Sénégal : Fatoumata Diedhiou parmi les lauréats du prix inaugural SRIC 30 Under 30

News Portrait

La jeune sénégalaise fait partie des 30 jeunes à travers le monde récompensés par le « Sustainable Responsible Investing » (SRI)  conference and community, le plus grand rassemblement de professionnels en SRI aux États-Unis. Il s’agit de la première édition de ce prix.

Depuis 30 ans, la conférence SRI est le rassemblement annuel le plus important pour les investisseurs, les propriétaires d’actifs, les gestionnaires d’actifs, les conseillers financiers, les chercheurs, les universitaires, les organisations à vocation missionnaire et les entreprises partageant le même objectif: déployer des capitaux privés afin de de relever certains des défis environnementaux, sociaux et économiques les plus pressants. Selon l’organisation,ces 30 jeunes exceptionnels joueront un rôle clé dans l’avancement de l’investissement durable, responsable et à impact au cours des 30 prochaines années et au-delà. « Nos lauréats illustrent l’esprit du SRI, de la conférence et de la communauté SRI. Nous sommes impatients de voir ces jeunes grandir au fur et à mesure de leur carrière »,a fait savoir l’organisation.

«Les jeunes adoptent aujourd’hui comme jamais l’investissement SRI / ESG / investissement d’impact. Il est donc approprié de reconnaître la nouvelle génération de leaders de ce groupe. Rendre hommage à ceux qui font preuve de la plus grande détermination pour des investissements durables, responsables et à impact est un élément essentiel de la mission de la Conférence SRI », a déclaré Paula A. DeLaurentis, CEO de SRI Conference & Community. « 

Jeune leader

Fatoumata Diedhiou, 24 ans, est la coordonnatrice pays pour le Sénégal, de l’organisation américaine à but non lucratif « Trees for the Future », basée dans le Maryland, créée en 1989 et qui aide les communautés du monde entier à planter des arbres. Elle est la première femme et la plus jeune au monde à être coordonnatrice pays dans l’histoire de cette organisation.

Fatoumata Diedhiou a été reconnue pour son leadership en matière de responsabilité sociale et d’investissement à impact.En tant que coordonnatrice pays, Fatoumata Diedhiou gère les stratégies de l’agriculture régénératrice à l’échelle du pays, supervisant 36 employés et 2 200 agriculteurs qui participent aux projets de jardins forestiers au Sénégal de Trees for the Future. Elle est également responsable de la supervision du budget du programme du pays, de la supervision et de la formation des techniciens et du suivi de la progression de chaque projet. Elle a récemment supervisé l’installation de centaines de systèmes d’approvisionnement en eau sur les terres des agriculteurs du projet et collabore régulièrement avec des groupes d’épargne et de prêts pour femmes dans la région. «Ma principale motivation est de voir la vie des gens changer tous les jours grâce à ce projet», a-t-elle déclaré lors d’une interview avec Trees For Future.

Fatoumata Diedhiou est née et a grandi à Thionck Essyl, au Sénégal, sa personnalité et ses intérêts ont été façonnés par le temps passé en famille, notamment le temps passé à jardiner avec sa mère. Diplômée en Socieologie, elle indique que cette discipline a changé sa vie de manière positive car c’est grâce à elle, qu’elle elle a découvert de nouvelles localités pour des actions communautaires et sociales. « Je peux donc dire que c’est ce qui m’a fait ce que je suis aujourd’hui et m’a également aidée à comprendre les communautés rurales», a déclaré Fatoumata Diedhiou.

Après avoir rencontré John Leary, directeur exécutif de Trees for the Future, en 2007 (alors qu’il travaillait bénévolement), Fatoumata a ensuite effectué un stage chez Trees for the Future, quelques années plus tard. En septembre 2017, elle a accepté un poste de coordonnatrice adjointe pays pour le Sénégal auprès de Trees for the Future. En 2019, elle a été promue au rang de coordonnatrice, la plus jeune et la première femme de l’histoire de Trees for the Future.

Aujourd’hui, Fatoumata Diedhiou parle avec passion des impacts positifs d’arbres pour l’avenir et de l’agroforesterie sur son pays, soulignant la réduction considérable de la faim et de la pauvreté pour les agriculteurs faisant partie du programme. «Je n’avais jamais pensé que les arbres pourraient éliminer la pauvreté à ce point. Mon objectif principal est d’intégrer tous les villages dotés de terres pour l’agroforesterie, de créer des mini-programmes pour aider les agriculteurs à être plus autonomes financièrement grâce à l’agroforesterie.»

Promouvoir des femmes agricultrices

À seulement 24 ans, Fatoumata Diedhiou a la particularité d’occuper un poste de supervision en tant que jeune femme dans une partie du monde où les femmes n’ont souvent pas cette possibilité. Elle reconnaît les problèmes que rencontrent les femmes sénégalaises sur le marché du travail, mais elle tient beaucoup plus à se concentrer sur le pouvoir des femmes et sur la manière dont elle peut les aider à obtenir davantage. «Je crois en une chose. Je crois que les femmes peuvent [tout accomplir] si elles le souhaitent. Je les encourage donc à jouer un rôle plus décisif dans leur travail et à croire qu’être une femme ne réduit pas la capacité de changer le monde », a-t-elle déclaré.

Chaque projet de jardin forestier comprend en moyenne 300 agriculteurs. Trees For The Future exige que 30% des participants au projet soient des femmes, mais elles dépassent généralement ce nombre par projet.«Les agricultrices avec lesquelles je travaille sont des femmes courageuses, leur engagement dépasse de loin celui des hommes. Aujourd’hui, avec le projet TREES, les femmes ont acquis beaucoup de respect de la part de leurs maris, car c’est elles qui paient pour la scolarité de leurs enfants et contribuent aux dépenses du ménage grâce à l’agroforesterie ».

Pour Fatoumata Diedhiou , en promouvant le sens de la valeur des femmes dans le jardin forestier et au sein de la famille, un changement des normes de genre est possible. «Comme la femme est la personne la plus proche des jeunes, c’est par elle que nous pouvons inculquer l’agroforesterie et l’esprit d’entreprise aux enfants et aux jeunes et mettre fin à l’exode rural et à la pauvreté. Les femmes sont souvent intimidées par les hommes dans les villages mais se libèrent peu à peu.»

Patrick Ndungidi
Journaliste et Storyteller
https://africanshapers.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *