié lors d’une récente interview au Mail & Guardian.

Pour Mbali Zantsi, la ténacité est essentielle dans une industrie de la boxe sud-africaine qui lutte pour sa survie. Le vendredi 29 mars dernier, la promotrice a organisé un tournoi de boxe mixte à Port Elizabeth, dont l’un des combats a notamment mis aux prises la boxeuse Nozipho «Intsimbi» , née à Port Elizabeth et la championne actuel des poids plumes de la fédération mondiale de boxe (WBF), Unathi Myekeni «Showgirl» d’East London.

Pionnière également à la WBF

Récipiendaire à deux reprises du prix du sport féminin G-Sport en Afrique du Sud, elle est également la première femme, dans l’histoire de la fédération internationale de boxe (World Boxing Federation) à avoir remporté le prix de promoteur de l’année  en 2015.

Ce prix lui a été décerné pour avoir organisé deux combats pour le titre de champion du monde, en l’espace de quatre mois, lorsque la boxe est revenue sur les écrans de télévision de SABC après quatre ans d’absence.

Photo Trevor Kolk

A ce sujet, la fédération internationale de Boxe a déclaré « C’est la première fois dans l’histoire des WBF Annual Awards qu’une femme remporte la catégorie « Promoteur de l’année ».Mais, dans ce cas précis , il est tout à fait méritant et approprié que cette jeune femme, qui a tant fait pour la boxe féminine en Afrique du Sud reçoive cet honneur ».

Mbali Zantsi est déterminée à faire retrouver à la boxe sud-africaine ses lettres de noblesse, avec l’aide des municipalités et des sponsors. « Si vous n’avez que des boxeurs faibles, qui ne peuvent pas vraiment boxer ou qui ne sont pas sérieux dans les entraînements , il n’y a rien à promouvoir ou à vendre au monde »,a fait savoir celle qui est également dans le comité exécutif de l’association nationale sud-africaine des promoteurs de boxe.

En outre, elle estime que pour que la boxe féminine se développe, davantage de femmes doivent montrer un intérêt pour ce sport afin que les combats puissent être facilement organisés.

Partager
Patrick Ndungidi
Journaliste et Storyteller
https://africanshapers.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *