Angela Ndambuki,nouvelle directrice Afrique subsaharienne de la Fédération internationale de l’industrie phonographique

News Portrait

 Avocate à la Haute Cour du Kenya et ancienne chanteuse, Angela Ndambuki est,depuis 2018, vice-présidente de l’association kényane des producteurs de musique. La Fédération internationale de l’industrie phonographique est un organisme syndical international, fondé en 1933 et enregistré en Suisse. Il est chargé de faire respecter dans le monde entier les droits d’auteur de l’industrie du disque phonographique. L’organisation a ouvert à Nairobi son premier bureau régional en Afrique subsaharienne.

A ce nouveau poste Ndambuki travaillera dans les 46 pays de la région pour promouvoir la valeur de la musique enregistrée, faire campagne pour les droits des producteurs de disques et développer les utilisations commerciales de la musique enregistrée.

Angela Ndambuki a été nommée, le mardi 14 août 2018, vice-présidente du conseil d’administration de l’association kényane des producteurs de musique (KAMP) pour une période de trois ans, avec effet immédiat. La KAMP a été constituée en 2003 et autorisée en 2008 par le Kenya Copyright Board (KECOBO) pour représenter les droits et les intérêts des producteurs d’enregistrements sonores en percevant des droits de licence et des redevances conformément au droit d’auteur et en les redistribuant sous forme de redevances aux membres et aux détenteurs de droits affiliés.

Spécialiste de la propriété intellectuelle 

Angela Ndambuki est une ancienne chanteuse au sein du groupe kényan Tatuu, composé de trois jeunes femmes. Elle avait été nommée, en octobre 2017, CEO de la Chambre de commerce et d’industrie du Kenya (KNCCI), position qu’elle n’a occupée que pendant 8 mois jusqu’en mai 2018. Elle a été la deuxième femme au Kenya à occuper ce poste.

Titulaire d’une maîtrise en droit de la propriété intellectuelle de l’Université d’Edimbourg, au Royaume-Uni, et d’un diplôme en droit de l’université de Nairobi, Angela Ndambuki est avocate à la haute Cour du Kenya. Co-fondatrice de la « Performers Rights Society of Kenya » (PRISK), organisation de gestion collective des droits des artistes interprètes, elle en a été la General Manager, avant d’être nommée CEO, position qu’elle a occupée de novembre 2012 à septembre 2017.

Elle a ainsi travaillé avec l’organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI) ainsi que l’organisation régionale africaine de la propriété intellectuelle (ARIPO) et a également facilité la mise en place du premier logiciel local de surveillance et de distribution pour la gestion collective des droits voisins en Afrique subsaharienne.

Angela Ndambuki a été la première personnalité africaine d’une CMO (Collective Management Organisation) à devenir, en 2014, membre de l’organisme international SCAPR, l’association internationale pour le développement de la coopération pratique entre les organismes de gestion collective et les interprètes. Elle a également été membre du comité consultatif de l’African Financial & Economic Crimes Academy ( Académie africaine des crimes financiers et économiques), basée au Royaume-Uni pour lutter contre la criminalité financière et économique en Afrique subsaharienne.

Elle a remporté de nombreux prix prestigieux et a été classée parmi les femmes les plus influentes de moins de 40 ans . Elle siège également au conseil d’administration du centre de divertissement du comté de Machakos (sud-est de Nairobi) pour le cinéma, les médias, la musique et les arts. Elle est mariée et mère de deux filles.

Patrick Ndungidi
Journaliste et Storyteller
https://africanshapers.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *