Kenya: Wanjiru Kiiru, 24 ans, explique 6 façons de survivre à une première année en tant qu’entrepreneur

News Portrait

Wanjiru Kiiru, 24 ans, est la fondatrice et CEO d’Autoseal Limited, une entreprise qui fournit des solutions d’entretien des pneus haut de gamme. Elle propose le produit « Slime », dont elle assure la distribution exclusive au Kenya pour une entreprise basée à Dubaï.

Wanjiru Kiiru a plongé dans le monde des affaires juste après être sortie de l’université. Elle a choisi de poursuivre sur cette voie car elle avait déjà côtoyé le monde des affaires quand elle était à l’université. Une personne qui vendait le produit « Slime », un produit d’étanchéité de pneus, l’a initiée aux affaires. En tant qu’étudiante, essayant de gagner un peu d’argent de poche, elle lui avait demandé de la former et a commencé par vendre aux autres étudiants.

Après avoir obtenu son diplôme en entrepreneuriat à l’université Strathmore à Nairobi, Wanjiru Kiiru a décidé de continuer à vendre le produit, en tirant parti de son expérience sur le campus. C’est ainsi qu’elle a créé l’entreprise Autoseal Limited, qui fournit des solutions d’entretien des pneus haut de gamme et n’utilise que les produits d’étanchéité les plus rapides et les plus efficaces. En général, le produit d’étanchéité répare de l’intérieur la plupart de crevaisons.

Lorsqu’une crevaison se produit, le produit d’étanchéité pour pneu est transporté directement dans la crevaison. La pression de l’air qui s’échappe force les particules à pénétrer dans l’ouverture, où elles s’accumulent et s’entrelacent pour former un film fibreux empêchant les crevaisons si les pneus sont perforées par des objets pointus tels que des clous. Pour Wanjiru Kiiru, les perspectives dans le secteur sont prometteuses, car il y avait peu de concurrence dans le secteur.

Quand elle a débuté avec son entreprise en février 2017, Wanjiru Kiiru portait un sac rempli de ses produits dans la zone industrielle de Nairobi où elle tentait de convaincre les conducteurs de boda-boda (taxis pour cyclistes que l’on trouve couramment en Afrique de l’Est) d’acheter le produit. Les ventes étaient très faibles car elle avait affaire à un nouveau produit.

L’entreprise de Wanjiru Kiiru a franchi une étape décisive en cherchant et en obtenant les droits exclusifs d’une société basée à Dubaï pour la vente et la distribution du produit d’étanchéité pour pneus au Kenya. Initialement, Autoseal ne réparait qu’une voiture par mois et vendait 10 paquets du produit, ce qui rendait difficile la gestion du prêt de 13.000 euros qu’elle avait emprunté à son père pour lancer l’entreprise.

De plus, Autoseal a signé des contrats avec des entreprises et des organisations, ce qui lui donne la possibilité de fournir et de sensibiliser davantage de gens sur leur produit. En outre, l’événement « Rhino Charge », une compétition annuelle de sport automobile hors route organisée au Kenya représentent une activité importante pour l’entreprise car les participants veulent s’assurer contre les crevaisons. Une autre raison du succès de l’entreprise est qu’un bon nombre de ses clients sont des étrangers pour qui les produits d’étanchéité de pneus ne sont pas une nouveauté.

Les prix varient entre 14 et 17 euros. Plus le pneu est gros, plus le mastic a besoin d’eau et donc plus cher. La société facture entre 58 euros et 87 euros au total pour l’entretien de tous les pneus de voiture. Selon Wanjiru Kiiru , l’un des défis de l’entreprise est qu’étant donné qu’elle anticipe les perforations au lieu de les réparer, les gens ont plus de difficulté à comprendre pourquoi ils auraient besoin du produit. En outre, l’entrepreneure est confrontée à la difficulté de répondre aux appels d’offres, où les initiateurs exigent généralement des pots de vin.

Néanmoins, Wanjiru Kiiru se réjouit du fait que, bien qu’elle elle soit au début se son parcours d’entrepreneure, elle se dirige dans la bonne direction.

Ci-dessous, les leçons que la jeune entrepreneure a apprises au cours de son parcours entrepreneurial :

1. La recherche est la clé

«Sans recherche, vous travaillez sur une intuition. Tout ce qui concerne votre entreprise affecte votre client, alors apprenez à le connaître. Il est utile d’être centré sur le client ».

En outre, avant de décider d’importer Slime, Ciru a d’abord effectué des recherches sur le produit, sa source, les raisons pour lesquelles le fournisseur précédent a cessé ses activités et l’ensemble de l’écosystème autour du produit.

  1. Aller au-delà de Google

Pour distribuer Slime, Ciru a pris contact avec le bureau basé à Dubaï avec la franchise pour le Moyen-Orient et l’Afrique. «Au début, le bureau de Dubaï était sceptique, car ils avaient reçu tellement d’appels frauduleux en provenance d’Afrique et n’étaient pas certains que j’étais crédible. Je devais aussi faire mes devoirs pour ne pas envoyer d’argent aux mauvaises personnes », dit-elle.

Mais à une époque où les gens font confiance au Web, vérifier sur Google n’était pas suffisant pour Ciru. «Les avis en ligne étaient excellents, mais je devais envoyer des amis qui vivaient à Dubaï vérifier si l’entreprise était légitime, en visitant le lieu de travail avant de pouvoir passer ma première commande.»

  1. Obtenez une source « amicale » de capital

Pour distribuer Slime dans sa propre entreprise, Wanjiru Kiiru souhaitait desservir le segment des entreprises. Elle avait donc besoin d’un stock important et d’une base solide pour lui donner de la crédibilité. Plutôt que de s’adresser à une banque, elle a opté pour une source plus conviviale.

Armée d’une proposition d’entreprise, de prévisions de ventes et d’un plan de remboursement, elle a pris rendez-vous avec son père, un homme d’affaires, et a plaidé sa cause comme tout autre investisseur.

Elle l’a convaincu de lui prêter 13 000 euros dont elle avait besoin et a négocié un soutien supplémentaire pour l’obtention d’un bureau et d’un espace de stockage dans l’un des locaux de son père. «Les gens supposent que je dirige la société de mon père. Ce qu’ils ne savent pas, c’est que je dois honorer ma promesse de rembourser le capital qui m’a été avancé en deux ans. Je paie aussi un petit supplément pour utiliser le bureau. Il intervient en tant que conseiller, mais je dois finalement prendre les décisions .Mais ? comme il est un homme d’affaires fonctionnant 24 heures sur 24, je sais que je ne peux pas négliger mes responsabilités. En fait, je n’ai pas l’impression qu’il devrait me laisser un peu de marge, car je risque de devenir complaisante. C’est facile d’être paresseux. Cet arrangement me motive plutôt ».

  1. L’intérêt pour un produit ne garantit pas une vente

Au début Wanjiru Kiiru et son premier employé ont travaillé dur pour commercialiser le produit avant son arrivée. Plusieurs clients ont manifesté un intérêt et l’entrepreneure en a tenu compte au moment de passer sa première commande. Mais lorsque le produit a atterri, ces clients ont ignoré ses appels. «Cela m’a secoué. Ces personnes avaient exprimé un tel intérêt et je voulais commencer dès que je pouvais, alors j’ai choisi de faire venir les marchandises par fret aérien. Je ne referai jamais ça. L’expédition par bateau, malgré le fait que cela aurait pris plus de temps, était l’option la moins chère ».

  1. Mettre en place des structures et tenir des registres

Wnjiru Kiiru a tiré parti de la puissance de Bitrix24, une plate-forme d’entreprise sociale gratuite permettant une gestion unifiée des opérations et des tâches quotidiennes. «Si je disais que je rappellerais un client ou enverrais un courriel, je pourrais le noter dans le système et cela me le rappellerait. De cette façon, je peux tenir ma parole. Les grandes entreprises ont mis en place des structures pour les aider à atteindre leur objectif, mais les petites entreprises n’ont généralement pas l’argent nécessaire pour investir dans des structures similaires. Cela ne devrait cependant pas être une excuse. La technologie nous offre tellement de solutions pour rivaliser avec les meilleurs ». En ce qui concerne la conservation des documents, l’entrepreneure affirme avoir appris l’importance de la tenue de registres appropriés et détaillés, et pas seulement des reçus. «Nous disposons maintenant d’une base de données de contacts et de toute la documentation pertinente, ce qui nous permet de contacter presque tout en quelques clics .»

  1. Il n’ya pas d’amis en affaires

La gestion des talents a été difficile au début de l’entreprise.

«En tant que start-up, j’ai eu du mal à garder une personne qui correspond à mon budget salarial et qui se passionne pour les solutions d’entretien des pneus. Je trouve également qu’il est difficile de trouver des personnes authentiques, car les personnes peuvent mentir sur leur CV et vous tromper en entretien ». La première recrue de Wanjiru Kiiru était une ancienne collègue, mais elle a vite compris ce que la familiarité peut engendrer. «C’est devenu un problème parce que je ne savais pas comment communiquer avec elle sans être trop amicale. Je me demandais souvent: «À quel point puis-je être amical? comment puis-je réprimander? ’, en particulier parce que tous mes employés ont tendance à être plus âgés que moi.

Avec le temps, l’entrepreneure a appris à devenir plus autoritaire et à tracer une ligne de démarcation nette entre la familiarité et le professionnalisme.

Patrick Ndungidi
Journaliste et Storyteller
https://africanshapers.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *