Unesco : Abiy Ahmed, lauréat du Prix Félix Houphouët-Boigny 2019

News

Le Premier ministre de la république fédérale démocratique d’Éthiopie a été choisi comme lauréat de l’édition 2019 du Prix Félix Houphouët-Boigny – UNESCO pour la recherche de la paix, en raison de ses actions dans la région et en particulier pour avoir été l’instigateur d’un accord de paix entre l’Éthiopie et l’Érythrée, a indiqué l’Unesco le jeudi 2 mai.

Le Jury international, indique l’Unesco, s’est réuni le 29 avril 2019 au siège de l’UNESCO à Paris pour désigner le lauréat de l’édition 2019 du prix qui marquera le 30e anniversaire de sa création. Pour ce faire, fait-on savoir, le jury a également reconnu les mérites du lauréat pour les réformes entreprises en vue de consolider la démocratie et la cohésion sociale. Enfin, poursuit l’Unesco, le jury considère cette distinction comme un encouragement à poursuivre son engagement en faveur de la promotion d’une culture de la paix dans la région et sur le continent africain.

Ce jury était composé de Ellen Johnson Sirleaf, ancienne présidente du Liberia et lauréate du Prix Nobel de la Paix (2011) ; François Hollande, ancien président de la France ; la princesse Sumaya bint El Hassan de Jordanie, envoyée spéciale de l’UNESCO pour les sciences de la paix ; Michel Camdessus (France) ; ancien directeur général du Fonds monétaire international (FMI) ; professeur Yunus Mohama (Bangladesh) – fondateur de Grameen Bank et lauréat du Prix Nobel de la paix (2006) ainsi que de Forest Whitaker (USA), fondateur de l’initiative Paix et Développement.

Homme de paix et de réformes

Abiy Ahmed Ali (PhD) est le quatrième Premier ministre de la République fédérale démocratique d’Éthiopie. Il est né le 15 août 1976 dans la petite ville de Beshasha, située près d’Agaro, à Oromia. Il y a été élevé par un père musulman et une mère chrétienne.

Abiy Ahmed a prêté serment comme Premier ministre d’Éthiopie le 2 avril 2018. Il a fait de l’unité nationale, de la coexistence pacifique, de la croissance partagée et l’intégration régionale, un thème central de son administration.

Au  début de sa carrière, Abiy Ahmed a d’abord rejoint la lutte armée contre le régime socialiste Dergue. Alors qu’il servait dans les Forces de défense nationales éthiopiennes, il a atteint le rang de lieutenant-colonel. Parmi ses différents rôles au sein du gouvernement, il a occupé le poste de chef du secrétariat de l’OPDO; vice-président du gouvernement régional d’Oromia; ministre des sciences et de la technologie; directeur fondateur de l’Information Network Security Agency et fondateur et chef de l’institut de recherche gouvernemental, Centre d’information sur les sciences et la technologie.

Depuis qu’il est Premier ministre, il a lancé des réformes politiques et économiques profondes. Des milliers de prisonniers ont été libérés, des discussions et des consultations ouvertes ont été initiées avec des partis politiques de l’opposition – dont certains étaient auparavant qualifiés de « terroristes »; un accord historique de rapprochement et de paix a été conclu avec l’Érythrée voisine; un programme de transformation pour la réforme du secteur juridique et judiciaire a été mis en place; et certaines des plus grandes entreprises publiques doivent être partiellement privatisées dans le cadre d’un programme de libéralisation des marchés et de réformes économiques plus vaste.

Le Premier ministre Abiy Ahmed est titulaire d’un Master en leadership transformationel, d’un Master en administration des affaires et d’un doctorat de l’institut d’études sur la paix et la sécurité de l’université d’Addis-Abeba. Avec sa femme, la première dame Zinash Tayachew, ils ont parents de trois filles et d’un fils récemment adopté.

Pour rendre hommage à l’action du Président Félix Houphouët-Boigny en faveur de la paix, dans le monde, 120 pays ont parrainé, en 1989, une résolution adoptée à l’unanimité des États membres de l’UNESCO en vue d’établir le « Prix Félix Houphouët-Boigny – UNESCO pour la recherche de la Paix ». Ce Prix se propose d’honorer les personnes vivantes, institutions ou organismes publics ou privés en activité ayant contribué de manière significative à la promotion, à la recherche, à la sauvegarde ou au maintien de la paix dans le respect de la Charte des Nations Unies et de l’Acte constitutif de l’UNESCO.

Partager
Patrick Ndungidi
Journaliste et Storyteller
https://africanshapers.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *