Interview: Dr. Esperance Luvindao : «  La santé est la première priorité d’un pays »

Interview News

Originaire de la RDC, née et élevée en Namibie, Dr Esperance Luvindao est médecin dans un hôpital public du nord de la Namibie. Elle est également Keynote Speaker et conférencière en matière de motivation, coach de prise de parole en public, activiste dans le domaine de la santé et poétesse. En plus, elle poursuit actuellement un Master en administration des affaires à l’université de Mancosa en Afrique du Sud.

En 2013, elle avait fondé, « Angel for Hope » la première organisation à but non lucratif fondée par un jeune de 21 ans en Namibie. Elle avait fondé « Angel for Hope » pour avoir un impact sur la vie des enfants et des parents atteints du VIH / sida et c’est alors qu’elle a su que redonner aux moins fortunés était ce qu’elle voulait faire pour le reste de sa vie.

Vous avez travaillé au bureau de la Première Dame de Namibie. En quoi consistait votre travail?

J’ai travaillé au bureau de la Première Dame de Namibie en 2019. J’étais stagiaire pour la campagne #BeFree en faveur des jeunes. Hormis ce que certains ont vu de moi dans les journaux et les magazines, en train de faire de la traduction pendant la visite d’État du président et de la première dame de la RDC, j’ai fait beaucoup de travail administratif et de planification d’événements. Ma connaissance du système politique a été améliorée, mon amour pour le travail humanitaire a été amplifié et j’ai eu l’occasion d’écrire pour la Fondation MERCK, une prestigieuse organisation caritative des États-Unis d’Amérique. C’est également à la State House que j’ai commencé à travailler avec l’ONU et j’ai pu commencer à aider activement au développement des questions liées à la jeune fille et à la jeunesse et à m’impliquer activement dans la lutte contre les violences basées sur le Genre.

Justement, vous avez rencontré la première dame de la RDC lors de sa session de travail avec la première dame de Namibie. Quel était le contenu de vos discussions?

La rencontre avec Madame Denise Nyakeru Tshisekedi a été une expérience phénoménale. Son cœur bienveillant et son attitude envers le peuple namibien étaient ce qui se démarquait le plus. Elle a une capacité distincte à mettre à l’aise tout le monde autour d’elle. Nous avons discuté de nombreuses questions tant privées que publiques. Ce qui ressort le plus, c’est la volonté d’apprendre de ceux qui l’ont précédée. Elle a gentiment demandé à la Première Dame de Namibie de lui expliquer tout ce qu’elle pensait devoir savoir et ce fut une formidable expérience d’humilité. Voir deux femmes puissantes mettre tout le reste de côté et travailler ensemble pour une meilleure Afrique a été un moment inoubliable pour moi. Ce fut une leçon apprise! Soyez humble et disposé à apprendre car vous ne savez pas tout!

Travailler avec les premières dames vous permet de voir ce que beaucoup n’ont pas la chance de voir. Le travail acharné dans la gestion d’organisations, d’initiatives et s’attaquer à toutes les autres tâches sont souvent l’épine dorsale qui inspire et permet à d’autres humanitaires dirigeant des ONG de faire de même et permet aux jeunes filles de rêver, pas de devenir première dame mais plutôt , de devenir PRÉSIDENT!

Vous avez récemment lancé une campagne afin de contribuer pour 5 $ et sauver des vies. En quoi consiste cette campagne et pourquoi l’avez-vous lancée?

L’état actuel des hôpitaux publics en Namibie est préoccupant. Il s’agit d’une triste réalité dans la majorité des pays africains! La santé est la PREMIÈRE PRIORITÉ d’un pays! Les patients sont renvoyés chez eux sans médicaments essentiels tels que les inhalateurs de béclotide (pour l’asthme), les médicaments antirétroviraux (Pour le VIH), la méthyldopa (Pour l’hypertension) et la liste continue. J’ai commencé le processus de défense et de plaidoyer pour nos hôpitaux publics auprès du ministère de la santé et des services sociaux, mais ce n’est pas un processus facile. Mon initiative, « One Step At The Time » (Une étape à la fois) n’est pas une solution permanente mais elle donne aux patients une chance de survie tandis que nous plaidons et luttons pour que le secteur de la santé publique devienne une priorité! En fin de compte, l’objectif est de s’étendre à d’autres hôpitaux tels que l’hôpital Omuthiya, l’hôpital Eenana, l’hôpital Katutura, etc. (autres hôpitaux publics) dès que nos abonnements laisseront de la place pour l’expansion. Plus il y a d’abonnés, plus nous pouvons aider. One Step_At_A_Time est une initiative qui aide au financement des médicaments à l’hôpital d’Ondjokwe qui sont en rupture de stock mais qui sont nécessaires pour la santé ou la survie des patients. L’Initiative fonctionne sur une base d’abonnement. Les abonnés ont mis en place un ordre permanent volontaire mensuel d’un minimum de 5 dollars namibiens sur notre compte officiel qui maintient le compte ouvert et fournit les fonds pour les médicaments. Les abonnés ne sont cependant pas limités à 5 dollars namibiens et sont invités à augmenter le montant selon leur choix.

Afin d’assurer la transparence, le Dr Esperance Luvindao (Président), le Dr Akutu Munyika (Membre du Conseil) et le Dr Iyaloo Shiimi (Membre du Conseil) sont les trois signataires du compte. Pour ce compte, nous avons résolu que deux les signataires doivent signer pour que toute transaction soit approuvée. Le but de cette initiative est de garantir que les patients des hôpitaux publics en Namibie, et éventuellement en Afrique, aient accès à tous les médicaments nécessaires en temps opportun, indépendamment de leur statut professionnel ou de leur classe sociale. La vision à long terme est de pouvoir, à terme, aider les patients ayant des besoins médicaux plus coûteux, une fois l’initiative bien développée. Grâce à cette initiative, nous avons aidé des milliers de Namibiens à ce jour qui vivent dans une extrême pauvreté. Je suis fière de l’initiative et de la croissance que j’ai constatée. Cette initiative a prouvé que les Africains n’ont pas besoin d’attendre des gouvernements pour avoir un impact sur le changement! Nous sommes les artisans du changement de cette génération et c’est à nous non seulement de parler et de plaider pour le mieux, mais de trouver des moyens de garantir que, tout en plaidant pour le meilleur, nous sauvons également des vies! C’est ça qui est important! Sauver des vies et chaque vie compte! Cette initiative a inspiré des dizaines de jeunes d’autres pays africains qui m’ont contacté et m’ont dit qu’ils reproduisaient l’idée dans leurs pays respectifs! Je n’ai jamais vu de personnes plus avides de changement que des personnes qui n’ont pas le droit fondamental d’accès aux soins de santé. Je suis ici pour créer, à tout prix, un changement dans le secteur de la santé en Afrique.

Vous avez également récemment annoncé votre partenariat avec la Dre Helena Ndume, l’une des plus grandes ophtalmologistes au monde qui a opéré avec succès plus de 30 000 personnes. En quoi consiste ce partenariat?

Le partenariat avec le Dr Helena Ndume arrive à un moment stratégique! Plus que jamais, les jeunes filles et les femmes ont besoin de mentors. Elles ont besoin de femmes qu’elles peuvent admirer. Les femmes qui ont, en quelque sorte, réussi à trouver leur chemin et peuvent les aider à trouver le leur dans un monde qui leur dit constamment d’être quelqu’un d’autre et qu’elles ne suffisent pas. Le Dr Helena Ndume était l’une de mes enseignantes lorsque j’étais à la faculté de médecine. Ce partenariat avec un médecin de son calibre, qui a sauvé plus de 30 000 vies en Afrique et hors d’Afrique, est phénoménal! Ensemble, nous lançons une ligne de vêtements et un programme de mentorat pour les femmes dans toute l’Afrique. Ce partenariat renforcera une fois de plus les liens entre deux générations et nous permettra à tous les deux de contribuer activement au développement et à l’épanouissement des femmes africaines.

Parlez-nous de vos activités dans la poésie. Depuis combien de temps êtes-vous poète et quels sont les messages que vous véhiculezdans vos poèmes? Quels sont les thèmes principaux de vos poèmes?

La poésie est ma bouffée d’air frais. J’écris depuis l’âge de treize ans. J’ai été inspirée par des personnalités comme Shakespeare et Robert Frost. Mes poèmes ont été publiés dans la UK Young Writers Anthology et c’est à ce moment que ma vie a changé. Cela signifiait que mon travail était assez bon pour les plateformes internationales et je me suis donc concentrée sur la croissance de cet art. J’ai commencé à réaliser des performances seulement quand j’avais 16 ans. J’ai ensuite eu mon premier one man show et parce que la poésie n’était pas quelque chose de largement populaire, les gens se désintéressaient de l’intérêt que j’y accordais. Ma pensée était simple, si les gens vivent d’autres formes d’art, pourquoi pas de la poésie ?? Après tout, tout venait de la poésie. J’ai sorti le premier album de poésie disponible à la vente en Afrique australe. Ce fut une étape importante. L’album a reçu beaucoup de bons feed-back et j’ai ensuite élaboré de nouvelles stratégies. L’album a été sold-out à deux reprises et j’ai ensuite dû décider de quelle direction je voulais prendre comme poétesse. Les entreprises ont commencé à me remarquer. Les divers ministères souhaitaient mes prestations pour des événements comme la journée mondiale du sida, la journée mondiale des droits de l’homme, etc., puis les entreprises ont commencé à m’engager également. J’ai réalisé qu’il est important que vous travailliez comme si personne ne regardait, de sorte que lorsqu’ils regardent, vous ayez quelque chose de valeur à leur montrer. Quand j’ai commencé, je recevais environ 500 dollars namibiens pour un poème. J’ai choisi de continuer malgré le fait qu’il n’y ait eu aucun retour à ce moment-là. Aujourd’hui, je suis payé pour un événement plus que mon salaire de médecin! J’ai presté au Zimbabwe, en Afrique du Sud, aux États-Unis d’Amérique et dans d’autres pays. Aux États-Unis, j’ai eu la chance non seulement de jouer mais aussi d’être invitée en tant que panéliste pour la lecture de poésie d’Ujima et le panel de discussion avec des poètes phénoménaux d’Haïti et de New York. Mon art a évolué avec le temps. Je trouve que, autant que je peux écrire sur l’amour et la romance et d’autres thèmes, j’ai décidé de concentrer ma parole et ma poésie en accord avec mon thème central et mon besoin de changement et de développement africains. J’écris sur les questions sociales en Afrique et hors d’Afrique, les questions politiques, les maux sociaux et je n’ai jamais été aussi satisfaite. Notre peuple a besoin d’une voix. Je veux être cette voix.

Quel lien gardez-vous aujourd’hui avec la RDC, votre pays d’origine? Y allez-vous de temps en temps?

Mes parents venaient de la RDC. Ma famille vit en RDC. Je parle lingala Et bien que mon français soit ce que vous pouvez appeler « cassé », je parle français et je suis fière de mon héritage !!! La RDC est le pays le plus riche du monde! Les gens ne comprennent pas cela. J’ai récité un poème pour la fête de l’indépendance de la République Démocratique du Congo à l’ambassade congolaise. J’y ai exprimé la vérité que le monde ne veut pas que la RDC et ses habitants sachent! Nous sommes le pays le plus riche du monde. Ne laissez pas la mauvaise gestion des ressources vous faire croire que nous sommes pauvres. Nous sommes riches. Nous ne prions pas pour l’argent, nous prions pour un leadership qui gérera mieux notre richesse afin que chaque jeune ou vieux congolais puisse vivre dans un pays paisible avec accès à l’eau, à des soins de santé de qualité, à un logement et à un emploi. Je ne pourrai jamais oublier la RDC. C’est pourquoi je travaille si dur. Le but est de me préparer pour qu’un jour dans un futur proche je puisse travailler avec les législateurs et d’autres parties prenantes afin de participer activement au développement de la RDC. Il y a toujours de l’espoir. Je ne pourrais jamais abandonner mon pays.

Quels sont vos projets en tant que médecin et poète?

En tant que médecin, je vais commencer une spécialisation l’année prochaine. Je m’intéresse à la dermatologie. Il y a un grand nombre d’enfants et d’adultes en Afrique souffrant de diverses maladies de la peau mais qui n’ont pas d’argent pour consulter un spécialiste. L’objectif est de se spécialiser, puis de revenir pour offrir des services d’approche dans les villages et les fermes où les gens meurent littéralement chaque jour de maladies cutanées perçues comme incurables. En tant que poétesse, je vais me produire au Kenya en mars, au Rwanda en mai et aux États-Unis en novembre. Je suis médecin, poétesse et conférencière. J’ai parlé dans des sommets pour des femmes, des master classes, et la liste est longue. Je mixe mes activités. Ainsi, lorsque je suis invitée à parler, je commence, termine ou fusionne normalement la poésie au milieu de la conversation. C’est l’une de mes façons les plus créatives d’interagir avec le public et de le laisser entrer dans son esprit.Mon expérience en tant que médecin m’a non seulement permis de défendre la santé auprès des plus grands décideurs du pays, mais elle m’a également ouvert les yeux sur les réalités auxquelles sont confrontés les Africains chaque jour et je peux facilement les relier non seulement sur l’expérience mais aussi grâce à mes connaissances professionnelles. Je dis toujours « La combinaison de la passion et des qualifications réelles dans le domaine de votre passion vous permettra de faire ce qu’aucune personne n’a jamais imaginé ». Je donne également des cours de prise de parole en public pour des conférenciers en Namibie dans le cadre de mon entreprise « Speaker’s Globe » et je coache des managers, des CEO et d’autres en matière de prise de parole. Mon parcours est complexe mais l’avenir est clair. CHANGER L’AFRIQUE! Et je crois que je suis sur le bon chemin.

Patrick Ndungidi
Journaliste et Storyteller
https://africanshapers.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *