Tsitsi Masiyiwa, lauréate du « Champions for Change Award for Leadership »

News Portrait

Le prix a été décerné à la co-présidente de la Higherlife Foundation le 5 mars 2019 par l’International Center for Research on Women (ICRW) à Londres.

Le prix Champions for change , qui en est à sa 13e édition, rend hommage aux personnalités qui font preuve d’un leadership remarquable dans la promotion des droits et du bien-être des femmes et des filles.  Les lauréates précédentes sont notamment Melinda Gates, cofondatrice de la Gates Foundation; Dr. Rajiv Shah, actuel président de la Rockefeller Foundation et et Ruth Bader Ginsburg, juge à la Cour suprême des États-Unis.

Dans son discours d’acceptation, du prix, Tsitsi Masiyiwa a souligné l’importance d’investir dans les femmes et les filles: «L’une des choses que j’ai apprises grâce à notre travail est que si nous voulons faire ce pari audacieux contre la pauvreté, nous devons investir dans l’éducation des filles et dans l’amélioration des moyens de subsistance des familles rurales. Il en résulte tant de choses: nous savons que chaque année supplémentaire d’éducation qu’une fille peut terminer, cela se traduira par une meilleure santé et un statut économique plus élevé pour elle et sa famille ».

Née le 5 janvier 1965 à Harare au Zimbabwe, Tsitsi Masiyiwa est détentrice d’un MBA de l’Université du Zimbabwe. Pendant ses études, elle était une passionnée de hockey et de basket-ball, représentant les écoles du Zimbabwe lors de tournois régionaux.

En 1994, Tsitsi a été nommé directeur exécutif et responsable d’Empretec Zimbabwe; un programme conjoint parrainé par le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) et le Gouvernement du Zimbabwe, par l’intermédiaire du Zimbabwe Investment Centre (ZIC). L’objectif du programme était d’aider à développer les capacités entrepreneuriales des autochtones, à encourager les liens entre les PME et les grandes sociétés transnationales, à stimuler les entreprises transfrontalières dans la région de l’Afrique australe et à créer des fondements institutionnels propres à promouvoir le développement des PME.

Le parcours philanthropique de Tsitsi a débuté  au Zimbabwe au début des années 90 à la suite de l’épidémie de VIH / sida qui a touché le pays. En 1996, avec son mari, Strive, elle a fondé Higher Life Foundation, une organisation à but non lucratif afin de favoriser la prospérité de l’Afrique.

Axé initialement sur l’éducation, le portefeuille de la Fondation s’est depuis élargi pour inclure des investissements d’impact dans le développement du leadership, l’égalité des genres, la santé et l’assainissement, l’éducation, la création d’emplois et entrepreneuriat, ainsi que la transformation du monde rural .

Cet organisme à but non lucratif est principalement financé par le groupe Econet de Strive Masiyiwa. L’organisation propose des programmes dans les domaines de l’éducation, de la santé, des orphelins et des enfants vulnérables. La Fondation a directement et indirectement soutenu l’éducation de plus de 250 000 élèves vulnérables mais talentueux au Zimbabwe, au Burundi et au Lesotho.

Dans le cadre de cette fondation, Tsitsi et Strive Masiyiwa ont récemment lancé un fonds de 100 millions de dollars pour favoriser le développement rural au Zimbabwe, 50% de ce financement étant réservé aux femmes.

Animée par sa passion pour la technologie et l’innovation, Tsitsi Masiyiwa a développé une plate-forme d’apprentissage intelligente en ligne, Ruzivo Digital Learning, qui offre de nombreuses opportunités d’apprentissage aux étudiants.

Ruzivo propose un contenu de haute qualité pour les écoles primaires et secondaires, aligné sur les programmes nationaux. Chaque mois, des milliers d’étudiants accèdent à la plate-forme Ruzivo dans des centres d’apprentissage équipés de technologies de l’information et de la communication (TIC) et établis par la Higher Life Foundation à travers le pays.

En outre, pour répondre aux besoins en compétences des jeunes non scolarisés, Tsitsi Masiyiwa a également cofondé le Muzinda Hub au Zimbabwe, qui utilise la technologie pour développer les compétences numériques, assurer le mentorat dans les affaires et obtenir les emplois pour les jeunes qui ont été formés.

À propos de la fondation et du fonctionnement de Higherlife Foundation, Strive Masiyiwa a déclaré en 2018: « La Higher Life Foundation et le programme de bourses d’études Joshua Nkomo sont entièrement issus de l’esprit de mon épouse, Tsitsi Masiyiwa. C’est elle qui les a mis en place ainsi que chaque autre programme et les gère à temps plein. Elle vient juste me voir pour l’argent. C’est également elle qui trouve tous les partenaires donateurs avec lesquels nous travaillons dans toute l’Afrique. Je n’ai jamais participé à aucune des activités de la fondation , à part le fait de fournir de l’argent. Je ne suis même pas membre du conseil d’administration ».

Détentrice de nombreuses distinctions , Tsitsi Masiyiwa, grâce à son travail au sein de la Fondation au cours des vingt dernières années, est devenue une conseillère et un partenaire de réflexion auprès des universités, des dirigeants nationaux et des entrepreneurs sociaux sur les questions d’éducation, de développement du leadership et d’autonomisation des jeunes.

En 2016, Morehouse College, une institution entièrement masculine et l’un des plus anciens collèges historiquement noirs des États-Unis, a remis à Tsitsi Masiyiwa un doctorat honorifique de « Humane Letters » pour son travail visant à soutenir les enfants africains orphelins et vulnérables en mettant l’accent sur l’éducation, la santé et la technologie.

Le Centre international de recherche sur les femmes est un institut de recherche international dont la mission est d’autonomiser les femmes, de promouvoir l’égalité des sexes et de lutter contre la pauvreté. ICRW, dont le siège social est situé à Washington, DC, et dont les sièges régionaux sont situés à New Delhi, en Inde, et à Kampala, en Ouganda, fournit des données de recherche rigoureuses pour éclairer les programmes et les politiques qui contribuent à réduire la pauvreté, à promouvoir l’équité entre les sexes et à protéger les droits des femmes, des filles et des enfants et communautés marginalisées.

Photo par Michael Austen/Forbes Collection/Corbis via Getty Images

Tsitsi Masiyiwa est membre fondateur du conseil de l’African Philanthropy Forum et siège au conseil d’administration du Legatum Institute et du Fonds END. Elle est également membre du groupe consultatif mondial Sesame Workshop, du conseil consultatif de Digital PATH, et championne de l’initiative «Génération illimitée» de l’UNICEF.

Patrick Ndungidi
Journaliste et Storyteller
https://africanshapers.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *