Prix Nobel de la Paix  : trois personnalités africaines sur la short list

News

Chaque année, le directeur de la très informée «  Peace Research Institute Oslo  » (PRIO) dévoile sa liste restreinte de candidats nominés pour le prix Nobel de la paix.

Henrik Urdal, qui est est le directeur de l’organisation depuis 2017, a publié, le jeudi 26 septembre, sa liste pour cette année, sa troisième depuis sa prise de fonction. PRIO établit sa liste de potentiels gagnants avant le prix annoncé chaque année en octobre et qui sera annoncé, cette année, le 11 octobre prochain. L’année dernière, PRIO avait placé en tête de liste Denis Mukwege et Nadia Murad, qui ont, par la suite, remporté le prix Nobel de la paix.

Ainsi, la short list de PRIO contient les noms suivants  : les jeunes activistes Hajer Sharief (Lybie), Ilwad Elman (Somalie), Nathan Law Kwun-chung(Hong-Kong)  ; les organisations «Reporters Without Borders»,  «Control Arms Coalition», «International Rescue Committee» et aussi le nom du Premier ministre éthiopien, Abiy Ahmed.

Cette année, 301 personnalités sont candidates au prix Nobel de la paix , dont 223 individus et 78 organisations. 301 est le quatrième plus grand nombre de candidats jamais enregistré. Le record actuel de 376 candidats a été atteint en 2016. Les deux activistes africaines sont en tête de liste avec le jeune activiste de Hong-Kong Nathan Law Kwun-Chung, 26 ans. «  L’importance de l’activisme des jeunes est devenue de plus en plus évidente ces dernières années. Les jeunes fixent l’ordre du jour sur des questions d’importance cruciale pour la paix et la sécurité aux niveaux local et mondial, remettant en question les récits établis et la dynamique du pouvoir générationnel. Le Conseil de sécurité des Nations Unies a reconnu « la contribution importante et positive de la jeunesse dans les efforts en faveur du maintien et de la promotion de la paix et de la sécurité  » dans la résolution 2250 sur la jeunesse, la paix et la sécurité, adoptée en 2015. Ce thème n’est plus d’actualité depuis lors, et j’estime que les contributions des jeunes devraient être soulignées dans le Prix Nobel de la paix de cette année  »,Henrik Urdal dans un communiqué publié par l’institution.

Ilwad Elman,29 ans.

Ainsi, a indiqué le directeur de PRIO, la somalienne Ilwad Elman figure également parmi les potentiels candidats susceptibles de remporter le Prix Nobel de la paix 2019 . Née en Somalie, Ilwad Elman a passé son enfance au Canada avant de revenir en Somalie en 2010 alors qu’elle était âgée d’une vingtaine d’années. Avec sa mère, Fartuun Adan, elle a cofondé et dirige actuellement «  The Elman Peace and Human Rights Center  » à Mogadiscio.

Le centre développe un certain nombre de programmes liés à la paix, allant du militantisme des jeunes et de l’éducation à la paix à la formation, à la création d’emplois et à la lutte contre la violence sexiste. Lauréate de la personnalité africaine jeune de l’année aux Africa Youth Awards 2016, Ilwad Elman est membre du groupe consultatif du Fonds des Nations Unies pour la consolidation de la paix, ainsi que de nombreux autres groupes d’experts des Nations Unies. Comme Hajer Sharief, elle est également associée à l’initiative Extremely Together de la Fondation Kofi Annan.

Ilwad Elman conduit également divers groupes de coordination en Somalie centrale et du Sud dont les membres sont des ONG locales et internationales, des agences des Nations Unies et des représentants du gouvernement et des chercheurs. Ces groupes sont conçus pour améliorer la prestation des services entre le grand nombre d’acteurs humanitaires, de renforcer leur système de référence et la coopération, améliorer le partage de l’information, assurer que les initiatives de la société civile sont en cohésion avec les plans d’action du gouvernement fédéral, et, finalement, compléter l’objectif plus d’une coordonnée bien social en Somalie.

Dans cette optique, Ilwad Elman préside le groupe de travail protection de l’enfance dans la ville d’Afgooye, de la région Basse-Shabelle (Sud de la Somalie), la violence sexospécifique groupe de gestion des cas à Mogadiscio et co-préside le groupe de travail protection de l’enfance à Mogadiscio aux côtés de l’UNICEF.

Ilwad Elman a fait partie du programme de Barack Obama pour les jeunes leaders africains en 2014. Au cours de la même année, elle a été nommée ambassadrice en Somalie pour les jeunes afin de mettre fin à la violence sexuelle. En tant que militante sociale, Ilwad organise des événements TEDx en Somalie (Technology, Entertainment et Design).

Hajer Sharief, 27 ans.

En outre, explique PRIO, l’activiste libyenne Hajer Sharief serait particulièrement digne de remporter le prix Nobel de la paix. Lauréate du «  Student Peace Prize  » en 2017, Hajer Sharief a co-fondé, à 19 ans, «  Together We Build It  », un réseau de la société civile œuvrant pour une transition pacifique et démocratique en Libye. En tant que membre de l’équipe de plaidoyer pour la jeunesse de «  United Network of Young Peacebuilders  » (Ce réseau figure également parmi les favoris pour le prix Nobel de la Paix), Hajer Sharief a fait campagne pour l’adoption et la mise en œuvre de la résolution 2250 du Conseil de sécurité.

Avec son organisation, Hajer Sharief travaille pour l’inclusion des femmes et des jeunes dans la paix en Libye. En 2013, elle a co-créé le Réseau 1325 en Libye, un réseau d’organisations de la société civile encourageant les femmes à jouer un rôle actif dans la consolidation de la paix et la prévention des conflits. Dans le cadre de l’initiative « Extremely Together » de la fondation Kofi Annan, elle a également aidé à mettre au point la toute première boîte à outils utilisée dans la lutte contre l’extrémisme violent menée par les jeunes. « Une question particulièrement importante pour un prix de la paix destiné aux jeunes, compte tenu de l’importance des discussions en cours sur la radicalisation des jeunes »,a fait savoir Henrik Urdal.

Hajer Sharief a été membre du groupe d’experts des Nations Unies pour l’étude sur la jeunesse, la paix et la sécurité. Elle est également une championne d’ONU femmes sur les femmes, la paix, la sécurité et les droits de l’homme.

Abiy Ahmed

Par ailleurs, fait savoir le directeur de PRIO, parmi ses premières actions importantes après son entrée en fonction en avril 2018, le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed (qui figurait en tête de liste de l’organisation mais qui ne l’est plus) a pris des mesures pour mettre officiellement un terme au conflit avec l’Érythrée, en signant une « Déclaration commune de paix et d’amitié » le 9 juillet 2018 avec son homologue érythréen, Isaias Afwerki. et indiquant qu’il remettra des territoires fonciers contestés comme la ville frontalière de Badme. Dans le même esprit audacieux, indique l’organisation, Abiy Ahmed a engagé un dialogue avec de nombreux groupes d’opposition armés éthiopiens dans la région et a réussi à persuader le Front de libération d’Oromo de s’engager à participer pacifiquement au processus politique.

«  Les réformes progressives qui ont suivi son accession au pouvoir comprennent les réformes du secteur de la sécurité, la levée de l’état d’urgence, la création d’un ministère de la Paix et le pardon des prisonniers politiques. Lui-même de tradition mixte oromo et amhara, sa mère étant un chrétien orthodoxe et son père, un musulman, Abiy a nommé un cabinet faisant preuve d’une rare sensibilité à l’inclusion politique. Le président et la moitié des ministres sont des femmes, y compris des femmes ministres de la défense et de la paix, et tous les principaux groupes ethniques et religieux sont représentés  », explique Henrik Urdal.

Selon PRIO, l’Éthiopie figure parmi les pays se situant près du bas de l’indice de développement humain et l’ambitieux programme de réformes économiques et sociales d’Abiy Ahmed représente sans doute un programme de prévention des conflits plus vaste et à long terme. De même, ses initiatives visant à renforcer la collaboration économique et le commerce dans la région, notamment des accords garantissant l’accès de l’Éthiopie aux ports de Djibouti, du Soudan, du Somaliland et du Kenya voisins, permettent d’espérer un développement plus stable et plus prospère dans toute la Corne de l’Afrique.

«  Bien qu’ayant initié des réformes démocratiques, Abiy Ahmed n’a toujours pas organisé d’élections libres et équitables en Éthiopie. Bien qu’il reste un État à parti unique, le pays se classe en dessous de 150 sur l’indice V-Dem de la démocratie libérale. En outre, le Premier ministre a fait l’objet d’un contrôle pour ne pas avoir fait face à une violence ethnique croissante en Éthiopie, accusé même par certains d’exacerber les tensions existantes en utilisant des mesures discriminatoires sur le plan ethnique pour réprimer les forces de l’opposition. Si Abiy Ahmed reste sur cette liste en reconnaissance de l’espoir que ses réformes ont amené dans une région troublée, il reste à voir dans quelle mesure il sera capable de réaliser ce potentiel. Par conséquent, il ne figure plus en tête de liste. Le président de l’Erythrée, Isaias Afwerki, pourrait être l’un des co-vainqueurs, en reconnaissance de l’accord de paix qui a finalement résolu la guerre entre l’Érythrée et l’Éthiopie  »,conclut PRIO.

Patrick Ndungidi
Journaliste et Storyteller
https://africanshapers.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *