Monica Geingos, l’ex femme d’affaires à succès devenue First Lady

Portrait

L’épouse du président namibien Hage Geingob, fait partie des 9 personnalités africaines qui vont intégrer le Comité consultatif international du Centre d’études africaines de l’université d’Oxford, dont l’ inauguration est prévue au mois d’octobre. Objectif : renforcer la collaboration avec les institutions africaines de gouvernance et de leadership, avec les entreprises ainsi que dans la diplomatie et les arts pour une plus grande diversité.

Les neuf membres du conseil, des «personnalités éminentes qui occupent des postes importants» contribueront aux politiques, y compris les bourses et subventions potentielles, pour permettre à des Africains brillants d’étudier à Oxford, avec 40% d’ autres étudiants venant du reste du monde.

Avant de devenir Première dame de Namibie en 2015, Monica Kalondo Geingos était une femme d’affaires à succès, directrice générale de « Stimulus Investments Limited », le plus important fonds de capital-investissement de Namibie.

Elle était également Directrice générale de Point Break, un autre fonds d’investissement.

Monica Kalondo Geingos siégeait également dans les conseils d’administration de grandes entreprises publiques et privées, en tant que présidente ou vice-présidente. Elle était aussi présidente du conseil consultatif économique de l’ancien président.

Diplômée en Droit de l’université de Namibie, Monica Geingos a débuté dans le secteur de la finance presque par hasard au sein de la Namibia Stock Exchange (NSE), la bourse de la Namibie, en tant qu’assistante aux inscriptions afin de financer un diplôme de troisième cycle enDdroit. Mais, au fur et à mesure de son évolution, elle s’est passionnée pour le secteur.

A l’âge de 27 ans, elle a été la première femme présidente d’une banque commerciale en Namibie (EBank Namibia).

Néanmoins, pour l ‘actuelle Première dame de la Namibie, la question de la« première femme »ou du« premier noir » est un peu un cadeau empoisonné, car cela ne devrait pas pousser à célébrer les rares personnes qui brisent les barrières, mais plutôt inciter à se demander quelles sont ces barrières et se concentrer sur leur élimination pour une plus grande participation des femmes.

En devenant Première dame de la Namibie en 2015, Monica Geingos a démissionné de son poste de directrice générale chez Stimulus ainsi que de ses postes dans les conseils d’administration des secteurs public et privé, où elle a siégé.

Entrepreneuriat social

En mai 2016, elle s’est lancée dans le social en créant la One Economy Foundation, organe d’exécution du bureau de la Première dame. Elle en est également la Directrice générale.

Elle combine ainsi sa riche expérience d’entrepreneur pour contribuer à la lutte que mène son mari contre la pauvreté et les inégalités. Grâce à cette fondation , elle a initié de nombreux programmes visant à briser le cycle de la pauvreté, notamment le Fonds One Nation, qui fournit aux propriétaires de micro-entreprises, qui opèrent dans l’informel, un accès à des prêts sans garantie, à une formation entrepreneuriale et à un mentorat.

Un autre programme phare est le programme individuel personnalisé, une bourse d’études qui offre aux enfants talentueux issus de familles à faible revenu la possibilité d’accéder à une éducation de qualité, tout en développant leur personnalité en leur offrant une gamme complète de soutien financier et psychosocial.

En septembre 2016, Monica Geingos a été nommée avocate spéciale de l’ONUSIDA pour les jeunes femmes et les adolescentes. Objectif ; défendre et soutenir la campagne « Start Free Stay Free Free AIDS », un cadre mondial visant à mettre fin au sida chez les enfants, les adolescents et les jeunes femmes d’ici 2020.

C’est dans ce cadre qu’en novembre 2016, elle a lancé le mouvement #BeFree, axé sur les défis qui empêchent les jeunes d’atteindre leur potentiel et qui cherche à sensibiliser aux problèmes qui les affectent tout en abordant les problèmes systémiques qui limitent leur capacité à accéder à des informations ou à des services.

En outre, Monica Geingos a également lancé une initiative pour « rester dans l’école » qui encourage les élèves des écoles secondaires à se concentrer sur les obstacles qui les empêchent de terminer leurs études.

Intronisée au « Namibian Business Hall of Fame »

Monica Geingos a reçu le « National Honours », l’Ordre le plus distingué de Namibie pour sa «contribution exceptionnelle au développement socio-économique de la Namibie» et a été intronisée au « Namibian Business Hall of Fame ».

Elle a également reçu d’autres prix tels que la « The Namibian Business Personality of the Year » et le prix de entrepreneur le plus innovant de l’année. Monica Geingos a déjà été classée comme l’une des personnalités les plus influentes du pays par diverses organisations et publications mondiales.

Grâce à sa vaste expérience d’entreprise, elle a été membre de longue date de conseils consultatifs de haut niveau tels que le conseil consultatif économique du président, le groupe de réflexion du parti SWAPO et le conseil national de la chambre de commerce et d’industrie de la Namibie, avec comme mandat de donner des conseils sur la formulation et la mise en œuvre des politiques nationales.

Liste des 9 personnalités du nouveau comité consultatif

Tito Mboweni,économiste sud-africain et ancien gouverneur de la Banque de réserve du pays. Tito Mboweni, a également servi dans le premier cabinet de Nelson Mandela en tant que ministre du Travail et est actuellement conseiller de Goldman Sachs International.

Ibrahim Gambari, ancien sous-secrétaire aux affaires politiques de l’ONU et ancien ministre nigérian des Affaires extérieures. Plus récemment, il a été envoyé spécial du Secrétaire général du Commonwealth en Zambie.

Ivor Agyeman-Duah, spécialiste ghanéen du développement économique, anthologiste littéraire des œuvres de fiction et non romanesques. Actuellement chercheur invité à l’université de Johannesburg il es également président du conseil consultatif de la société du patrimoine et de la culture d’Afrique.

Alex Duncan, directeur britannique des politiques et économiste consultant auprès de l’ONU-FAO, de la Banque mondiale et d’Oxford Policy Management.

Dr Charlotte Harland-Scott, ancienne première dame de Zambie. Née en Grande-Bretagne et ancienne étudiante à Oxford, elle a été chef de la politique sociale et de l’analyse économique pour l’UNICEF.

Gareth Ackerman, président de Pick ’n Pay, le deuxième plus grand supermarché en Afrique du Sud, avec des chaînes en Zambie, au Zimbabwe, au Lesotho, au Malawi et au Swaziland, fondé en 1967;

Monica Geingos : avocate et première dame de Namibie, elle a travaillé à la Bourse de Namibie et a présidé le Conseil consultatif économique présidentiel.

Nasir-El Rufai, gouverneur de l’État de Kaduna au Nigeria, expert en inspection des quantités et consultant en gestion,

Linda Mabhena-Olagunju, fondatrice et directrice générale de DLO Energy Resources Group, producteur d’électricité indépendant en Afrique du Sud. Elle a été inscrite sur la Power List d’Oprah Winfrey parmi les 20 femmes les plus puissantes d’Afrique.

Patrick Ndungidi
Journaliste et Storyteller
https://africanshapers.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *