Bruktawit Tigabu, 37 ans, lauréate du Prix « Entrepreneur social de l’année » du Forum économique mondial

News Portrait

L’éthiopienne a reçu son prix le mardi 25 septembre, à l’issue du sommet sur l’impact du développement durable, organisé par la fondation Schwab, en marge de la 7 3ème session de l’assemblée générale des Nations unies. La Fondation Schwab, créée par Klaus Martin Schwab est une des composantes du Forum économique mondial, qui a été également fondé par Klaus Martin Schwab.

Bruktawit Tigabu et son mari américain Shane Etzenhouser sont cofondateurs de l’entreprise Whiz kids Workshop, spécialisée dans la production de programmes éducatifs via la télévision, la radio et de la presse. Les programmes sont diffusés dans sept langues locales, en mettant l’accent sur l’éducation de la petite enfance, les comportements sains, l’alphabétisation et l’égalité des sexes.

Tsehai Loves Learning

Dans ce cadre, Bruktawit Tigabu a créé la première émission éducative pré-scolaire du pays intitulée « Tsehai loves learning », mettant en scène une girafe prénommée « Tsehai » (ensoleillé), âgée de 6 ans. Cette dernière est le principal personnage de cette émission pour enfants, où des marionnettes et des personnages animés parlant l’amharique (langue locale éthiopienne), apprennent aux enfants les bases en matière de santé et des comportements à adopter dans la vie quotidienne.

Tsehai, dont la voix est interprétée par Bruktawit Tigabu, aime poser des questions et apprendre de tout. Chaque épisode est consacrée aux choses qu’elle apprend pour la journée.

L’usage de la langue amharique(avec des sous-titres en anglais) est utilisée pour faciliter la compréhension la plus large et donner aux enfants un message de reconnaissance de leur culture. Créée en 2006, l’émission est suivie par environ 5 000 000 d’enfants par semaine en Éthiopie. Chaque épisode dure de huit à dix minutes dans lesquelles sont traitées des questions sur l’hygiène, la sécurité routière, l’honnêteté ou encore la tolérance. Le programme a été traduit en plusieurs langues locales éthiopiennes et est aussi diffusé en une émission de radio qui touche 10 millions d’auditeurs par semaine.

Les histoires de « Tshehai » ont également été déclinée des livres traduits en sept langues maternelles locales différentes. En outre, pour atteindre les communautés qui ne disposent pas de poste de télévision, l’équipe de Bruktawit Tigabu se déplace avec son matériel dans les villages ou encore les centres de santé.

Des programmes éducatifs

Diplômée en biologie et en éducation physique de l’université d’Addis-Abeba, Bruktawit Tigabu a enseigné de 2002 à 2005, dans un collège de la capitale, avant de créer son entreprise qui emploie actuellement une vingtaine de personnes à temps plein.

« J’étais institutrice et cherchais des moyens de former des enfants ayant une éducation de qualité, en particulier ceux de la petite enfance. Peu d’enfants ont la possibilité de fréquenter des programmes de maternelle ou préscolaires, car nombre d’entre eux exigent des frais élevés. Beaucoup de recherches indiquent que les enfants qui commencent l’éducation dans leur petite enfance réussissent bien au secondaire et dans la vie en général. Je voulais donc offrir ce genre d’opportunités au plus grand nombre d’enfants possible. Les médias de masse sont un outil très économique pour atteindre les enfants. C’est pourquoi nous avons créé la première émission d’animation pour enfants en Éthiopie, diffusée depuis plus de dix ans et touchant environ 5 millions d’enfants chaque semaine », explique Bruktawit Tigabu.

Whiz kids Workshop produit également deux autres programmes : « Involve me », dans lequel des adolescents aux parcours difficiles racontent leurs épreuves face à la caméra (viol, un mariage forcé, être orphelin de parents malades du sida).

Leur histoire est ensuite diffusée à la télévision. L’autre programme, diffusé en ligne et intitulé « Tibeb Girls » s’attaque à la violence et à la discrimination sexistes.

Elle s’adresse aux adolescentes, en mettant en avant trois jeunes femmes qui unissent leurs forces et se servent de leurs super-pouvoirs, grâce auxquelles elles secouent les mentalités et bousculent les tabous. Objectif : montrer aux filles que tout est possible, même si on a tendance à leur faire croire que le monde n’est pas fait pour elles.

Bruktawit Tigabu est lauréate de nombreux prix notamment Next Generation Prize au Prix Jeunesse International (2008) ; le Japan Prize (prix international pour les créations éducatives) en 2008, prix Rolex jeune Lauréat en 2010, Fast Company’s 100 Most Creative People In Business (2012).

L’Agence des Etats-Unis pour le développement international (USAID) a aussi attribué à Whiz Kids Workshop un budget de plus de 500 000 dollars usd sur trois ans pour produire 56 épisodes des aventures de « Tsehai ». Bien plus, le gouvernement éthiopien a intégré dans les écoles publiques les programmes qu’elle a définis.

Du matériel pédagogique pour les écoles

Par ailleurs, WhizKids Workshop travaille en étroite collaboration avec les écoles et forme les enseignants à intégrer leurs programmes éducatifs dans leurs classes, pour lesquels Whiz Kids produit des DVD et du matériel pédagogique complémentaire. Ils sont également vendus sur Amazon et à des organisations telles que Save the Children et World Vision.

Tous les matériels pédagogiques de Whiz Kids sont développés en interne, sur la base de recherches en pédagogie innovante. Le ministère éthiopien de la santé et le ministère de l’éducation siègent tous deux au groupe consultatif sur le contenu et fournissent un soutien technique et de création de contenu, ainsi qu’un accès aux écoles publiques pour la recherche et les tests.

En 2015, Whiz Kids a mené une enquête pour évaluer l’impact des épisodes télévisés de « Tsehai Loves Learning », liés à la santé et a constaté que les connaissances sur la santé des enfants avaient doublé sur un groupe témoin.

Ces résultats ont conduit à l’intégration du programme dans 400 écoles (touchant plus de 150 000 enfants et leurs enseignants) et au développement d’une application permettant de suivre l’intégration en partenariat avec les autorités locales.

.

Partager
Patrick Ndungidi
Journaliste et Storyteller
https://africanshapers.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *