Premier vol direct historique de Kenya Airways vers les USA

Culture & Lifestyle News

Il s’agit du premier vol direct et sans escale entre l’Afrique de l’Est et les USA. Les vols directs peuvent effectuer des escales pour faire le plein ou pour prendre plus de passagers. Mais le vol de Kenya Airways est classé dans la catégorie direct et sans escale.

Le président Kényan Uhuru Kenyatta et le vice-président William Ruto saluent le décollage de l’avion

Le Boeing 787-Dreamliner, baptisé « Magigal Kenya », a quitté l’aéroport international Jomo Kenyatta (JKIA) à Nairobi à 23 h 20 heure locale, au lieu de 22 h 45 comme prévu, pour atterrir à l’aéroport JFK à New-York à 6 h 53 heure locale.

L’atterrissage a été salué par des jets d’eau

La ministre des affaires étrangères, Monica Juma, brandit le drapeau à l’aéroport de Nairobi

A son bord, des hauts responsables du gouvernement kényan, conduits par la secrétaire du Cabinet des affaires étrangères, Monica Juma. Le directeur exécutif de Kenya Airways, Sebastian Mikosz, et le président du Conseil d’administration, Michael Joseph, étaient également à bord du vol.

Deux jeunes innovateurs kényans, Shirlene Nafula et Evans Wadongo, ont également été invités par le gouvernement kényan pour faire partie des 234 passagers du vol dont 204 en classe économique et 30 en classe affaires.

Le vol de 15 heures, sur 11 800 km, a été assuré par quatre pilotes, avec en tête le capitaine Joseph Kinuthia, et 12 membres d’équipage. L’avion a consommé 85 tonnes de carburant.

Actuellement, le vol le plus court entre Nairobi et New York dure 22 heures. Les vols de Kenya Airways vers New-York coûtent actuellement 885 dollars en classe économique et 2555 en classe affaires.

La compagnie aérienne a récemment fait savoir que les premiers vols aller et retour étaient complets.

Le Boeing 787 consomme 20% moins de carburant que les avions de taille similaire, ce qui permet de réaliser des économies et de permettre aux compagnies aériennes de le déployer sur de longues routes.

Parcours du Combattant

La réalisation de cette étape historique n’a pas été facile pour Kenya Airways,car la Federal Aviation Administration (FAA) des États-Unis impose aux aéroports africains des conditions strictes pour obtenir l’autorisation de relier directement les États-Unis.

Arrivée du vol à l’aéroport JFK de New-York

Le Kenya a d’abord demandé à être considéré comme un pays de catégorie 1 en 2013, mais la demande a été rejetée. Le Kenya a essuyé un deuxième rejet en 2014, les autorités américaines ayant invoqué plusieurs problèmes de non-conformité avec l’aéroport internationalJomo Kenyatta du Kenya.

Parmi celles-ci, il a été reproché à JKIA de ne pas séparer ses passagers à l’arrivée et au départ, qu’il y avait des maisons trop proches des trajectoires des avions et que l’aéroport n’était pas clôturé.

Cérémonie d’arrivée à New-York

Mais, en février de l’année dernière, après plusieurs améliorations, JKIA a finalement obtenu un classement de catégorie 1 lui permettant d’exploiter des vols directs vers les États-Unis.

Le CEO de Kenya Airways et une partie de l’équipage.

Puis, en septembre, Kenya Airways a obtenu un permis pour exploiter des vols directs vers les États-Unis, ouvrant ainsi la voie au vol inaugural de la nuit dernière.

Actuellement, seuls huit autres pays africains ont des vols directs vers les États-Unis, à savoir: le Sénégal, le Ghana, l’Afrique du Sud, l’Éthiopie, l’Égypte, le Maroc, le Nigéria et le Cap Vert.

Partager
Patrick Ndungidi
Journaliste et Storyteller
https://africanshapers.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *