Hôtellerie : Mossadeck Bally, lauréat du prix du leadership de l’AHIF

News Top Manager

L’entrepreneur malien recevra ce prix lors du Forum sur l’investissement hôtelier en Afrique (AHIF) qui aura lieu du 2 au 4 octobre à Nairobi au Kenya. Trevor Ward, directeur général de W Hospitality Group, recevra, pour sa part, le prix de la contribution exceptionnelle.

©Jean-Marie Heidinger

Les deux personnalités recevront leurs prix respectifs pour leur contribution au développement de l’industrie hôtelière en Afrique. La remise des prix, prévue le jour de la clôture du forum, sera suivie d’une session de questions-réponses durant laquelle Mossadeck Bally et Trevor Ward partageront leur expérience d’entrepreneurs à succès du secteur hôtelier dans plusieurs pays en Afrique.

Né le 27 août 1961 au Niger, de parents maliens, Mossadeck Bally est le fondateur et PDG du groupe Azalaï Hotels, le premier groupe hôtelier en Afrique de l’ouest employant directement 900 personnes et plus de 2000 personnes indirectement. Issu d’une famille ayant une longue tradition familiale dans le commerce et le négoce, il a grandi au Niger et au Mali et a effectué ses études en France puis aux États-Unis, où il a obtenu un Master en management et finances de l’université de San Francisco (USA).

Azalaï Hôtel de la plage à Cotonou (Bénin)

Après ses études, il intègre l’entreprise familiale qui importait des denrées alimentaires tels que le riz et qui était l’un des importateurs leaders en Afrique de l’Ouest. Mossadeck Bally y travaille pendant dix ans et y apprend les ficelles du métier auprès de son père qui était un grand chef d’entreprise et un grand négociant. Le père transmet son savoir-faire au fils.

En tant que grossiste, l’entreprise avait des contacts avec des fournisseurs. Ces derniers se plaignaient de la qualité des hôtels au Mali. C’est ce qui a donné à Mossadeck Bally l’idée d’ouvrir un hôtel. A, l’époque, ce dernier souhaitait se diversifier afin de créer plus de valeur ajoutée et d’emplois.

Azalaï Cotonou

Débuts dans le secteur hôtelier

En 1993, il crée la « Société Malienne de Promotion Hôtelière » (SMPH) qui deviendra par la suite le Groupe Azalaï Hotels. En 1993, la société répond à un appel d’offres de l’État malien concernant la privatisation des deux plus grands hôtels de Bamako. C’est ainsi que Mossadeck Bally rachète le mythique « Grand Hôtel de Bamako » .

Azalaï Bamako

Grâce à un prêt de la Société financière internationale (SFI- filiale de la Banque mondiale dédiée au secteur privé), Mossadeck Bally rénove l’hôtel en 1994 et procède à son ouverture en 1995. En outre, il achète un terrain pour la construction d’un deuxième hôtel. Ainsi, en 2000, la SMPH construit l’hôtel Salam et devient également le gérant de l’hôtel Nord Sud, tous deux basés à Bamako.

Azalaï Hôtel de l’Indépendance (Ouagadougou)

Expansion en Afrique de l’Ouest

En 2004, La SPH participe à un autre appel d’offres au Burkina Faso, où elle reprend l’Hôtel de l’Indépendance (actuellement en rénovation). En 2005, Mossadeck Bally regroupe toutes les activités de ses hôtels sous la marque commune « Azalaï Hotels ». Le groupe hôtelier s’étend ensuite à d’autres pays et acquiert, en 2007, l’Hôtel du 24 septembre en Guinée Bissau, puis en 2008 l’Hôtel de la Plage au Bénin.

Azalaï Guinée Bissau

L’Hôtel Marhaba à Nouakchott débute ses activités en 2016.

Azalaï Marhaba, Nouakchott

Azalaï Hôtel Abidjan, qui a ouvert ses portes en mars 2017, est le plus grand établissement construit par le groupe à jour.

L’hôtel 4 étoiles a coûté 36,6 millions d’euros d’investissement

Il a notamment bénéficié de l’appui de la banque ouest africaine de développement (BOAD), de la SFI et de trois banques commerciales ivoiriennes : la BOA, la NSIA et Banque Atlantique.

Azalaï Abidjan

L’hôtel compte 14 étages et 200 chambres.

Actuellement, le Groupe Azalaï Hotels possède 9 Hôtels de 3 ou 4 étoiles, situés au Mali, au Burkina Faso, en Guinée Bissau, au Bénin, en Mauritanie et en Côte d’Ivoire.

Restaurant Banco Azalaï Abidjan

Des projets d’ouverture

Les projets d’ouverture des prochaines unités hôtelières sont prévus à Ouagadougou (Burkina Faso): avec la rénovation de Azalaï Hôtel indépendance, dont l’ouverture est prévue en 2019 ; Dakar (Sénégal) avec un hôtel 4 étoiles de 200 chambres dans le nouveau quartier d’affaires de la capitale sénégalaise, ouverture prévue en 2019 ;

Jardin suspendu, Azalaï Abidjan

Conakry (Guinée) avec un hôtel 4 étoiles de 160 chambres dans le quartier de Coleah, près du quartier administratif et des affaires de la capitale, ouverture prévue en 2020 ; Niamey (Niger), avec un hôtel 4 étoiles de 150 chambres au cœur de la ville, ouverture prévue en 2020 ; Sélingué (Mali), avec un complexe loisirs 3 étoiles de 100 chambres, à proximité du lac de Sélingué, à140 km au sud de Bamako. Le groupe est également en prospection dans l’espace anglophone à Lagos au Nigeria, à Accra au Ghana, à Monrovia au Liberia et à Freetown en Sierra Leone.

Premier groupe en Afrique de l’Ouest

Azalaï, le premier groupe de chaînes hôtelières africaines en Afrique de l’ouest, enregistre 70% de ses clients également en Afrique de l’Ouest et 30% viennent d’Europe, d’Amérique et d’Asie. Ils font, pour la plupart, partie de la diaspora africaine.

Le groupe compte également en son son sein l’école hôtelière Chiaka Sidibé, la première école hôtelière du Mali, basée au sein de l’hôtel Salam à Bamako.

La création de cette école est née de l’initiative personnelle de Mossadeck Bally, convaincu qu’une formation de qualité dans les secteurs du tourisme et de l’hôtellerie est la clé de la réussite pour l’avenir des jeunes africains.

Partager
Patrick Ndungidi
Journaliste et Storyteller
https://africanshapers.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *