Vera Daves,35 ans, première femme ministre des Finances de l’Angola

News Portrait

Vera Esperança dos Santos Daves de Sousa, qui était secrétaire d’État aux Finances et Trésor, a été nommée ministre des Finances de l’Angola le 8 octobre 2019. La première femme nommée à ce poste dans l’histoire du pays. Lors du dernier congrès extraordinaire du MPLA, elle a rejoint le Bureau politique du parti au pouvoir.

Lors de sa nomination, Daves de Sousa a déclaré qu’elle était reconnaissante au Président angolais João Lourenço d’avoir nommé une jeune femme à un poste stratégique au gouvernement. « Il a fallu beaucoup de courage au président pour prendre cette décision. Je me sens responsable de m’assurer qu’avec mes performances je garde la porte ouverte à plus de femmes et de jouer le rôle de leader inspirante», a-t-elle indiqué.

Née à Luanda, Vera Daves est décrite comme une technicienne très compétente. Elle est diplômée en économie de l’université catholique d’Angola (UCAN) et a suivi plusieurs formations dans les domaines de la finance, de la gestion et du leadership : cours de techniques et pratiques bancaires, suivi à l’Institut portugais de formation bancaire, cours du marché obligataire et des produits dérivés ( ICAP), le cours de leadership (OF Consultants) et le cours de gestion du temps (OF Consultants). Aujourd’hui, en tant que ministre des Finances , elle devra participer à la relance de l’économie angolaise qui fait face à la pire récession depuis la fin de la guerre en 2002.

Découverte via les médias

En 2011, alors qu’elle est encore directrice de la recherche d’une banque locale, Vera Daves de Sousa, âgée de 27 ans à l’épôque, était régulièrement invitée à la télévision pour discuter des marchés financiers et de l’économie du deuxième plus grand producteur de brut d’Afrique.  Vera Daves a co-écrit des livres sur la finance et s’est également démarquée en tant que commentatrice économique dans divers médias, en particulier TPA, Radio Mais et Rumo Magazine. Pour se préparer à ses apparitions télévisées, elle a déclaré qu’elle se documentait pendant des heures pour apprendre à « communiquer en termes très simples ».

C’est ainsi que la jeune femme a attiré l’attention d’Archer Mangueira, président de la Commission des marchés de capitaux, qui recherchait de jeunes talents pour aider à démarrer le négoce de dettes à la bourse angolaise. « Il m’a vu à la télévision et a dit: » whoa « , elle a l’air très confiante, elle sait de quoi elle parle. Pourquoi pas! Il m’a invité à devenir membre du conseil d’administration», a déclaré Daves de Sousa, à Boomberg. En intégrant la commission des marchés de capitaux, Vera Daves a fait ses débuts dans le monde politique angolais, dominé par les hommes et surtout par des militaires qui ont joué un rôle dans les 27 années de guerre civile dans le pays et qui occupent des postes importants.

Passage à la commission des marchés des capitaux

Habituée à être toujours la plus jeune dans la pièce, Daves de Sousa a rapidement pris du galon. Tout d’abord, elle a remplacé Archer Mangueira comme présidente du conseil d’administration de la Commission des marchés des capitaux (CMC) en 2016. Avant cela, de 2014 à 2016, elle était directrice exécutive du CMC, un organisme affecté au ministère des Finances de l’Angola, qui a comme mission régulière de superviser, surveiller et promouvoir les marchés de valeurs Mobilières, des produits dérivés, ainsi que les activités impliquant tous les agents qui y participent, directement ou indirectement.

Elle a été présidente de la Commission des marchés des capitaux jusqu’en 2017, année au cours de laquelle, son ancien patron, qui était devenu ministre des Finances, l’a embauchée comme secrétaire d’État au Trésor. En octobre, elle a de nouveau succédé à Archer Mangueira après que celui-ci est devenu gouverneur de la province du Namib, devenant ainsi la première femme ministre des Finances de l’Angola, un pays qui est classé 125e sur 149 pays dans le rapport 2018 du Forum économique mondial sur l’égalité des genres. «Les femmes angolaises assument des postes de plus grande responsabilité, mais les postes les plus importants et les plus importants continuent d’être occupés par des hommes. Il y a encore un long chemin à parcourir », a déclaré Eva Santos, fondatrice de l’organisation non gouvernementale Woman Leadership en Angola.

En plus de ces postes éminents, Vera Daves était également technicienne en finance à Sonangol ESSA, directrice du bureau des produits et de la recherche à Banco Privado Atlântico, professeur de chaire des marchés financiers à l’Executive MBA initié par la Catholic Business School Alliance, et professeur de Finances publiques et intégration économique à la Faculté des sciences économiques de l’UCAN.

Un poste plein de défis

En tant que ministre des finances, explique-t-on, Daves de Sousa sera probablement confronté à un autre obstacle: les demandes des autres ministères de dépenser davantage pour la sécurité, a déclaré Antonio Estote, économiste indépendant et professeur à l’Universidade Lusiada de Angola. Selon le projet de budget 2020, environ un cinquième des dépenses budgétaires de l’année prochaine iront à la défense, à la sécurité et au maintien de l’ordre public. « Une femme qui dit non aux généraux n’est pas très courante en Angola », a fait savoir Antonio Estote.

Cette dernière, qui pratique le yoga pendant son temps libre, a aussi déclaré qu’elle était déterminée à réduire la présence de l’État et à diversifier une économie, où pétrole brut représente encore plus de 90% des recettes d’exportation. «Nous cherchons à changer ce paradigme», a-t-elle déclaré. «Nous voulons inviter le secteur privé à jouer un rôle plus important».

Pour sa part, Alves da Rocha, professeur d’économie à l’université catholique d’Angola, qui a co-écrit un livre sur les finances publiques avec Daves de Sousa, a décrit cette dernière comme « l’une des meilleures étudiantes que j’ai jamais eues ». Daves de Sousa est également décrite comme une travailleuse acharnée par Jose Matoso, conseiller du directeur général de la Commission des marchés des capitaux, qui était un des collaborateurs de Daves de Sousa lorsqu’elle y travaillait. « Elle a une incroyable capacité à apprendre très rapidement et à travailler 10 à 12 heures par jour sans se fatiguer. Je me demandais: s’arrête-t-elle jamais pour boire, manger ou dormir? »,a déclaré Jose Matoso.

Patrick Ndungidi
Journaliste et Storyteller
https://africanshapers.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *