RDC : Marie-Chantal Kaninda nommée « Executive Director et Head of Corporate Affairs » de Glencore

News Top Manager

Après plus de deux ans comme directrice exécutive du Conseil mondial du diamant (CMD), elle rejoint la multinationale anglo-Suisse en RDC, spécialisée dans l’extraction de matières premières.

En RDC, Glencore exploite actuellement la mine Mutanda, la plus grande mine de cobalt au monde. En 2018, la mine de Mutanda a produit près de 200 000 tonnes de cuivre et plus de 27 000 tonnes de cobalt, soit un cinquième de l’approvisionnement mondial de cobalt.

Avec le président du CMD, Stephane FIschler

« Le moment est venu pour moi de passer à autre chose… De nouvelles opportunités se sont présentées et, à ce stade de ma carrière, j’ai le sentiment que je dois les saisir », a fait savoir Marie-Chantal Kaninda dans un message publié sur le site web du CMD. Bien que son mandat en tant que directrice exécutive du CMD ait officiellement pris fin le 31 août, Marie-Chantal Kaninda, va néanmoins prendre part à l’assemblée générale annuelle du CMD qui aura lieu à Anvers en octobre et à la réunion plénière du Processus de Kimberley prévue à New Delhi en novembre.

Marie-Chantal Kaninda a été nommée directrice exécutive du conseil mondial du diamant (CMD) le 1er mars 2017. Au cours de son mandat, le Conseil mondial du diamant a été invité à s’exprimer pour la première fois au département d’État américain.

La congolaise, qui est considérée comme l’une des femmes les plus influentes en Afrique, a contribué à faire progresser le processus de Kimberley. Elle a également représenté le CMD aux Nations Unies, au Conseil européen, à l’Union africaine, à l’OCDE et dans plusieurs autres événements notamment l’African-Belgium Business Week (ABBW) , où elle a été président d’honneur deux fois de suite.

En outre, au cours de son mandat, Marie-Chantal Kaninda a beaucoup voyagé, rencontrant des ministres africains et des responsables gouvernementaux, et à d’autres moments, des mineurs ordinaires et leurs familles, en particulier lors des visites d’examen du processus de Kimberley. « Pendant toutes ces occasions, j’ai eu le sentiment de renforcer le sens de l’engagement de notre industrie à l’égard de toutes ses parties prenantes, et je pense que nous avons été en mesure de toucher les cœurs et de changer l’esprit des gens », a-t-elle fait savoir dans son message.

Avocate des communautés minières

Le CMD est une organisation industrielle axée sur la prévention des diamants de conflits d’entrer dans la chaîne d’approvisionnement mondiale et qui vise à préserver la valeur attachée aux diamants naturels. Créée en 2000, elle est la seule organisation où le commerce des diamants est totalement représenté, du producteur au détaillant, et comprend les entreprises commerciales les plus influentes, les organisations à but non lucratif et des entreprises privées. Le CMD est la voix de l’industrie internationale du diamant dans une collaboration tripartite avec les gouvernements et la société civile connue sous le nom de Processus de Kimberley.

« Pour beaucoup, le CMD était considéré comme un bastion de l’industrie, principalement axé sur la protection de l’intégrité du diamant sur les marchés de consommation. J’y suis arrivé avec beaucoup d’expérience dans les industries du diamant et de l’extraction, mais clairement en tant que femme africaine qui a passé la plus grande partie de sa vie professionnelle au service des intérêts des mineurs et des communautés minières du continent où je réside. Plus précisément, je suis arrivé au CMD en provenance de la République démocratique du Congo (RDC), un pays où le secteur de l’extraction minière est dominé par les mineurs artisanaux. Tout en étant parfaitement conscient des risques liés à l’exploitation minière artisanale, j’étais et je suis toujours convaincue des possibilités qui s’offrent d’améliorer les ressources diamantifères que peuvent offrir de tels individus et communautés, qui vivent souvent dans une pauvreté abjecte. C’est pourquoi notre organisation représente à la fois les intérêts en amont et ceux en aval de l’industrie du diamant, où le bien-être et l’avenir sont essentiels. Tous les mineurs et les personnes à leur charge dans les pays producteurs sont inexorablement liés à l’intégrité des diamants et des bijoux en diamants sur les marchés où ils sont vendus » explique la nouvelle « Executive Director et Head of Corporate Affairs » de Glencore en RDC.

Titulaire d’un diplôme en économie de l’université de Liège en Belgique, Marie-Chantal Kaninda cumule 21 années d’expérience professionnelle dans le secteur minier au sein de grands groupes internationaux.

Elle a été directrice des relations extérieures pour l’Afrique de Rio Tinto, deuxième groupe minier au monde par sa capitalisation boursière. Avant de rejoindre Rio Tinto, elle a occupé des postes dans les domaines de l’administration, de la communication et des affaires extérieures au sein d’autres sociétés minières internationales telles que Ashanti Goldfields, AngloGold Ashanti et De Beers, premier groupe minier dans le secteur du diamant.

Patrick Ndungidi
Journaliste et Storyteller
https://africanshapers.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *