Enquête EuroFinance  : Citi classée meilleure banque en Afrique en matière de trésorerie

Dossiers News

L’enquête d’EuroFinance a été réalisée sur la base des réponses de 80 « senior corporate treasury professionals » interrogés lors de la conférence d’EuroFinance sur l’efficacité des finances et de la trésorerie en Afrique, organisée à Londres le 7 mars dernier et aussi d’autres réponses reçues en ligne, indique un article de Graham Buck publié sur EuroFinance.

©EuroFinance

A cet effet, trois banques se distinguent en Afrique  : Citi (36,5%), Standard Bank (18,4%), dont le siège est à Johannesburg, et Standard Chartered (17,0%), ont reçu la majorité des voix pour la meilleure banque en Afrique. Le trio a une longueur d’avance sur HSBC, quatrième au classement (8,0%).

©EuroFinance

L’engagement de Citi en Afrique, rappelle EuroFinance, remonte aux années 50. La société compte des clients dans près de 40 pays de la région, avec une succursale physique et des membres compensateurs dans 15 pays. Le groupe compte 4 000 clients en Afrique, répartis dans les secteurs des entreprises, du secteur public et des institutions financières, et traite près de 40% de sa valeur transactionnelle grâce à la connectivité hôte à hôte (H2H) et à l’interface de programmation d’application (API).

©EuroFinance

Pour sa part, Standard Chartered, présent dans plus de 60 pays à travers le monde, est présent dans 16 pays africains.

©EuroFinance

Les professionnels interrogés ont classé plus de 25 banques internationales et panafricaines opérant en Afrique sur un total de 11 critères et offres de service : service et réactivité; conseil en gestion des changes; les offres de produits de couverture de change et les solutions de financement; innovation dans les paiements ; transactions transfrontalières; atténuation de la fraude; solutions mobiles; financement de la chaîne d’approvisionnement; conseil en financement du commerce; et gestion des risques liés aux produits de base.

©EuroFinance

Citi est en tête de chaque catégorie, sa performance étant particulièrement forte dans les services de conseil en gestion de devises où elle a été choisie par 42,4% des répondants, suivie de Standard Bank (25,8%), Standard Chartered (10,5%) et HSBC (4,5%).

©EuroFinance

Desiree Pires, co-head du corporate sales UK de Standard Chartered, a déclaré  : «  la couverture des risques de change pour l’Afrique reste un domaine dans lequel les sociétés multinationales comptent sur leurs banques pour trouver des solutions de gestion des risques. «Une réglementation complexe, une illiquidité, des liquidités piégées, un coût élevé de couverture et un choix de produits limité font de la gestion des risques de change en Afrique un point clé pour les clients et un lieu où les banques peuvent se différencier grâce au service et à l’innovation».

©EuroFinance

Développements rapides

Bien que cela ne soit pas reflété dans les résultats de l’enquête, indique EuroFinance, les banques internationales opérant en Afrique doivent toujours travailler avec leurs banques centrales pour se tenir au courant de l’évolution de la réglementation, qui «a des répercussions sur la façon dont vous faites des affaires dans chaque pays», a déclaré Geoffrey Gursel, responsable chez Citi des ventes et de la mise en œuvre dans les secteurs privé et public en Afrique subsaharienne. «Nous nous efforçons d’informer les clients de la direction prise par chaque pays du point de vue bancaire, et plus précisément de la progression des paiements, mais la politique et la réglementation locale peuvent changer assez rapidement», a-t-il fait savoir.

©EuroFinance

Standard Bank, un concurrent sérieux

Tandis que les banques internationales occupent une part importante du marché des services financiers en Afrique, la Standard Bank en Afrique du Sud est très concurrentielle. Standard Bank, dont les origines remontent à 1862 en Afrique du Sud, est le seul concurrent sérieux des banques internationales en Afrique, fait savoir EuroFinance. La banque est présente dans 20 pays africains depuis sa séparation de Standard Chartered en 1987. Pour sa part, Ecobank, classée sixième dans l’enquête et Absa à la huitième place, sont en retard avec des notes respectives de 4,6% et 3,3%, explique EuroFinance.

©EuroFinance

Standard Bank se classe en tête de la catégorie de meilleure banque en termes de service / réactivité, où son score de 23,9% est battu uniquement par Citi (29,6%); Services de conseil en change (25,8% contre 42,4% pour Citi); solutions de financement (23,9%); transactions transfrontalières (22,7%) et solutions mobiles (22,4%). Standard Chartered occupe la deuxième place après Citi dans trois catégories: atténuation de la fraude (21,9% contre 32,8%); innovation en matière de paiements (19,4%) et gestion du risque de matières premières (15,1%).

©EuroFinance

Par ailleurs, l’enquête indique qu’en Afrique, les banques locales comblent souvent le manque de services proposées par les banques internationales. «La région est devenue une plaque tournante de l’innovation avec des initiatives telles que l’électronisation d’espèces, les paiements instantanés, les canaux d’argent mobile, la numérisation et les initiatives de banque ouverte se généralisant», a déclaré Viplav Rathore, responsable régional des produits de trésorerie et des solutions de trésorerie pour l’Afrique et le Moyen-Orient chez Standard Chartered Bank.

©EuroFinance

En outre, indique l’enquête, les changements dans la réglementation et la volatilité des devises font que les banques ont une expertise cruciale dans les domaines de la gestion des changes, des produits de couverture et des solutions de financement. «De nombreux marchés connaîtront à un moment donné une crise de liquidité, qu’elle soit provoquée par une chute du prix du pétrole ou pour d’autres raisons», note Jason Marsden, responsable des ventes de TPS chez Standard Bank en Europe.

©EuroFinance

Le rand de l’Afrique du Sud (ZAR), indique EuroFinance, a souvent été la devise la plus volatile du monde ces dernières années, alors que la monnaie de l’Angola, le kwanza (AOA), a presque diminué de moitié par rapport au dollar américain l’année dernière et a fortement chuté face à l’euro.«  La plupart des entreprises souhaitent utiliser les financements intersociétés à des fins rentables, mais cette forme de prêt doit être structurée correctement, sinon vous risquez de vous retrouver avec des fonds piégés  », a expliqué Jason Marsden.

©EuroFinance
Patrick Ndungidi
Journaliste et Storyteller
https://africanshapers.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *