Portugal : Ces candidates d’origine africaine élues au Parlement

News Portrait

Joacine Katar Moreira, Béatriz Gomes Dias et Romualda Fernandes ont été élues députées lors des élections législatives qui se sont déroulées le dimanche 6 octobre au Portugal et font désormais partie des 230 députés de l’Assemblée nationale du Portugal.

Joacine Katar Moreira

Originaire de la Guinée Bissau et arrivée au Portugal à l’âge de 8 ans, l’enseignante de 37 ans, fraîchement entrée en politique s’est révélée lors des élections européennes de mai 2016, au cours de laquelle la presse portugaise la présentait comme la « première femme noire candidate en position éligible».

Non élue lors de ces élections, elle était à nouveau, et cette fois ci, investie comme tête de liste à Lisbonne pour le compte du parti «Livre» (Libre) pour les élections législatives qui vont se tenir le dimanche 6 octobre. Elle est la première femme noire d’origine africaine à figurer en tête de liste pour des élections législatives au Portugal. Fondé en 2014 par l’ancien eurodéputé Rui Tavares, le parti « Livre » se dit « de gauche libertaire, écologique et cosmopolite ».

Enseignante et chercheuse à l’institut universitaire de Lisbonne, Joacine Katar Moreira  est également la co-fondatrice, depuis fin 2018, de l’institut de la femme noire (Inmune, Instituto da Mulher Negra), dont elle est la présidente. La candidate veut notamment promouvoir l’image de femmes migrantes diplômées et sorties des rôles subalternes qui « font partie de l’image habituelle que l’on a des noires ». Néanmoins, elle refuse l’étiquette de défenseur des femmes noires, car ses thèmes de prédilection concernent toutes les minorités et différents domaines : l’écologie, le droit de vote des immigrés, les droits des femmes, l’anti-racisme et les statistiques ethniques.

Elle veut participer à l’ouverture démocratique d’un pays qui a encore beaucoup de mal à s’ouvrir à sa diversité. Elle est entrée en politique «pour montrer qu’il y a de la place pour tout le monde », même pour les bègues, comme elle. « Mon approche est naturellement interdisciplinaire et mes domaines d’intérêt et de recherche sont le genre, le développement, l’histoire, la politique et les mouvements sociaux et civiques. Mon expérience professionnelle reflète cette diversité de domaines, des bourses de recherche aux travaux d’archives, en passant par des consultations avec des organisations non gouvernementales, la coordination d’une exposition internationale, la publication d’un bulletin d’information, la rédaction de comptes rendus de livres, de préfaces et de post-publications, la publication d’articles et de nouvelles. En tant que femme et militante antiraciste, les questions d’égalité et de justice sociale seront au cœur de mes interventions, car la liberté, l’écologie et la démocratie à part entière en dépendent »,explique la candidate sur le site du parti « Livre ».

Joacine Katar Moreira est titulaire d’un diplôme en histoire moderne et contemporaine – Gestion et animation de biens culturels, d’une maîtrise en études du développement et d’un doctorat en études africaines de l’ Institut universitaire de Lisbonne (ISCTE-IUL). Née et élevée en Guinée-Bissau par sa grand-mère (car ses parents avaient encore 18 et 19 ans), cette dernière l’a envoyé au Portugal à l’âge de 8 ans pour intégrer un internat et afin de fuir un pays politiquement instable.

Son premier objectif en entrant en politique était de montrer que tout le monde a le droit et aussi la responsabilité de contribuer à l’évolution de la société. « J’ai toujours aimé la politique, mais du point de vue d’un analyste, d’un chercheur et d’un historien. Comme la plupart des personnes appartenant à une minorité ethnique, je ne me suis jamais intéressée à la politique au sein d’un parti politique, je n’y ai jamais participé, même si j’avais acquis la nationalité lorsque je suis entrée à l’université. Mais je n’ai jamais vu personne autour de moi se lever pour aller voter. Mais ensuite, j’ai commencé à entrer en contact avec certaines associations d’immigrés et à aider certaines personnes à traiter des documents, des visas de travail et des nationalisations, et je me suis rendu compte qu’il y avait beaucoup d’injustices et d’incongruités à résoudre. Et au fur et à mesure que je renforçais mon militantisme, je commençais moi-même à encourager les gens à se rendre aux urnes, à choisir les partis qui représentent les intérêts des immigrés, des minorités ethniques, des plus humbles, des plus pauvres, des femmes, etc. Parfois, des amis me disaient de rejoindre leurs soirées. Mais je ne pensais pas qu’aucun de ces partis m’apporterait la sécurité dont j’avais besoin pour entrer en politique », a-t-elle fait savoir.

Il y a quatre ans, Joacine Katar Moreira a reçu un appel de Rui Tavares, qui est tombé au bon moment. Elle a ainsi intégré le partie « Livre », un parti jeune, qui a cinq ans d’existence, un partie « écologiste », « européaniste », « antiraciste » et qui défend l’égalité et la parité. « C’est ce qui m’a tout de suite intéressé, il n’y a pas de direction de parti pour choisir qui est sur les listes, il y a des élections primaires, n’importe qui peut être choisi par n’importe qui, c’est un outil démocratique énorme. Nous n’avons pas besoin d’être soumis et obéissants à la direction du parti », indique Joacine Katar Moreira, dont le parti a lancé « une révolution », en l’élisant en tête de liste à Lisbonne pour ces élections législatives.

Ainsi, l’augmentation du nombre de représentants des minorités ethniques et sociales à l’Assemblée nationale du Portugal, qui compte 230 membres, est un fait, avec d’autres candidates noires. « Quel que soit le résultat, ceci est historiquement très important: il n’ya jamais eu de Noir et de femme au plus haut rang lors d’une élection législative auparavant. C’est un exemple non seulement pour les personnes d’origine africaine, mais également pour tous les Portugais qui, comme moi, ne sont pas issus d’une famille financière, intellectuelle ou politique d’élite. Ceci est un signe indéniable qu’il y a de la place pour tout le monde et que cet espace doit être conquis mais également construit ».

Beatriz Gomes Dias

Beatriz Gomes Dias, 48 ans, est née à Dakar, au Sénégal, et vit à Lisbonne depuis 44 ans.Membre de l’assemblée municipale de Lisbonne, elle occupeait la 3ème place dans la liste des candidats à Lisbonne que le Bloc de gauche a présenté aux élections législatives. Il est presque certain qu’elle siégerait à l’Assemblée de la République. Le bloc de gauche est le troisième parti politique du Parlement portugais. « Nous sommes confrontés au grand défi de surmonter le déni du racisme et d’obtenir l’égalité des droits pour toutes les personnes vivant au Portugal, sans distinction de nationalité ou d’origine ethnique »,explique-t-elle dans sa présentation.

Détentrice d’une licence en biologie de la faculté des sciences de l’université de Coimbra, elle suit actuellement un Master en sciences de la communication de la faculté des sciences sociales et humaines de la nouvelle université de Lisbonne. Professeur de biologie dans l’enseignement primaire et secondaire à Lisbonne, elle est aussi délégué syndical du Syndicat des enseignants du Grand Lisbonne. Activiste antiraciste, elle est membre de SOS Racism et fondatrice et directrice de Djass – Association des Afrodescendants au Portugal.

En tant que Professeure de biologie dans un lycée, elle connaît bien le système éducatif et milite pour le mouvement de défense des écoles publiques. Si elle est élue députée, elle promet de défendre catégoriquement les droits des Noirs au Portugal. « Ce sera un programme clairement antiraciste qui promeut l’égalité des droits, combat la discrimination raciale et les inégalités créées à la suite de la discrimination raciale », a-t-elle fait savoir lors d’une interview.

Beatriz Gomes Dias est arrivée au Portugal à l’âge de quatre ans, accompagnée de ses parents, militants politiques des luttes de libération en Guinée-Bissau. Ce sont ses parents qui l’ont aidée tôt dans sa vie à «développer des outils pour apprendre à faire face» à la discrimination.

Elle est l’initiatrice au portugal de « Slavery Memorial », une organisation qui sera bientôt créée à Lisbonne pour contribuer à contextualiser historiquement le trafic de six millions d’esclaves dans l’empire portugais et à prendre conscience de l’influence de l’ascendance africaine dans la culture portugaise actuelle.

Romualda Fernandes

Pour sa part, Romualda Fernandes,65 ans, originaire, elle aussi, de Guinée-Bissau figurait sur une liste éligible au 19e rang, présidée par le secrétaire général du Parti socialiste portugais. Elle est actuellement conseillère à la mairie de Lisbonne.

Elle a été récemment conseillère juridique du premier Haut Commissaire pour l’intégration et les minorités ethniques (ACIME) et de consultant auprès de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM). Elle est militante socialiste depuis 20 ans. Romualda Fernandes vit au Portugal depuis 52 ans , pays où elle est arrivée à l’âge de 13 ans. Elle a vécu et travaillé entre la Guinée-Bissau et le Portugal.

Après avoir terminé ses études en droit en 1980, Romualda Fernandes a suivi un programme de troisième cycle en droit international appliqué à l’économie, aux nationalités, aux affaires étrangères et au droit humanitaire à l’Institut des hautes études internationales (IHEI) de l’université Panthéon-Assas – Paris II., France.

Au Portugal, après avoir suivi le troisième cours spécial de formation à la magistrature du Centre d’études judiciaires, elle a commencé son activité professionnelle en 1984 en tant que juge à la Cour civile du Palais de justice, sous la direction du juge Fernando José de Matos Pinto. Monteiro et le tribunal correctionnel et pénal de Boa Hora.

En Guinée-Bissau, Romualda Fernandes a exercé les fonctions de délégué du Procureur de la République, de procureur général adjoint de la République et de membre du Conseil supérieur de la magistrature judiciaire, chargé de tâches disciplinaires et d’inspecteur.

Toujours en Guinée-Bissau, elle a exercé les fonctions de conseillère juridique dans le domaine de la réforme judiciaire, dans le système judiciaire en vue de la privatisation des entreprises publiques dans le cadre du projet de soutien au commerce et à l’investissement – TIPS – mis en œuvre par une agence américaine Développement en Guinée-Bissau.

De retour au Portugal, elle a travaillé pendant environ 16 ans en tant qu’assistant / assistant dans les bureaux du gouvernement, ce qui lui a permis d’acquérir de l’expérience dans des domaines de conseil, notamment l’Organisation internationale pour les migrations – OIM, la Direction générale des affaires consulaires et les communautés portugaises ainsi que le ministère des affaires étrangères, pour les questions de migration.

Avec toute cette expérience acquise au fil des années, associée à une grande facilité de communication et de médiation pour résoudre les problèmes, à une volonté de conseiller et de guider et une défense,sans compromis, des droits de l’homme et des valeurs, elle estime se sentir à l’aise pour entreprendre de nouveaux projets.


Le Portugal avait déjà des députés d’origine africaine à l’Assemblée de la République, mais des pays africains lusophones, anciennes colonies du Portugal: en 1995, le parti socialiste a élu Celeste Correia, originaire du Cap-Vert, et le guinéen Fernando Ká, alors que le capverdien Manuel Correia était élu par le parti communiste portugais.

Patrick Ndungidi
Journaliste et Storyteller
https://africanshapers.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *