Le sénégalais Cheikh Oumar Seydi, nouveau Directeur Afrique de la Fondation Bill et Melinda Gates

News Top Manager

Avant sa nomination, annoncée le jeudi 21 février, Cheikh Oumar Seydi était Directeur régional pour l’Afrique subsaharienne à la Société financière internationale (SFI) du Groupe de la Banque mondiale, la plus importante institution mondiale d’aide au développement dont les activités concernent exclusivement le secteur privé dans les pays en développement.

A ce poste, il était basé à Nairobi et en charge des opérations d’investissement et des services de conseil de l’institution dans les 49 pays de la région. En 2018, la région Afrique est devenue le plus important programme d’investissement annuel d’IFC, atteignant 6,2 milliards de dollars en investissements à long terme, dont plus de 4 milliards de dollars provenant d’autres institutions pour le compte du secteur privé.

Cheikh Oumar Seydi a également été Directeur de la SFI pour l’Afrique orientale et australe et Directeur des ressources humaines avec une couverture mondiale. Avant de rejoindre la SFI, il a occupé un poste de direction chez Ernst & Young à New York, où il conseillait les entreprises clientes en matière de restructuration, de réorganisation, de financement d’entreprise et d’évaluation de patrimoine.

Titulaire d’un MBA de la Harvard Business School, Cheikh Oumar Seydi a commencé sa carrière en travaillant pour diverses banques privées et sociétés d’audit commercial au Sénégal et en Belgique. Il a également passé cinq ans à l’Agence des États-Unis pour le développement international (USAID). Il a rejoint IFC en 1997 comme responsable des investissements, initialement tourné vers le pétrole, le gaz, les mines et la chimie, et plus tard l’agro-industrie.

Basée à Seattle, Washington, la Fondation Bill & Melinda Gates s’efforce d’améliorer la santé des populations afin de les aider à s’extirper de la faim et de l’extrême pauvreté dans les pays en voie de développement.

Cheikh Oumar Seydi dirigera désormais cette Fondation, qui cherche à contribuer à la réalisation des objectifs de développement durable dans de nombreux pays africains.et aussi à développer ses projets sur le continent. « Oumar possède une vaste expérience de travail à travers l’Afrique, pour avoir dirigé des équipes très performantes pendant une période de forte croissance avec des partenariats d’envergure dans les secteurs public et privé. Il jouera un rôle central dans le travail de la Fondation sur le deuxième plus grand continent du monde », a déclaré Chris Elias, président de la Direction du Programme de Développement mondial à la Fondation Bill et Melinda Gates.

Pour sa part Cheikh Oumar Seydi a déclaré : « Je me réjouis de collaborer avec nos partenaires et d’explorer de nouvelles stratégies qui contribueront à accroître l’impact de la Fondation sur le continent. Nous nous trouvons à un moment crucial pour le développement de l’Afrique et je suis ravi à l’idée de rejoindre une organisation qui s’engage à aider les pays africains à atteindre leurs objectifs de développement ».

Cheikh Oumar Seydi dirigera les projets de la Fondation en Afrique subsaharienne, en particulier en Éthiopie et au Nigeria, les deux pays africains les plus peuplés.

La Fondation Bill et Melinda Gates a récemment renforcé sa présence en Afrique en doublant son personnel basé sur ce continent au cours des deux dernières années. Elle continue d’approfondir son action en Éthiopie et au Nigeria et de renforcer son engagement dans toute l’Afrique subsaharienne, notamment par la mise en place d’un écosystème de partenaires – publics et privés – pour contribuer à élargir son action de plus en plus intégrée afin de relever les défis liés aux soins de santé, d’éliminer la pauvreté et de faciliter la croissance économique.

Le Rapport Goalkeepers 2018 de la Fondation réaffirme ce qui suit : « nous sommes convaincus que l’Afrique est la priorité absolue sur laquelle le monde doit se concentrer dans un avenir prévisible. L’avenir des nombreux jeunes de la région sera le facteur le plus déterminant pour que le monde progresse vers les Objectifs de développement durable, et donc pour que la vie sur terre continue de s’améliorer. »

Partager
Patrick Ndungidi
Journaliste et Storyteller
https://africanshapers.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *