Interview. Carmen Nibigira:«  Je suis une défenseuse passionnée du tourisme inter et intra régional  »

Culture & Lifestyle News

Lauréate du prix du leadership dans le secteur du tourisme en Afrique lors de la première édition des « Africa Tourism Leadership Awards », organisée le 31 août à Acrra, Carmen Nibigira estime notamment que les pays africains doivent considérer le secteur du tourisme comme un vecteur de développement des gains et des solutions durables pour les Africains, pour la culture, le patrimoine et la faune.

Africanshapers  : Vous venez de remporter le prix «Women in Leadership Award» dans le secteur touristique en Afrique. Comment avez-vous accueilli cette remise de prix?

Carmen Nibigira  : le prix représente pour moi une reconnaissance du travail que j’ai accompli avec passion dans le secteur du tourisme, alimenté par un sentiment de responsabilité et un appel à diriger et à être un acteur du changement dans ma communauté. Je suis reconnaissante d’avoir été sélectionnée et j’ai été totalement surprise. J’étais dans la même catégorie avec deux femmes leaders qui font un travail incroyable dans leurs domaines respectifs. C’est peut-être un signe que je fais quelque chose de bien et que je devrais continuer dans cette voie.

Qu’est-ce qui vous a orientée vers une carrière dans le secteur du tourisme?

Ma carrière a débuté il y a 18 ans lorsque je travaillais dans des hôtels en Angleterre. Mais cela a été déclenché par mes premiers souvenirs de mon voyage au Burundi avec ma famille et la découverte de la beauté de mon pays. J’étais fascinée par la nature, la vie sauvage et ces moments ont réveillé ma faim et ma curiosité. Au lycée, j’ai été impliquée dans l’organisation de nos événements et j’ai apprécié la partie sociale de rassembler des gens autour d’activités de loisirs. Mon voyage dans mon pays pendant ma petite enfance et ma curiosité à voyager m’ont menée vers cette carrière et je n’ai pas regretté de suivre ma passion et mes rêves de découvrir le monde tout en faisant ce que j’aime.

Vous êtes actuellement Directrice de projet au Rwanda chez Horwath HTL. En quoi consiste votre travail?

Actuellement, mes fonctions consistent à superviser l’exécution et la mise en œuvre de plusieurs projets de nos différents clients. Ces projets sont relatifs à des études de faisabilité, l’élaboration des plans directeurs, des formations et nous proposons souvent nos services de conseillers stratégiques à nos clients pour les aider à grandir et à se développer. L’un des projets sur lesquels je suis fière de travailler est celui soutenu par la Fondation MasterCard au Rwanda. Avec une équipe d’experts et de partenaires touristiques chevronnés, nous développons 40 nouveaux produits touristiques pour compléter l’offre de produits au Rwanda. Cela implique de travailler avec des organismes gouvernementaux et du secteur privé et d’autres partenaires dans la mise en œuvre de ce projet.

Quelle est la journée type de Carmen Nibigira? Quelle est votre motivation quotidienne?

Ma journée commence souvent par un suivi de l’actualité, ensuite répondre aux courriels et veiller à ce que je m’occupe des problèmes les plus importants et les plus pressants avant de passer aux réunions. Je ne dirai pas que j’ai une journée type, cela dépend plutôt de mes horaires de voyage et de mes clients. Mon bureau est généralement l’endroit où nos clients sont basés et je les rencontre à différents endroits et lieux. Ma motivation est de s’assurer qu’en équipe, nous travaillons ensemble pour atteindre nos objectifs. Comme je travaille avec des experts talentueux, j’apprécie le processus d’apprentissage et je cherche toujours une opportunité de coacher et d’encadrer dans la mesure du possible.

Vous avez été coordinatrice régionale de l’industrie touristique de l’Afrique de l’Est et directrice générale de l’Office national du tourisme du Burundi. A ces différents postes, quelles sont vos plus grandes réalisations pour la promotion du tourisme en Afrique et celles que vous êtes le plus fière?

Ces deux missions étaient différentes quant à la portée du travail que je faisais. Je suis très fière que pour chaque mission, on m’a fait confiance pour diriger et toutes les deux missions m’ont donné l’occasion de faire avancer l’agenda du tourisme au niveau national et régional. Je crois vraiment que nos destinations en Afrique de l’Est en particulier doivent travailler ensemble et essayer de mettre en œuvre toutes les politiques en place pour une intégration complète et nous, les Africains de l’Est, pour bénéficier du tourisme. L’utilisation du visa de tourisme unique, de la politique du ciel ouvert et de la modification du récit et de l’image de nos destinations d’abord pour attirer la compétitivité du marché national et régional était au cœur de ce que je préconise avec passion. Je suis fière de pouvoir dire que pendant mon mandat pour les deux postes, j’ai défendu l’esprit de l’Afrique de l’Est en tant que destination unique et je continue d’être un défenseur passionné du tourisme inter et intra régional. Même si nos cinq pays sont à des niveaux de développement différents et que nos histoires sont singulières, nous partageons le même objectif qui est celui d’être un destination unique.

Comment analysez-vous le secteur touristique aujourd’hui  ? Quels sont les tendances et les chiffres-clés (nombre de touristes, emplois, chiffres d’affaires, etc.) ?

Notre secteur du tourisme en Afrique a beaucoup de potentiels et en tant que continent, nous pouvons faire plus si il est adopté une politique de promotion du tourisme claire, guidée et mise en place pour faire progresser le secteur. Au niveau mondial, le tourisme augmente d’année en année et le tourisme en Afrique est en hausse. L’année dernière, plus de 1 milliard 323 millions de visiteurs ont été enregistrés dans le secteur du tourisme dont 63 millions de visiteurs en Afrique. En 2016, le nombre de touristes africains a augmenté pour atteindre de 62,9 millions alors qu’ en 2015, ce nombre était de à 62,5 millions, mais notre part du tourisme dans le monde est légèrement inférieure à 5,1%. Même si le tourisme a généré un total de 1, 225 milliards de dollars, il est nécessaire de se demander pourquoi ce chiffre n’est pas aussi élevé que prévu. En ce qui concerne l’emploi, 22,8 millions d’emplois en 2017 ont été créés dans le secteur des voyages et du tourisme.

Cependant, de mon point de vue, les chiffres ci-dessus ne devraient pas être les seuls indicateurs que nous devrions utiliser pour mesurer le succès de notre secteur. Nous devrions revenir en arrière et chercher une meilleure compréhension de la conception de notre politique touristique. Si cette dernière ne cherche pas à résoudre nos problèmes de développement et à atteindre nos ODD, nous pourrions nous trouver dans des situations economiques et sociales difficiles dans un avenir proche.

Par exemple, lorsque nous parlons de création d’emplois, il faut savoir s’il s’agit d’emplois importants et pas seulement se limiter à des chiffres, car c’est la qualité des emplois qui changent la vie des gens. S’agit-il de compter le nombre de touristes visitant notre pays ou de nous préoccuper davantage de la qualité du tourisme? Le chiffre d’affaires concerne-t-il le bénéfice net du tourisme, est-ce que nous comptabilisons la perte impliquée dans les phases de développement de nos destinations? Regardons la chaîne de valeur dans son intégralité.

Nous sommes à la croisée des chemins en Afrique où nous devons examiner nos processus et nos politiques et veiller à ne pas tomber dans le piège consistant à rechercher et à poursuivre les chiffres au lieu de considérer le tourisme comme un vecteur de développement des gains et des solutions durables pour nous (Africains), notre culture, notre patrimoine et notre faune.

Quelle est la part du tourisme inter-africain aujourd’hui?

Cette part n’est pas encore très élevée, pour des raisons évidentes. Nos régimes de visa ne sont pas favorables, nos frais de déplacement restent élevés pour beaucoup d’entre nous qui avons peu de moyens de voyager. Des infrastructures insuffisantes pour favoriser les voyages et le tourisme, que ce soit par route, par eau et par air, ainsi que la question de la sécurité. En même temps, peu de ressources sont allouées pour promouvoir le tourisme inter et intra sur le continent. Certains pays n’ont aucune politique pour commercialiser et vendre leur pays comme destination de leurs voisins et d’autres pays africains.

Nos progrès en matière de technologie et d’innovation doivent encore être traduits dans le secteur du tourisme dans de nombreuses destinations. Enfin, la perception et l’image de nos destinations ont besoin de beaucoup plus en termes de stratégie de marque, de communication et de conscientisation. Le récit de l’Afrique sera changé par nous. Faisons partie de ce récit et jouons un rôle actif en voyageant et en découvrant notre continent.

Comment les pays du continent peuvent-ils booster ce secteur?

En encourageant la collaboration et la coopération avec des politiques claires et ouvertes, nous pouvons améliorer notre secteur du tourisme en Afrique. Notre marketing et notre promotion sont encore faibles, nos pays ne sont pas tous condamnés comme les médias continuent de les détruire. Je voyage assez en Afrique pour savoir que tout n’est pas mauvais.

Je crois fermement que si nous ouvrons nos frontières et continuons à faire du commerce et des affaires, le tourisme se développera progressivement, qu’il s’agisse du tourisme, d’affaires, de religion, d’éducation, de culture ou de médecine. C’est tout dans les chiffres et nous avons un nombre critique pour faire croître le secteur. Nous devons commencer à faire nos devoirs et prendre ce secteur au sérieux.

Quelles sont les régions où le tourisme est le plus développé en Afrique et pourquoi?

Les «  pays habituels de destination -1486232995 » sont connus  : Maroc, Afrique du Sud, Zimbabwe, Tunisie, Égypte et Kenya. Les raisons de promotion du tourisme sont aussi connues, ce sont: l’accès à l’air et connectivité améliorée ,les produits et les services diversifiés les rendant compétitifs, un marketing fort et agressif et   leurs frontières sont ouvertes et leurs régimes / politiques de visas sont plus souples comparés aux autres pays. Inutile de dire que certains de ces pays ont connu des années et des temps relativement sûrs et ont travaillé également sur leurs relations publiques. Enfin, leurs politiques et stratégies touristiques orientent leurs approches sur les marchés à cibler et continuent de s’adapter aux changements.

Vous avez visité combien de pays dans le monde et quelle est votre destination touristique préférée?

En raison de mon travail, je voyage pour affaires et prends du temps si possible pour les loisirs. J’ai visité 31 pays et j’ai encore plus à découvrir. Il est difficile de dire que j’ai une destination privilégiée, je dirais que je veux découvrir plus de pays africains comme ce continent a beaucoup à offrir. Je suis plus intéressé par les destinations qui peuvent me donner une combinaison d’expériences de la vie sauvage et de la culture.

Quels sont les points positifs et les points négatifs de votre métier?

Plus de points positifs que négatifs définitivement. Au début de ma carrière, alors que je travaillais dans le secteur de l’hôtellerie, les longues heures et le travail de fin de semaine étaient difficiles. Mais je suppose que l’on doit travailler plusieurs heures pour avancer dans la carrière. Cela peut aussi être fatiguant pour ceux qui voyagent beaucoup mais il faut regarder le côté positif des choses.

Quelles sont les compétences requises pour se lancer dans une carrière dans le secteur du tourisme?

Les gens ont l’habitude de dire qu’il il faut être passionné. Mais cela ne suffit plus. Il est important d’avoir les compétences techniques, une adaptabilité et une certaine personnalité pour apprendre et travailler en équipe.

Quelles sont vos perspectives d’avenir?

Diriger une équipe dans le secteur du voyage et du tourisme capable de construire des destinations durables en Afrique et au-delà. Je suis enthousiasmé par la perspective de travailler à l’avenir avec les gouvernements et les organisations privées dans le développement du tourisme et de la mise en œuvre de politiques – ceci s’accorde parfaitement avec ma politique touristique et mon expérience de gestion acquises au fil des ans.

Bio Express:

Âge:40 ans

Statut (social, matrimonial): Mère de deux garçons

Source d’inspiration: Ma famille

Livre de chevet: Actuellement “Grit” d’Angela Duckworth

Si vous aviez exercé un autre métier: J‘aurais évolué dans des activités liées au tourisme et à l’hôtellerie.

Citation préférée? «Le succès n’est pas définitif, l’échec n’est pas fatal. C’est le courage de continuer qui compte » Winston Churchill

Un mot qui correspond à votre vision du tourisme? Le tourisme ne se mesure pas seulement à la rentabilité, le tourisme concerne l’impact positif et négatif qu’il aura sur la planète et les populations.

Loisirs ? Lecture

Patrick Ndungidi
Journaliste et Storyteller
https://africanshapers.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *