Algérie-Tunisie : Maha Issaoui, 32 ans et Yacine Oualid, 26 ans, les plus jeunes membres du gouvernement

News Portrait

L’Algérie et la Tunisie ont rendu public, le jeudi 2 janvier la composition de leurs équipes gouvernementales respectives. Yacine Oualid est le plus jeune ministre du gouvernement algérien, tandis que Maha Issaoui est la plus jeune membre du gouvernement tunisien.

Yacine Oualid a été nommé ministre délégué aux startups dans le gouvernement algérien, rendu public le jeudi 2 janvier. Il est le plus jeune ministre de ce gouvernement de 39 membres dirigé par le Premier ministre algérien Abdelaziz Djerad.

Né en 1994 à Boumerdès (Est d’Alger), Yacine Oualid est titulaire d’un doctorat en médecine, obtenu à la faculté de médecine Taleb Mourad, située dans la ville de Sidi Bel Abbès, en Algérie. Il a créé le premier hébergeur privé algérien Smart Ssolutions Hosting, et est connu dans le milieu du développement informatique algérien.

Yacine Oualid est également le fondateur de deux start-ups dans les domaines du cloud computing, de la cybersécurité, du marketing digital et de l’intelligence numérique.

Développeur Web et spécialiste du marketing numérique autodidacte, il se passionne pour l’autonomisation des marques grâce à des solutions centrées sur le client, pour rendre les nouvelles technologies plus faciles et plus accessibles, et pour aider d’autres startups à se développer plus rapidement.

Femme et jeune

Pour sa part, Maha Issaoui, 32 ans, a été nommée, le jeudi 2 janvier 2020, secrétaire d’État auprès du ministre de la Santé, dans le gouvernement de Habib Jamli, Premier ministre de la Tunisie. Elle est la plus jeune ministre de ce gouvernement de 42 membres et fait également partie des 10 femmes ministres de ce gouvernement (4 ministres et 6 secrétaires d’État).

Née le 12 mai 1987 à Sidi Bouzid, Maha Issaoui est Docteure en sciences et ingénierie de la santé, de l’université Clermond-Auvergne. Elle est chercheuse à l’institut Pascal de Clermont-Ferrand en France, Maître des conférences à l’université Clermond-Auvergne et aussi experte en imagerie médicale et en éducation pour la santé publique.

Activiste et blogueuse lors du printemps arabe, Maha Issaoui fut l’une des premières personnalités à mettre en ligne sur sa page Facebook des vidéos et des photos des manifestations de Sidi Bouzid en 2010, qui ont conduit au déclenchement de la révolution en Tunisie et au printemps arabe. Elle a notamment servi de guide et d’interprète aux équipes de la télévision française qui étaient venues couvrir la révolution tunisienne. Par la suite, elle a décroché une bourse pour poursuivre des études de médecine en France.

Remarquée par l’Unesco pour son engagement en faveur de l’éducation des filles et leurs présence dans les sciences , elle est aujourd’hui ambassadrice de la Fondation L’Oréal-Unesco ”For Girls In Science”. A cet effet, elle intervient fréquemment dans les collèges et lycée pour inciter les filles à effectuer des carrières scientifiques. Elle est également conférencière et militante pour les droits humains.

Maha Issaoui s’est aussi faite connaître comme la jeune tunisienne qui est tombée « par hasard », sur Emmanuel Macron en pleine nuit dans les rues de Clermont-Ferrand en 2018 en France. Elle l’avait abordé et Emmanuel Macron, qui préparait sa visite officielle en Tunisie, l’a invité à l’accompagner dans son pays d’origine. C’est ainsi qu’elle s’était retrouvée dans l’avion présidentiel et dans la délégation d’Emmanuel Macron.

Maha Issaoui est membre de plusieurs associations internationales professionnelles telles que British Medical Ultrasound Society (BMUS) au Royaume-Uni ; l’association pour le développement de l’obstétrique et de la gynécologie en Auvergne ainsi que d’associations humanitaires telles que le Conseil universel pour la paix des nations et continents (CULPAC) et Med’in Peace.

Patrick Ndungidi
Journaliste et Storyteller
https://africanshapers.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *