Koyo Kouoh nommée Executive Director et Chief Curator du musée d’art contemporain africain de Zeitz

Culture & Lifestyle News

Vivant entre Dakar et Bâle en suisse et originaire du Cameroun, Koyo Kouoh y travaillait comme commissaire indépendante et entrera en fonction le 6 mai pour diriger ce musée situé à Cape Town. Le Zeitz MoCAA est considéré comme le plus grand musée au monde consacré à l’art contemporain africain.

Koyo Kouoh, commissaire d’expositions et opératrice culturelle camerounaise, fondatrice et directrice artistique de Raw Material Company à Dakar.

Koyo Kouoh était récemment membre du jury de  la 69ᵉ édition du festival international du film de Berlin (Berlinale) dans la catégorie « Court-métrage ».

«Je suis ravie de rejoindre Zeitz MOCAA comme directrice et curatrice à ce moment crucial du développement du musée. C’est une occasion sans précédent de créer un lieu fort pour la production, l’exposition, la discussion et la collection de l’art contemporain en Afrique », a déclaré Koyo Kouoh. Cette dernière rejoint l’institution après avoir été directrice artistique et fondatrice de RAW Material Company à Dakar, au Sénégal, et curatrice du programme d’éducation de la Foire de l’art contemporain africain 1-54 de Londres.

En effet, elle a été commissaire d’expositions et fondatrice en 2011 à Dakar du centre d’art Raw Material Company (Compagnie de la matière première).

Koyo Kouoh, curator of Raw Material Company, photographed in front of a photgraph by Kan Si (« Untitled » / « Boulevard du Centenaire Made in China » exhibition).

Née à Douala en 1967, Koyo Kouoh est arrivée en Suisse à 13 ans avec ses parents et y a étudié l’administration bancaire à l’école de commerce de Zürich. Elle travaille pendant un temps dans le secteur bancaire avant d’intégrer le monde de l’art africain.

Elle s’installe au Sénégal en 1996, ville qu’elle a découverte après y avoir séjourné un an plus tôt pour une interview avec le réalisateur Sembene Ousmane. A Dakar, Koyo Kouoh a été coordinatrice des arts et de la culture à l’institut de Gorée entre 1998 et 2002. À partir de 2001 jusqu’en 2003, elle est aussi co-commissaire indépendante des rencontres africaines de la photographie de Bamako (Biennale de Bamako). En 2003, elle collabore à la Biennale de Dakar.

Elle a aussi été conseillère culturelle pour l’ambassade américaine au Sénégal de 2003 à 2008. En 2011, elle transforme en centre d’art une villa de la zone résidentielle de la Sicap Amitié à Dakar , créant ainsi RAW Material Company, un espace de conversation, de réflexion (avec édition de livres), d’exposition et de résidence, ouvert aux artistes de tous les continents et de toutes les disciplines, littérature comprise. Elle y a notamment organisé l’exposition « Chronique d’une révolte : photographies d’une saison de protestations », autour des émeutes de 2011-12 à Dakar contre le projet de modification de la Constitution sénégalaise par le président de l’époque, Abdoulaye Wade.

Elle y a aussi créé RAW Académie, un programme résidentiel expérientiel pour la recherche et l’étude de la pratique et de la pensée artistique et du commissariat d’exposition. Le programme se déroule à Dakar pendant 7 semaines et invite à mener une réflexion vivante sur la recherche en art, la pratique du commissariat d’exposition et l’écriture critique.

Koyo Kouoh organise des expositions dans le monde entier et a été responsable d’une grande variété d’expositions internationales, notamment « Saving Bruce Lee: African and Arab Cinema in the Era of Soviet Cultural Diplomacy » à Haus der Kulturen der Welt à Berlin, co-organisée avec Rasha Salti. Elle a été commissaire de la Foire d’art africain contemporain FORUM 1:54 à Londres et à New York, ainsi que membre de plusieurs équipes de commissaires pour documenta 12 (2007) et 13 (2012). Koyo En outre, Kouoh a été le commissaire de la 37e EVA International, la biennale d’Irlande (2016).

En 2018, elle a participé à la 57e édition de Carnegie International avec l’exposition «Dig Where You Stand». Ses œuvres publiées incluent « Word!Word?Word! Issa Samb and the Undecipherable Form » (2013),« Rapport sur l’état de la construction d’institutions artistiques en Afrique »(2012) et« Chronique d’une révolte: photographies d’une saison de protestations »(2012).

Partager
Patrick Ndungidi
Journaliste et Storyteller
https://africanshapers.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *