Edward Njoroge, premier Africain élu président de l’organisation internationale de normalisation (ISO)

Portrait

L’homme d’affaires kényan a été unanimement élu le 28 septembre par les 162 pays membres de l’Organisation internationale de normalisation (ISO), lors de l’Assemblée générale de cette organisation tenue à Genève (Suisse). Une première, en 70 ans d’existence de cette organisation.

Eddy Njoroge, 65 ans, exercera ses fonctions pendant deux ans, de janvier 2020 à décembre 2022. Néanmoins, à partir de 2019, il travaillera avec le président sortant, le canadien John Walter avant l’entrée en vigueur de son mandat en 2020.

Edward Njoroge avait déjà posé sa candidature à la présidence de l’ISO en 2016 lors de la 39e Assemblée générale de l’ISO à Beijing, en Chine, et s’était classé deuxième, à une voix du gagnant.

«J’accepte cet honneur d’être le premier président africain de l’ISO dans ses 70 ans d’histoire, avec une profonde reconnaissance et une profonde humilité. L’ISO a posé une action forte aujourd’hui », a déclaré le président élu dans son discours de remerciement devant plus de 2 000 délégués.

En outre, il a déclaré qu’il chercherait à élargir et approfondir l’engagement des pays en développement dans les activités de l’ISO afin de permettre à ces pays d’exploiter toute la valeur de la normalisation internationale, en particulier dans la poursuite des Objectifs de développement durable (ODD).

Bien plus, il a estimé que les Micro Petites et Moyennes entreprises (MPME) doivent être encouragées à utiliser les normes comme un outil stratégique pour renforcer leurs activités et soutenir le développement harmonieux des marchés et des sociétés.

Businessman aguerri

Né le 26 novembre 1952, Edward Njoroge a étudié à l’université Makerere de Kampala, en Ouganda, où il a obtenu son diplôme avec spécialisation en chimie en 1975. Il a commencé à travailler au Kenya pour le bureau local d’Imperial Chemical Industries (ICI).

En 1977, il a fondé ABCON LTD, une société de négoce de produits chimiques et en a fait un groupe diversifié de sociétés spécialisées dans les produits chimiques, le traitement de l’eau et la fabrication de détergents industriels et de céréales.

Il a été nommé, en 2003 CEO de l’entreprise publique Kenya Electricity Generating Company (KenGen), dont il a assuré la transformation, faisant  de KenGen une société cotée en bourse. Il a aussi été, jusqu’à récemment, président de la Nairobi Securities Exchange. De 2008 à 2012, il a été président de l’Union des producteurs et distributeurs d’énergie électrique en Afrique. Il est actuellement président de Telkom Kenya et a été récemment nommé administrateur non exécutif du National Standards Council.

Il siège au conseil d’administration de plusieurs sociétés au Kenya, en Ouganda et en Tanzanie, dans les domaines de l’assurance, de la fabrication et des services bancaires notamment CfC Stanbic Bank, Real Insurance Ltd et Proctor & Allan.

Normes internationales

Créée en 1946, l’ISO (Organisation internationale de normalisation) est une organisation internationale non gouvernementale, indépendante, dont les 162 membres sont les organismes nationaux de normalisation.

Par ses membres, l’Organisation réunit des experts qui mettent en commun leurs connaissances pour élaborer des Normes internationales d’application volontaire, fondées sur le consensus, pertinentes pour le marché, soutenant l’innovation et apportant des solutions aux enjeux mondiaux.

Les Normes internationales, explique l’organisation, sont des rouages indispensables qui établissent des spécifications de premier ordre pour les produits, les services et les systèmes dans une optique de qualité, de sécurité et d’efficacité. Elles jouent un rôle prépondérant pour faciliter le commerce international.

L’ISO a publié plus de 22338 Normes internationales et publications associées qui couvrent la quasi-totalité des secteurs de l’industrie – des technologies à la sécurité des denrées alimentaires, et de l’agriculture à la santé. Aujourd’hui, l’élaboration des normes est assurée par les membres de l’ISO dans 162 pays et par 784 comités et sous-comités techniques . Plus de 135 personnes travaillent à plein temps au Secrétariat central de l’ISO à Genève, en Suisse.

Partager
Patrick Ndungidi
Journaliste et Storyteller
https://africanshapers.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *