« Basque Culinary World Prize 2019 » : la cheffe ghanéenne Selassie Atadika parmi les 10 finalistes

Culture & Lifestyle News

La liste des dix chefs, originaires de dix pays différents, a été annoncée le jeudi 20 juin. Ce Prix mondial culinaire récompense les chefs pionniers dont le travail a eu un impact «au-delà de la cuisine».

Pendant trois mois plus tôt cette année, des professionnels et des institutions gastronomiques ont nommé des chefs du monde entier, connus et inconnus, qui ont montré comment la gastronomie pouvait devenir une force de transformation dans des domaines tels que la technologie, l’éducation, l’environnement, la santé, la production alimentaire ou le développement social ou économique.

Dans cette 4e édition du prix – organisé et promu par le gouvernement basque dans le cadre de la stratégie Euskadi-basque et du centre culinaire basque (BCC), première institution de recherche et d’enseignement gastronomique au monde – 230 candidatures ont été reçues de 42 pays ( un total de 150 chefs nommés), ce qui en fait l’édition du prix avec la participation la plus large à ce jour.

Les dix finalistes sont Selassie Atadika (Ghana); Mario Castrellón (Panama), Siew-Chinn Chin (Malaisie – États-Unis), Giovanni Cuocci (Italie); Xanty Elías (Espagne); Virgilio Martínez (Pérou); Cristina Martínez (Mexique – États-Unis); Douglas McMaster (Royaume-Uni); AnthonyMyint (Etats-Unis); Lars Williams (USA – Danemark)

Ces dix finalistes ont été choisis par un comité technique formé d’experts académiques et culinaires de premier plan représentant des institutions d’élite du monde entier, notamment l’université Harvard, l’niversité de Copenhague, l’université ouverte de Catalogne et l’université du Pays basque.

Le lauréat sera choisi par un jury international composé des chefs les plus acclamés au monde et d’experts interdisciplinaires dans divers domaines liés à la gastronomie lors de la 9ème réunion annuelle du conseil international du centre culinaire basque à San Francisco. L’annonce sera faite le 16 juillet 2019 lors d’un symposium co-organisé par le chef étoilé Dominique Crenn, intitulé «Pensée durable», qui a pour thème cette année le thème suivant: comment la gastronomie peut-elle propulser le programme de développement durable émissions ou modification des habitudes de consommation.

Le jury sera présidé par le chef Joan Roca (Espagne) et comprendra des chefs renommés tels que Andoni Luis Aduriz (Pays basque), Eneko Axta (Pays basque), Massimo Bottura (Italie), Manu Buffara (Brésil), Katina et Kyle Connaughton. (Etats-Unis), Dominique Crenn (Etats-Unis), Trine Hahnemann (Danemark), Yoshihiro Narisawa (Japon), Enrique Olvera (Mexique) et Jock Zonfrillo (Australie) – vainqueur du BCWP 2019 en titre.

Le lauréat se verra attribuer 100 000 euros à consacrer à une cause liée à l’objectif du prix: transformer la société par la gastronomie.

Des Nations Unies à la cuisine

©Virginie Garnier

Détentrice d’un Master en affaires internationales de la Columbia University (USA) et d’un Bachelor en géographie, combinée avec des études environnementales du Dartmouth College (USA), Selassie Atadika a passé une décennie à travailler pour l’ONU dans le domaine humanitaire dans plusieurs régions du monde.

Passionnée de cuisine depuis l’enfance, elle s’est ensuite lancée dans la gastronomie pour explorer comment la nourriture pouvait faire face aux défis sociaux. Elle a obtenu son diplôme de cuisine à la Culinary Institute of America (CIA) et a obtenu la certification Pro Chef 1. En 2014, elle est retournée en au Ghana pour ouvrir le restaurant Midunu (Laissez-nous manger en langue Ewé du Ghana) à Accra , où elle cultive le concept de la nouvelle cuisine africaine, avec une équipe entièrement féminine.

Membre fondatrice de « Trio Toque », le premier restaurant nomade de Dakar, au Sénégal, elle a ramené au Ghana cette approche innovante de la cuisine africaine à travers Midunu, concept de restauration nomade, célébrant le patrimoine culturel et culinaire de l’Afrique. Avant de commencer à manger, les Ewé disent «Midunu», ce qui signifie «mangeons».

L’objectif du restaurant Midunu, explique-ton, est de créer des expériences où la culture, la communauté et la cuisine se croisent, rappelant les temps anciens tout en créant de nouveaux souvenirs. L’entreprise propose ainsi un espace événementiel sur mesure « Midunu House », un service traiteur personnalisé hors site et sur site, des repas nomades et des chocolats Artisanaux. Selassie Atadika espère que son personnel et son travail inciteront davantage de femmes à dépasser leurs rôles traditionnels de cuisinières à domicile et de détenteurs de traditions culinaires et à se lancer dans des professions du secteur de la gastronomie africaine.

Partager
Patrick Ndungidi
Journaliste et Storyteller
https://africanshapers.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *