Lancement de la nouvelle anthologie « New Daughters of Africa »

Culture & Lifestyle News

Il s’agit de la seconde édition de l’anthologie « Daughters of Africa) de Margaret Busby, publiée en 1992, et consacrée aux récits oraux et œuvres littéraires de plus de 200 femmes d’Afrique et de la diaspora africaine. L’ouvrage a été lancé le 8 mars à Londres lors du Women of the world festival (WOW).

La première édition « Daughters of Africa »  avait été acclamée par la critique. « New Daughters of Africa » s’inscrit dans cette tradition en présentant le travail de plus de 200 femmes écrivains d’ascendance africaine de 50 pays.

Cette grande collection internationale célèbre leurs contributions à la littérature et à la culture internationale. L’anthologie fait un pont entre anciennes écrivaines et celles de la nouvelle génération pour rendre hommage à l’héritage qui les unit et pour aborder les obstacles courants auxquels les femmes écrivains de couleur se heurtent lorsqu’elles font face à des questions de race, de genre et d’indépendance, de liberté et d’oppression.

Ainsi, cette collection d’oeuvres littéraire traite des questions de coutumes, de traditions, d’amitiés, de fraternité, de relations amoureuses, de sexualité, de féminisme, de politiques de genre, de race et d’identité .

Nadifa Mohamed

Pour ce faire, « New Daughters of Africa » couvre une multitude de genres – autobiographie, mémoires, histoire orale, lettres, journaux intimes, nouvelles, romans, poésie, théâtre, humour, politique, journalisme, essais et discours – afin de démontrer la diversité et les remarquables réalisations littéraires des écrivaines noires qui restent sous-représentées et dont les œuvres continuent d’être sous-estimées dans la culture mondiale d’aujourd’hui.

Zoe Adjonyoh

Parmi les auteures publiées figurent Chimamanda Ngozi Adichie (Nigeria); Yrsa Daley-Ward (Antilles-Afrique de l’Ouest); Ayòbámi Adébáyò (Nigeria); Margo Jefferson (USA); Panashe Chigumadzi (Zimbabwe); Nadifa Mohamed (Somalie-UK) et Zoe Adjonyoh (Ghana) ; Ade Solanke (Nigeria); Attillah Springer (Trinidad et Tobago); Ellah Wakatama Allfrey (Zimbabwe); Goretti Kyomuhendo (Ouganda); Isabella Matambanadzo (Zimbabwe); Olumide Popoola (Nigeria Allemagne); Sarah Ladipo Manyika (Nigeria-UK); Verna Wilkins; Wangui Wa Goro (Kenya) ; Patience Agbabi (Nigeria-UK), Sefi Atta (Nigeria), Ayesha Harruna Attah (Ghana) ; Tanella Boni (Côte d’Ivoire) ; Bernardine Evaristo, Aminatta Forna (Sierra Leone-Ecosse) ; Imbolo Mbue (Cameroun), Yewande Omotoso (Nigeria) ; Taiye Selasi (Nigeria-Ghana), Warsan Shire (Somalie-UK).

Ade Folanke

Dans le cadre la publication de l’anthologie, Myriad Publications, qui édite le livre, s’est associé à la School of Oriental and African Studies (SOAS) de l’université de Londres pour lancer le Prix Margaret Busby pour les ‘New Daughters of Africa », d’une valeur de 20 000 £, qui sera octroyé à une étudiante noire résidant en Afrique.

Margaret Busby

La bourse couvrira les frais de scolarité et d’hébergement du récipiendaire pour une maîtrise à la SOAS en études africaines, littérature comparée ou traduction en langues africaines.

Margaret Busby OBE est née au Ghana et a fait ses études en Grande-Bretagne. Elle a cofondé la maison d’édition « Allison & Busby » qui a publié de prestigieux auteurs comme CLL James, Buchi Emecheta et Nuruddin Farah. Elle est ensuite devenue directrice de Earthscan, un éditeur de livres et de revues en anglais sur les changements climatiques, le développement durable et les technologies environnementales, destinés aux lecteurs universitaires, professionnels et généraux.

Partager
Patrick Ndungidi
Journaliste et Storyteller
https://africanshapers.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *