Dix Sud-Africaines qui excellent dans leurs domaines

Dossiers News

L’Afrique du Sud a célébré, ce vendredi 9 août, la National Women’s Day. Cette journée a été instaurée pour commémorer la manifestation nationale des femmes qui s’est déroulée le 9 Août 1956, en vue de protester contre la loi obligeant les non-Blancs à porter un document prouvant qu’ils avaient la permission d’être dans une zone réservée pour les blancs.

Le National Women’s Day permet ainsi de mettre en évidence le rôle des femmes dans la société et les opportunités disponibles pour les générations futures de contribuer de façon significative à la société Sud-africaine, où plusieurs femmes se distinguent.

Ci-dessous, dix femmes sud-africaines qui se distinguent dans leurs domaines

Nokuphila Khumalo, 27 ans, plus jeune femme propriétaire d’une station service.

Nokuphila Khumalo youngest BP fuel station owner.

Elle est l’une des plus jeunes revendeuses de produits de British Petroleum. Sa station-service est située Durban, au KwaZulu-Natal. Elle en est propriétaire depuis en 2018, près de 40 ans après que son père a travaillé pour la première fois comme agent dans uns station service. Il est ensuite devenu officier de police et homme d’affaires. Nokuphila Khumalo, originaire d’Umlazi, un township de la ville de Durban, a étudié le design d’intérieur à la Design School Southern Africa de Pretoria et a quitté son poste de chef de projet l’année dernière pour réaliser son rêve de posséder la station-service. Après avoir constaté le faible nombre de femmes propriétaires de stations-service, Elle a fait en sorte d’être pleinement propriétaire de son entreprise et d’en être la seule actionnaire et directrice. Elle est également propriétaire du terrain où se trouve cette station-service, où elle emploie 25 jeunes. Pour financer l’achat de la station-service, elle a économisé pendant 6 ans et utilisé un fonds familial « L’opportunité s’est présentée et je l’ai saisie des deux mains, prenant le risque d’utiliser des fonds immédiats de la fiducie familiale sur un prêt pour garantir la transaction », a-t-elle indiqué à un média sud-africain. Elle a ensuite demandé son permis d’exploitation, obligatoire pour quiconque souhaite exploiter une station-service afin de s’assurer qu’il dispose des compétences et des connaissances nécessaires. Néanmoins, la jeune revendeuse de carburant a déclaré qu’il était difficile de s’implanter dans une industrie dominée par les hommes.

Dr Margareth Mkhosi, Directrice du Centre pour la sûreté et la sécurité nucléaires (CNSS) d’Afrique du Sud

Elle est la première femme noire d’Afrique du Sud à détenir un diplôme d’ingénieur nucléaire. Elle est titulaire d’un doctorat en génie nucléaire de l’Ohio State University (États-Unis) et d’un MSc (physique) de la North-West University (Afrique du Sud), où elle a également enseigné la physique avant de poursuivre ses études à l’Ohio State University.

Margaret Mkhosi a exercé différentes fonctions au sein de nombreuses organisations du secteur nucléaire en Afrique du Sud. Avant d’occuper son poste actuel, elle était directrice principale de la South African Nuclear Energy Corporation, où elle assurait la direction et la supervision stratégiques de la gestion des déchets radioactifs. Auparavant, elle était directrice générale: Projets spéciaux à la Technology Innovation Agency (TIA). Son travail à la TIA consistait à gérer des programmes d’innovation technologique destinés à aider les chercheurs et les innovateurs d’établissements d’enseignement supérieur et de petites et moyennes entreprises (PMME) à améliorer leurs résultats de recherche et leurs idées afin de développer des prototypes, des preuves de concept et des analyses de rentabilisation pouvant être commercialisés ou encore plus développés .

Avant de rejoindre TIA, elle a travaillé chez National Nuclear Regulator (NNR) en tant que spécialiste principale en génie nucléaire, se concentrant sur l’analyse des accidents graves et l’évaluation probabiliste de la sûreté. Avant de rejoindre NNR, elle a travaillé pour PBMR Pty Ltd en tant qu’analyste principale en génie nucléaire, analysant le transport des produits de fission et des poussières dans le bâtiment de confinement du réacteur modulaire à lit de galets. Auparavant, elle était chercheuse postdoctorale à la faculté de génie nucléaire de l’université de Purdue (USA).

Kgothatso Montjane

Née à Polokwane en 1986, Limpopo, avec une malformation congénitale, elle a subi une amputation unique sous le genou à l’âge de 12 ans. Elle a commencé sa carrière de tennis à 20 ans, lorsqu’elle a reçu l’équipement nécessaire pour jouer au tennis en fauteuil roulant. Kgothatso a obtenu un diplôme en sciences et loisirs de l’Université de Vendain en 2010. Elle s’entraîne actuellement à Pretoria Boys High avec Gerald Stoffberg, son entraîneur de tennis. Kgothatso Montjane est l’un des athlètes les plus titrés d’Afrique du Sud.

Elle est actuellement classée n ° 1 en Afrique du Sud et numéro 6 dans le monde. Elle est notamment la première joueuse africaine à participer à un tournoi du grand chelem de tennis en fauteuil roulant (Open d’Australie 2013), où elle a atteint les quarts de finale et aussi la première femme noire africaine à participer au concours Grass-Court de Wimbledon à Londres en 2018, où elle a atteint les demi-finales.Son objectif est de devenir numéro 1 mondial dans sa catégorie.

Xoliswa Daku, 44 ans, l’avocate qui a fait fortune dans l’immobilier

Avocate de profession, elle est la fondatrice et CEO de Daku Group of compagnies , actif dans le développement de projets, les investissements, les acquisitions, la gestion de projets, les installations et la gestion immobilière. Elle a travaillé sur certains des meilleurs projets immobiliers en Afrique du Sud, tels que le One and Only Hotel au Cap, l’hôpital Khayelitsha au Cap et l’échangeur de Koegerberg. Elle travaille actuellement sur les projets John Mason Park, Mayfair Student Accommodation et Breidback, entre autres.

Elle est titulaire d’un Executive MBA de l’university of Cap Tow Graduate School of Business (Afrique du Sud) et d’un diplôme de maîtrise en droit de l’univesity of western Cap (Afrique du Sud). Elle siège notamment aux conseils d’administration de l’église anglicane ainsi que du conseil d’administration du National Home Builders Registration Council (NHBRC) et du SENTECh, qui offre des services de distribution de signaux à la plupart des diffuseurs autorisés d’Afrique du Sud.

Par ailleurs, Xoliswa Daku a été présidente nationale du réseau d’entreprises féminines sud-africaines (SAWEN), une initiative du ministère du commerce et de l’industrie du pays. Elle a beaucoup contribué à la création d’institutions de promotion de la femme par les départements nationaux et a travaillé en étroite collaboration avec le ministère du Commerce et de l’Investissement sur les questions BEE.

En tant que présidente du NHBRC, elle a lancé un programme d’autonomisation des femmes pour le comité de transformation sociale. Là où elles forment et encadrent 100 femmes dans les domaines de l’immobilier et de la construction par l’intermédiaire du GIBBS afin de s’assurer que des opportunités leur sont offertes. Depuis ses débuts dans la fraternité juridique, elle a dirigé la création de centres pour les victimes de viol, ce qui a conduit à la mise en place d’un cadre institutionnel et de structures de gouvernance pour les initiatives axées sur les femmes, telles que les femmes dans les transports, etc.

En tant que CEO et fondatrice du groupe de sociétés Daku, elle a lancé l’académie du groupe Daku, créée en 2017, dans laquelle elle encadre 20 femmes d’affaires, en partenariat notamment avec Radisson Blu Sandton.

Sa passion pour l’autonomisation des femmes se poursuit avec le programme de promotion de la femme, qui collabore avec le département de l’établissement humain pour identifier les femmes démunies et les aider à construire des maisons au moyen de technologies alternatives.

Nonkululeko Ntshona, professionnelle de la métrologie

Elle est la fondatrice et CEO de Nonku Ntshona & Associates Quantity Surveyors (Pty) Ltée (NNAQS), une entreprise axée sur les enquêtes dans le secteur de la construction et du développement immobilier. Elle justifie de plus de 10 ans d’expérience dans des projets majeurs de développement immobilier en Afrique du Sud en particulier et en Afrique en général. La société est composée d’une équipe de professionnels, en majorité de femmes, expérimentées dans la métrologie.

Nonku Ntshona a commencé sa carrière chez Rousseau Probert Elliot Survey à Port Elizabeth en Afrique du Sud. Elle a ensuite rejoint l’entreprise Bham Tayob Khan Matunda à Johannesburg, avant d’intégrer Turner et Townsend en tant que métreuse. Chez Turner et Townsend, elle a travaillé pendant sept ans comme partenaire associé pour diriger le secteur du développement du commerce de détail et à usage mixte au sein de la division de gestion des coûts. Son niveau d’expérience dans les projets comprend le développement d’infrastructures dans le secteur minier, le déploiement de projets dans le secteur automobile, le développement de bureaux, le développement de commerces de détail, le développement de logements, les développements commerciaux à usage mixte et la surveillance de projets de courte durée. Son expérience internationale inclut la direction et la gestion de projets de développement de bureaux et à usage mixte en Tanzanie et en Zambie.

Nonku Ntshona est détentrice d’un Master of Sciences (développement et gestion de propriété) de l’université de Witwatersrand (Afrique du Sud) et d’un diplôme de troisième cycle (développement et gestion de la propriété) (Université de Witwatersrand), d’un B-Tech (Relevé de quantité) (Pretoria Technikon) ; d’un diplôme national (bâtiment) (Port Elizabeth Technikon). Elle a également suivi un

programme de développement immobilier (Graduate School of Business) de l’université du Cap et un programme intermédiaire en immobilier de l’université de Pretoria.

Elle est une métreur inscrite auprès du Conseil sud-africain des métreurs (PrQS). Elle est membre de plusieurs associations et organisation dont l’institut royal des géomètres agréés (MRICS) du Royaume-Uni et l’association des géomètres sud-africains (PMAQS).

Futhi Mtoba, la pionnière

Futhi Mtoba est la première femme à avoir présidé le conseil d’administration de Deloitte South Africa. En outre, elle a été la première femme noire africaine à être nommée partenaire par l’un des quatre grands cabinets comptables. Elle siège au conseil consultatif sud-africain des services financiers et au conseil consultatif sur le blanchiment d’argent. Elle est la première femme présidente de l’association pour l’avancement des comptables en Afrique australe, une organisation dédiée à la promotion des nouveaux comptables noirs. Elle est également l’ancienne présidente de Business Unity South Africa, la première et actuellement la seule femme à avoir occupé ce poste.

Auparavant, elle a dirigé l’unité de recherche économique du Black Business Council, était membre du groupe de travail présidentiel du Black Business Council et était membre du conseil d’administration de l’Institut sud-africain des comptables agréés. Titulaire d’un diplôme supérieur en droit bancaire de l’ancienne Rand Afrikaans University (Afrique du Sud), d’un Bachelor en Comptabilité de l’université d’Afrique du Sud); d’un BA en économie de l’université d’Afrique du Sud; d’un BA (Econ) de l’université du Botswana et du Swaziland. En 2017, elle est membre du Advanced Leadership Initiative de la Harvard University. Elle est actuellement présidente du conseil de l’université de Pretoria, présidente du WDB Trust et directrice non exécutive de South32 Limited, Discovery Holdings et Discovery Bank.

En outre, elle est la fondatrice de TEACH South Africa, une organisation à but non lucratif qui vise à relever les défis du secteur de l’éducation en Afrique du Sud.

Auparavant, elle a notamment été membre du conseil d’administration de la Fondation Allan Grey Orbis et du Pacte mondial des Nations Unies, et membre du groupe consultatif du Fonds monétaire international pour l’Afrique subsaharienne. Elle est aussi actuellement membre du groupe de travail sur le financement de la croissance et des infrastructures B20 Argentine 2018.

Elle est détentrice de plusieurs prix

Johanna Mukoki, spécialiste de l’industrie du voyage

Comptable et titulaire d’un diplôme en commerce de l’université de Rhodes, elle est la cofondatrice de Travel with Flair, une entreprise qu’elle a créée il y a 18 ans avec ses deux partenaires. Elle a commencé avec seulement 3 employés et un bureau à Pretoria. Actuellement, sa société emploie 800 personnes dans tout le pays et possède des bureaux à Johannesburg, Pretoria, Durban et Le Cap.

Elle est la première personne du continent africain à avoir siégé au conseil du tourisme mondial (ACTE), l’association des responsables du tourisme d’entreprise, où elle a représenté le Moyen-Orient et l’Afrique. ACTE compte des membres dans plus de 86 pays Parmi ces membres, on compte des cadres supérieurs impliqués dans l’achat et la fourniture de voyages avec 200 milliards d’euros de voyages d’affaires dépensés par des entreprises du Fortune 500.

Récipiendaire de plusieurs prix, Johanna Mukoki est également membre du conseil d’administration de l’Armée du Salut et les assiste dans la collecte de fonds pour les refuges pour enfants.

Ncumisa Jilata, la plus jeune Neurochirurgienne d’Afrique

À l’âge de 29 ans, le Dr Ncumisa Jilata, née à Mthatha, est devenue la plus jeune neurochirurgienne d’Afrique, après la remise de son diplôme à Durban le 18 mai 2017. Cyril Ramaphosa, alors vice-président de la République, avait souligné son exploit dans un discours prononcé devant l’Assemblée nationale sud-africaine le 31 mai.

La Docteure Ncumisa Jilata a obtenu son diplôme en médecine et son bachelor en chirurgie de l’université Walter Sisulu (WSU) de Mthatha (Afrique du Sud) en 2009. Elle est non seulement la plus jeune neurochirurgienne d’Afrique, mais aussi l’une des seules cinq neurochirurgiennes noires en Afrique du Sud.

Ncumisa Jilata Jilata a rejoint 150 autres femmes médecins et résidents en médecine travaillant dans le domaine de la neurochirurgie en Afrique, selon la dernière enquête de la Fédération mondiale des sociétés de neurologie.

Yolisa Phahle, la musicienne devenue dirigeante dans le domaine des médias

Elle est la CEO pour le divertissement général de Multichoice, société sud-africaine qui exploite notamment le service de télévision par satellite Dstv, l’un des plus importants services de télévision par satellite en Afrique subsaharienne. Née et élevée à Londres, Yolisa Phahle a suivi une formation de musique classique à la Guildhall School of Music and Drama en violon et en clavier. Mais elle a ensuite rejoint la scène pop et a joué avec des groupes comme Soul II Soul et a été membre fondatrice, compositrice et musicienne de l’Orchestre philharmonique du Reggae signé par Island Records. Elle a partagé les scènes avec des célébrités comme Jamiroquai, Red Hot Chilli Peppers, Seal, Prince et Duran Duran.

En 1998, elle a rejoint BBC World Service en tant que directrice de studio et productrice musicale. A ce poste, elle a produit et supervisé des sessions de musique en direct avec le groupe Oasis, Paul Weller, Coldplay et la regrettée Amy Winehouse. En 2001, elle est devenue productrice principale chez BBC 6 Music, première station de radio numérique du radiodiffuseur et première chaîne de musique de BBC en 30 ans d’existence. En 2005, elle décide de retourner dans son pays d’origine ,l’Afrique du Sud. La même année, elle a rejoint M-Net, une chaîne de télévision payante sud-africaine, en tant que directrice générale de la chaîne « Channel O », dont elle a dirigé la renaissance, en faisant la première chaîne de musique en Afrique. Elle a ensuite développé plusieurs chaînes locales à succès en Afrique du Sud, permettant une croissance du nombre de téléspectateurs. Elle est la première femme noire à avoir occupé le poste de CEO de M-Net.

Wendy Luhabe

Wendy Luhabe est une pionnière de l’autonomisation économique des femmes avec ses idées révolutionnaires qui ont permis aux femmes sud-africaines de devenir des investisseurs pour la première fois au milieu des années 90, après que l’Afrique du Sud est devenue une démocratie. Née le 29 mai 1957, en plein apartheid, à Daveyton , un township situé à côté de Benoni, à l’est de Johannesburg, dans une famille aux revenus très modestes, elle a effectué des études supérieures à l’université de Fort Hare (Afrique du Su), puis à partir de 1976, à l’université nationale du Lesotho. Elle effectue ensuite un parcours de 10 ans dans des entreprises privées, exerçant dans le marketing, pour Vanda Cosmetics en Afrique du Sud, puis pour BMW en Allemagne et aux États-Unis.

En 1991, elle est retournée en Afrique du Sud après l’abolition des dernières lois de l’Apartheid. En 1993, elle crée avec Louisa Mojela le Women Investment Portfolio Holdings (WIPHOLD) pour aider l’emploi des femmes et la création d’entreprises par des femmes. L’objectif est de favoriser l’indépendance économique des femmes dans la nouvelle Afrique du Sud post apartheid. WIPHOLD devient, en 1999, la première société dirigée par des femmes cotée à la bourse de Johannesburg. Toutefois, l’entreprise se retire de cette cotation en 2003, ces fondatrices souhaitant garder le contrôle de ce fonds d’investissement. Ce dernier compte 200 000 bénéficiaires femmes propriétaires directes de l’entreprise grâce à la participation de 35% qu’elles détiennent dans l’entreprise par le biais du WIPHOLD Investment Trust et du WIPHOLD NGO Trust.

Au cours des 20 dernières années, Wendy Luhabe a été présidente et membre de divers conseils d’administration en Afrique du Sud et à l’étranger, notamment comme présidente fondatrice du South Africa’s International Marketing Council, fondé par l’ancien président Mbeki. Activiste économique, championne de l’entrepreneuriat social, mentor pour les jeunes générations, elle est récipiendaire de nombreux prix et distinctions ainsi qu dee trois doctorats honorifiques pour son travail avec les femmes. ElLe a été chancelière de l’Université de Johannesburg et a été nommée lieutenant de l’ordre victorien (LVO) par la famille royale britannique en 2014. Elle se passionne pour le développement du leadership en Afrique et le dialogue intergénérationnel afin de trouver de nouvelles solutions aux problèmes chroniques de l’Afrique.

Patrick Ndungidi
Journaliste et Storyteller
https://africanshapers.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *