Canada : Gwen Madiba décorée de l’ordre d’Ottawa

News Portrait

Originaire du Gabon, Gwennaëlle Madiba Moubouyi, de son vrai nom, fait partie des 16 personnalités décorées de l’Ordre d’Ottawa le jeudi 21 novembre par le maire de la ville, Jim Watson, à l’hôtel de ville d’Ottawa. 

En outre, Hindia Mohamoud, originaire de Somalie, a également reçu le prix. Professeure agrégé au département de science politique et à l’Institut d’économie politique de l’université de York à Toronto au Canada, elle est également directrice du Partenariat local pour l’immigration d’Ottawa, où elle s’engage à faciliter l’établissement et la mise en œuvre d’une vision et stratégie à échelle communautaire pour améliorer l’établissement et l’intégration des immigrants à Ottawa. Auparavant, elle était directrice de la recherche au Conseil de planification sociale et directrice de l’impact et l’investissement à Centraide/United Way Ottawa

Pour sa part le camerounais Victor F. Tedondo a reçu  le Prix Brian-Kilrea pour l’excellence chez les entraîneurs. Ce prix, décerné par la Ville d’Ottawa, souligne les actions d’un entraîneur amateur incarnant le mieux les qualités de leadership et d’engagement.

Créé en 2012, l’Ordre d’Ottawa rend hommage à des « citoyens exceptionnels » dont la contribution sur le plan professionnel a enrichi de façon significative la vie de la ville dans divers domaines  notamment arts et culture, affaires, services communautaires, éducation, fonction publique ainsi que sports et la médecine.

Gwen Madiba, 34 ans, est une conférencière internationale, designer, ancien mannequin, animatrice, artiste et défenseure des droits des femmes et des enfants. Elle consacre sa vie à l’autonomisation des femmes, des enfants et des jeunes au Canada et à l’étranger. Elle est cofondatrice de la Fondation « Equal Chance ».

Née à Libreville au Gabon, Gwen Mabida est arrivée au Canada à l’âge de 7 ans. Elle est détentrice d’une Maîtrise en sociologie de l’université d’Ottawa et d’un baccalauréat bi-disciplinaire en communication et sociologie de la même université. Son diplôme lui a été remis en 2018 par la chancelière de l’université d’Ottawa, Michaëlle Jean, ancienne gouverneure générale du Canada et secrétaire générale de l’Organisation internationale de la Francophonie.

Elle a obtenu son premier emploi à l’âge de 13 ans, recrutée par son père, Lucien Moubouyi, pour être sa codirectrice de campagne électorale. Elle devait prononcer des allocutions devant des centaines de personnes et répondre aux questions du public.

Engagement social

Le 26 janvier 2006, son père, un diplomate, rentré au Gabon pour une mission, est tué en pleine rue. Gwen Madiba et sa famille se rendent au Gabon pour les funérailles, mais elle sera la seule à revenir au Canada. Elle va alors profiter du « monde de possibilités » offert par l’université d’Ottawa. Avec l’aide de ses collègues, elle fonde plusieurs organismes communautaires, dont « J’agis », un réseau bénévole de jeunes engagés dans leurs communautés.

Elle collabore ensuite avec « Vision GRAM international», un organisme canadien qui vient en aide aux populations défavorisées de la République démocratique du Congo, pays limitrophe du Gabon. Elle a ensuite dirigé « I am Fashion », un défilé de mode annuel voué à améliorer l’estime de soi de jeunes filles et jeunes garçons.

En 2010, avec le soutien Michaëlle Jean, 27e gouverneure générale du Canada et de Jean-Daniel Lafond, elle a fondé le « Black History Month Gala » à l’université d’Ottawa. Cet événement couronné de succès, qui est devenu le « Black History Month Gala » du Canada, rassemble plusieurs célébrités du monde entier et reconnaît les personnes noires et non noires qui travaillent avec des communautés noires du monde entier ou dont les histoires et les réalisations ont inspiré de nombreuses personnes à poursuivre leurs propres rêves et à se rassembler. La même année, elle a été incluse dans la liste des 100 femmes les plus influentes du Réseau des femmes exécutives du Canada, dans la catégorie des futures leaders. En 2011, elle a été présentée par l’Agence du revenu du Canada comme l’un des « leaders de demain ».

Grâce à son réseau de bâtisseurs de communautés, d’entrepreneurs et de célébrités, elle a lancé «Inhale-Excel», une série de dialogues dans laquelle le public est invité à intervenir, à partager ses histoires et à poser des questions à un panel composé de célébrités, d’entrepreneurs prospères et de bâtisseurs de communautés.

Promouvoir l’estime de soi

Gwen Madiba est également la fondatrice de « I AM FASHION » et de «The Safara African Print Fashion Shows ». Ces initiatives ont été conçues pour renforcer l’estime de soi des participants tout en les engageant dans une voie d’amour-propre, d’élévation et de découverte des cultures africaines à travers la mode, le design et la responsabilisation.

En 2012, elle a reçu le Prix de l’entrepreneur social des jeunes de la Conférence de la CCSR (Corporate and Community Social Responsibility Conference) au Collège Algonquin à Ottawa et a poursuivi son travail humanitaire en République démocratique du Congo, en Haïti, au Sénégal et au Gabon. Une partie de son travail consistait à aider les femmes et les enfants victimes de la guerre et à participer aux efforts visant à les réinsérer dans leur société.

De 2014 à 2016, Gwen Madiba a été devenue ambassadrice de Nelson Mandela Legacy et représentante officielle de la famille de Nelson Mandela en Amérique du Nord (États-Unis et Canada). Ainsi, le 17 juillet 2014, elle a procédé à l’inauguration de la place Nelson Mandela dans la ville d’Ottawa, en présence de plusieurs représentants de la famille de l’ancien président de l’Afrique du sud, décédé le 5 décembre 2013, de Membathisi Mdladlana, ambassadeur d’Afrique du Sud au Canada et de Jim Watson, maire d’Ottawa.

One Voice

En 2017, Gwen Madiba a lancé avec succès la campagne  » ONE VOICE  » pour sensibiliser à la violence à l’égard des femmes à Ottawa, Canada. En moins de 24 heures, plus de 300 participants s’étaient inscrits à la campagne locale. La campagne a rassemblé des enfants , des parents et même des grands-parents.

La même année, la jeune gabonaise a été couronnée 1ère dauphine lors de Mrs Universe (différent de Miss Univers) à Durban, en Afrique du Sud, un concours qui avait réuni 82 candidates du monde entier. « Mrs. Universe » est un concours de beauté international et mondial, dédié aux femmes de 25 à 45 ans engagées dans la défense d’une cause importante relative aux Droits de l’Homme.

Lors de ce concours de 2017, Gwen Madiba est devenue la première femme noire à se classer dans le top 20 et dans les 2 premières places. Elle a ramené sa couronne dans son pays d’origine, le Gabon et dans son pays d’adoption le Canada.

Par ailleurs, Gwen Madiba a travaillé pendant un an avec l’association des femmes autochtones du Canada, où elle était responsable des partenariats stratégiques.

En 2018, Gwen Madiba a reçu le « Young Alumnus Award » de son «Alma Mater», de l’université d’Ottawa, où elle a obtenu ses deux diplômes. « Recevoir ce prix est vraiment pour moi, un honneur car l’université d’Ottawa a été plus qu’un établissement d’enseignement supérieur; elle a été pour moi un lieu qui m’a permit de rêver, qui m’a permis d’accomplir et qui m’a permis de rencontrer des gens, qui sont devenus aujourd’hui des frères, des soeurs, des collègues et des amis les plus chers que j’ai»,avait fait savoir la gabonaise en recevant son prix.

Elle travaille actuellement sur un documentaire intitulé « LEADHER », qui présentera la vie, les obstacles et les triomphes de femmes extraordinaires occupant des postes de direction dans le monde entier.

« Chaque fois qu’une femme se défend, défend ses droits, ses objectifs, ses rêves, sans excuse et sans vergogne, elle motive des générations de femmes et de filles à utiliser leur pouvoir. Le documentaire LEADHER est un regard inspirant sur la vie, les obstacles et le succès de femmes extraordinaires occupant des postes de direction dans le monde entier! J’ai hâte d’entendre ces histoires et d’être motivé par toutes ces incroyables reines », a fait savoir Gwen Madiba sur sa page Instagram.

La gabonaise, qui parle français, anglais et espagnol, poursuit actuellement son travail de plaidoyer pour « Equal Chance » et pour « The Education Fund for Orphans in Africa », le Fonds d’éducation pour les orphelins en Afrique.

Patrick Ndungidi
Journaliste et Storyteller
https://africanshapers.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *