Plus de 110 sociétés africaines cotées sur les marchés de Londres

News

L’information est contenue dans la deuxième édition du rapport du London Stock Exchange (LSE) intitulé « Compagnies to inspire Africa ».

La deuxième édition du rapport identifie les entreprises privées à forte croissance et les plus stimulantes et dynamiques d’Afrique sur un marché mondial. Ce rapport présente 360 ​​entreprises de 32 pays différents sur le continent, avec un taux de croissance annuel moyen de 46% contre 14% l’an dernier. En moyenne, chaque entreprise emploie plus de 350 personnes, avec un taux de croissance annuel moyen de l’effectif de 25%.

Selon le rapport, il existe actuellement à Londres 30 obligations souveraines africaines, émises par huit entreprises basées dans des pays tels que l’Égypte, le Nigeria, le Kenya ainsi que l’Angola et 35,8 milliards de dollars ont été collectés. En outre, indique l’étude, plus de 110 sociétés africaines sont cotées ou font du trading à la Bourse de Londres – plus que sur aucune autre place boursière internationale. Ces sociétés ont une capitalisation boursière totale de plus de 175 milliards de dollars américains et, au cours des 10 dernières années, elles ont mobilisé plus de 19,5 milliards de dollars de capitaux propres sur les marchés londoniens.

Seplat a été la première société nigériane à créer simultanément une double liste d’actions à Londres et au Nigeria en avril 2014. Bien plus indique le rapport, la technologie d’infrastructure de marché de LSEG est déployée dans plus de 12 marchés africains, notamment à la bourse du Botswana, la bourse de Casablanca et la bourse de Johannesburg.

L’avenir de l’économie basé sur un large éventail de secteurs

Selon David Schwimmer, CEO de London Stock Exchange Group (LSE), un large éventail de secteurs industriels caractérisent l’avenir de l’économie africaine. Les services à la consommation, l’industrie et l’agriculture sont les trois plus grands secteurs, représentant à eux deux plus de 50% des entreprises citées. Les technologies et télécommunications, ainsi que les services financiers représentent ensemble plus de 25% des entreprises, tandis que les secteurs de la santé, de l’éducation et des énergies renouvelables occupent également une place importante. Selon le rapport, il est également très encourageant de constater que 23% des cadres supérieurs des entreprises citées sont des femmes, soit le double par rapport au 12% de l’année dernière.

Selon LSE, les sociétés énumérées dans le rapport « Companies to Inspire Africa » de l’année dernière ont déjà réalisé des progrès significatifs au cours des 12 derniers mois de diverses manières, notamment en poursuivant leurs introductions en bourse et en émettant des obligations afin de croître, tandis que certaines ont également entrepris une expansion transfrontalière sur le continent africain et globalement.

Ainsi, indique le CEO de LSE, plus de 100 sociétés et près de 40 obligations africaines sont désormais cotées sur les marchés londoniens, ce qui leur donne accès à une base d’investisseurs mondiaux. « En 2018, nous avons assisté à des émissions en provenance du Nigeria, du Kenya, d’Egypte, d’Angola et du Ghana, ainsi que d’entreprises telles que Seplat, Absa Bank et FirstRand Bank. L’année a également été marquée par le lancement de Vivo Energy, à la fois la plus grande introduction en bourse d’Afrique à Londres depuis une décennie et la première entreprise du groupe « Companies to Inspire Africa » à être cotée à la Bourse de Londres ».

Bien plus, indique David Schwimmer, LSEG a également noué de nombreux partenariats technologiques avec des bourses de valeurs de pays africains. « En plus de permettre aux entreprises africaines dynamiques d’accéder à une base d’investisseurs mondiaux, il est fondamental de développer l’infrastructure des marchés financiers africains », explique-t-il.

Les chiffres en bref des différents secteurs étudiés ainsi que les noms de quelques entreprises

Grande consommation en bref

Nombre de ménages africains : 303 millions

53% – Le pourcentage de salariés en Afrique, âgés de 16 à 34 ans

10% – La croissance annuelle composée des ventes en valeur du secteur de la grande distribution en Afrique subsaharienne d’ici 2021

Les Compagnies étudiées dans ce secteur 

Les Laboratoires bio-pharma (Cameroun)

Africa Improved Foods (Rwanda)

BOMARE (Algérie)

AFRIBON (Kenya)

Eat’N ‘Go Africa au Nigeria

Santé et éducation 

9,8% – Taux de croissance estimé de l’industrie pharmaceutique africaine entre 2010 et 2020

x2 – Le nombre d’enfants entrant dans l’enseignement primaire en Afrique subsaharienne a plus que doublé en 25 ans

10% – Le niveau d’alphabétisation chez les femmes subsahariennes âgées de 15 à 24 ans s’est amélioré de plus de 10% entre 2000 et 2016

Les Compagnies étudiées dans ce secteur 

Clinique PROCREA (Côte d’Ivoire)

SNAPPLIFFY (Afrique du Sud)

International Community School (Ghana)

Esprit School of Engineering (Tunisie)

African Leadership Academy (Maurice)

Services financiers

134 – le nombre d’introductions en bourse d’entreprises africaines au cours de 5 dernières années jusqu’à 2017

100 millions – Le nombre de comptes de mobile money en Afrique

300 millions – Le nombre d’Africains avec un compte en banque, contre 170 millions en 2012

Les Compagnies étudiées dans ce secteur 

Paystack (Nigeria)

ACIOE (Nigeria)

Frontline Capital Advisors (Ghana)

Lulalend (Afrique du Sud)

Superfluid Labs (Kenya)

Renmoney Microfinance Bank (Nigeria)

TechAdvance (Nigeria)

Venia Group (Nigeria)

SA Taxi (Afrique du Sud)

BlueSPACE Africa Technologies (Ghana)

Industrie

140 milliards de dollars – La valeur des exportations manufacturières de l’Afrique subsaharienne, qui a presque triplé entre 2005 et 2015

13% – La contribution du secteur manufacturier au PIB en Afrique du Sud

1% – L’augmentation du score de l’indice d’ingénierie en Afrique est nécessaire pour obtenir une augmentation de 0,85% du PIB par habitant

Les Compagnies étudiées dans ce secteur 

ElFateh for Industries and Steel Constructions (Egypte)

Advent Construction (Tanzanie)

Alpha Mead Group (Nigeria)

Springfield Group (Ghana)

Sapient Vendors (Nigeria)

Optiven Group (Kenya)

Hyvec Partners (Maurice)

Trigger Enterprises (Ouganda)

Énergies renouvelables

730 millions – Le nombre de personnes en Afrique liées à une utilisation traditionnelle de la biomasse

92% – La proportion de ressources hydroélectriques potentielles inexploitées en Afrique

290 – Augmentation prévue de la capacité installée d’énergie renouvelable en Afrique entre 2015 et 2030

Les Compagnies étudiées dans ce secteur 

North South Power Company (Nigeria)

d.light (Kenya)

M-KOPA (Kenya)

GVE Projects (Nigeria)

Village Energy (Ouganda)

Technologies et télécommunications

1 milliard – Le nombre de connexions mobiles en Afrique subsaharienne

1er – L’Afrique est le marché mondial de la téléphonie mobile qui connaît la plus forte croissance

4,5 millions – Le nombre d’emplois générés par les technologies et les services mobiles d’ici 2020 en Afrique

Les Compagnies étudiées dans ce secteur 

Helios Towers (Maurice)

3 Wise Pixels (Nigeria)

BudgIT (Nigeria)

Bean Interactive (Kenya)

Csquared (Ouganda)

Sea Monster Entertainment (Afrique du Sud)

Tizeti (Nigeria)

Femmes leaders

20% – Augmentation des bénéfices d’exploitation des entreprises comptant le plus grand nombre de femmes dans leurs conseils d’administration, par rapport à la moyenne générale des entreprises

x5 – L’augmentation du nombre de femmes dans les entreprises africaines en 35 ans

44% – Le pourcentage de femmes âgées en Afrique occupant des postes hiérarchiques

Les entreprises dirigées par des femmes étudiées dans ce rapport

Lagos Deep Offshore Logistics (LADOL) (Nigeria)/ Secteur: industrie

Lagos Deep Offshore Logistics (LADOL) est une zone économique spéciale construite sur une île désaffectée du port d’Apapa, à l’entrée du port de Lagos, au Nigéria, qui a débuté en 2000. La zone franche constitue une base pour les grands projets industriels et a été initié au départ pour attirer les entreprises du secteur pétrolier et gazier.

En janvier de cette année, LADOL a célébré une étape importante avec l’arrivée d’Egina, un énorme navire flottant de stockage et de déchargement de production (FPSO) appartenant au géant pétrolier français Total. Selon Amy Jadesimi, CEO de LADOL, Il s’agit du plus grand projet de ce type au monde, et du premier FPSO à être fabriqué et intégré en Afrique, ainsi que du plus grand navire à avoir jamais accosté au Nigeria, démontrant ainsi que les projets industriels mondiaux les plus complexes peuvent être développés au Nigeria.

LADOL  indique que les sociétés installées sur son territoire ont des coûts d’exploitation jusqu’à 50% inférieurs à ceux pratiqués en dehors de la zone, ce qui s’est révélé particulièrement intéressant ces dernières années, lorsque les prix du pétrole étaient relativement bas.

Ethical Apparel Africa (Ghana)/ Secteur: Industry

Basée Au Ghana et au Royaume-Uni, Ethical Apparel Africa (EAA) se procure des vêtements et des accessoires à prix compétitifs auprès des producteurs d’Afrique de l’Ouest pour ses marques partenaires. La société est une entreprise aux multiples facettes, combinant renforcement des capacités et facilitation des commandes internationales. Elle dispose d’une équipe de vente qui passe de grosses commandes à l’exportation dans des usines d’Afrique de l’Ouest et d’une équipe technique sur le terrain qui aide ces usines à rendre leurs opérations plus efficaces et à réduire le gaspillage.

Une équipe d’impact travaille également avec les propriétaires d’usines pour les aider à réinvestir leurs économies dans l’autonomisation des travailleurs. Dans les années à venir, l’EAA envisage d’augmenter la capacité de production de la région, à la fois par le biais d’une croissance avec ses partenaires existants et en impliquant de nouveaux partenaires. Il vise également à développer les compétences techniques locales dans les usines et les universités par le biais de partenariats avec des agences de développement et autres. De tels développements devraient également créer plus d’emplois pour les locaux. «Nous prévoyons créer 3 000 nouveaux emplois durables, en particulier pour les femmes», a déclaré Keren Pybus, cofondatrice de l’entreprise aux côtés de la chef de l’exploitation, Paloma Schackert.

Mojec (Nigeria)/ Secteur: Industry

Créée et dirigée par Chantelle Abdul, Mojec International est le plus grand fabricant de compteurs d’électricité de la région de l’Afrique de l’Ouest, avec une usine à la pointe de la technologie située à Lagos, au Nigéria. L’installation produit une gamme de produits, notamment des compteurs postpayés et prépayés pour les clients résidentiels et commerciaux et des compteurs de réseau pour les clients industriels. La société fournit également à ses clients des produits connexes tels que des boîtiers de compteur et des disjoncteurs. En outre, Mojec a mis au point une plate-forme de gestion de l’énergie dotée d’un système de surveillance des paiements à distance appelé Mojec Power Genie.

La société a agrandi son usine de compteurs au cours de la dernière année, doublant sa capacité de production à deux millions de mètres par an. «Avec un effectif de plus de 3 600 employés à temps plein et un record d’expérience en matière d’injection de plus de 1,2 million de mètres sur le marché nigérian, Mojec a largement contribué à réduire l’écart de comptage au Nigéria», déclare Chantelle Abdul, directrice générale.

Si la société s’est taillée une position de leader sur le marché en termes de compteurs, elle est également de plus en plus active dans le secteur de l’énergie. «Aujourd’hui, Mojec va au-delà des compteurs pour résoudre le problème d’alimentation inadéquate sur le continent via sa société soeur, Mojec Power», déclare Chantelle.

La nouvelle branche du groupe fournira de l’énergie renouvelable à des clients commerciaux et industriels, ainsi qu’aux services publics, au niveau du réseau, ainsi que des solutions de stockage de l’énergie destinées aux utilisateurs résidentiels. La société se prépare également à ouvrir une installation de recherche et développement au Nigeria l’année prochaine, qui se penchera sur les panneaux solaires, les compteurs et autres produits connexes. «La société ouvre la voie sur le continent en permettant aux utilisateurs finaux et aux propriétaires de passer au vert», explique Chantelle.

La société s’attend à ce que ses effectifs triplent au cours des cinq prochaines années à mesure que l’entreprise se développe.

SecureID (Nigeria)/ Secteur: Technologie et télécommunications

Au Nigeria, SecureID est le premier fabricant africain de cartes à puce et d’autres documents d’identité, travaillant avec des clients des secteurs financier, des télécommunications et des gouvernements. L’usine de fabrication de cartes à puce de Lagos, certifiée par Mastercard et Visa, est en mesure de produire une vaste gamme de produits, notamment des cartes de débit et de crédit, des cartes SIM pour téléphones mobiles, des cartes de fidélité, des permis de conduire, des cartes d’identité nationales, des passeports, etc.

Kofo Akinkugbe, PDG, souligne que son site dans la capitale commerciale du pays est «la première usine de fabrication de cartes à puce certifiées EMV [puce et NIP] en ​​Afrique subsaharienne». Cela lui confère une position de force dans la région. À l’heure actuelle, ses produits sont distribués dans plus de 21 pays africains.

Wonderbag (Afrique du Sud)/ Secteur: grande consommation

Wonderbag fabrique, vend et distribue un système de cuisson basé sur l’une des technologies les plus anciennes au monde: la rétention de chaleur. Ses sacs non électriques sont fabriqués en mousse écaillée avec un cordon de serrage en haut pour retenir la chaleur. Une fois que les aliments sont portés à ébullition par les méthodes de cuisson traditionnelles, ils peuvent ensuite être placés dans un Wonderbag, où ils cuisent jusqu’à 12 heures.

«Depuis que j’ai développé le concept du Wonderbag en 2008, ma mission consiste à autonomiser économiquement les femmes et les filles du monde entier en relevant les défis quotidiens critiques que sont le temps, la pauvreté, l’estime de soi et une cuisine plus propre et plus saine», indique la fondatrice. Sarah Collins.

À ce jour, la société a distribué plus d’un million de ses produits dans le monde et Sarah Collins estime que le taux de croissance devrait s’accélérer à l’avenir. En plus d’offrir une méthode de cuisson simple, l’utilisation d’un système tel que le Wonderbag présente des avantages potentiels plus vastes. On pense que plus de trois milliards de personnes cuisinent chaque jour sur un feu de bois et environ quatre millions de personnes meurent chaque année de maladies liées à la pollution de l’air intérieur. «L’utilisation d’un Wonderbag peut réduire la pollution de l’air intérieur de jusqu’à 60%», explique Sarah Collins.

Elle ajoute que l’utilisation de son produit libère également du temps pour certaines personnes – généralement des femmes – qui doivent actuellement passer des heures chaque jour à collecter de l’essence puis à cuire à la flamme. «Cela donne aux femmes le temps de gagner un revenu et permet aux filles d’aller à l’école au lieu d’avoir à ramasser du bois tous les jours», dit-elle. « Tant que la pauvreté et le changement climatique existeront en Afrique – et dans le monde – le Wonderbag sera toujours nécessaire », note la fondatrice

Partager
Patrick Ndungidi
Journaliste et Storyteller
https://africanshapers.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *