Strive Masiyiwa élu au conseil d’administration de la National Geographic Society

News

La National Geographic Society est une organisation mondiale à but non lucratif créée en 1888 et basée à Washington. Sa principale publication est le magazine National Geographic qui touche près de 50 millions de lecteurs par mois. L’organisation possède aussi la célèbre chaîne de TV « National Geographic », disponible dans 162 pays en 27 langues.

Originaire du Zimbabwe, Strive Masiyiwa est le fondateur et le président du groupe Econet, une société de télécommunications, média et technologie présente dans 29 pays. Son élection a été annoncée par Jean Case, président du conseil d’administration de lla National Geographic society et Tracy R. Wolstencroft, présidente et directrice générale de l’organisation.

« Nous sommes ravis d’accueillir Strive au sein du conseil d’administration de la National Geographic Society. Une organisation à but non lucratif telle que la Société nécessite un leadership qui reflète le monde interdépendant complexe dans lequel nous vivons. Fort de son expérience considérable dans le commerce international, l’esprit d’entreprise et la philanthropie, Strive fournira la perspective et l’expertise mondiales dont nous avons besoin pour mener à bien notre mission », a déclaré Jean Case, président du conseil d’administration de la National Geographic Society.

Strive Masiyiwa siège actuellement au conseil d’administration d’Unilever, la société transnationale de biens de consommation, ainsi qu’aux conseils consultatifs mondiaux du Council on Foreign Relations et de l’Université de Stanford. En 2013, l’ONU et la Banque mondiale l’ont nommé au conseil consultatif de l’initiative « Énergie durable pour tous ». En outre, il est administrateur de Asia Society; membre du Comité sur la conscience du musée du mémorial de l’Holocauste des États-Unis et faisait partie du cercle des fondateurs de la Carbon War Room, une initiative créée par Sir Richard Branson pour promouvoir des solutions énergétiques basées sur le marché et à faibles émissions de carbone pour lutter contre le changement climatique. Strive Masiyiwa est également président du conseil de l’Alliance pour une révolution verte en Afrique (AGRA), qui s’emploie à améliorer la sécurité alimentaire et les niveaux de revenus de 30 millions de ménages agricoles d’ici 2021.

Engagé à l’égard de la prochaine génération d’entrepreneurs africains, Strive Masiyiwa conseille des jeunes de tout le continent sur sa page Facebook, atteignant ainsi plus de 3,5 millions de followers. Avec son épouse, Tsitsi, il a également fondé la Higher Life Foundation, qui a permis l’éducation de plus de 250 000 enfants orphelins et vulnérables en Afrique au cours des deux dernières décennies.

Tsitsi Masiyiwa

« Les connaissances approfondies de Strive sur l’Afrique seront extrêmement utiles, car nous collaborons avec des scientifiques locaux, des professionnels de la conservation et des représentants gouvernementaux pour préserver certains des derniers lieux sauvages de la Terre, tels que le parc national de Gorongosa au Mozambique, le bassin de la rivière subsaharienne de l’Okavango et le parc national de Pendjari au Bénin. Alors que la National Geographic Society envisage de contribuer à la conservation de 30% de la planète d’ici 2030, les connaissances de Strive seront essentielles à notre succès », a fait savoirTracy R. Wolstencroft, présidente et directrice générale de la National Geographic Society.

©Gabriel Dusabe

Strive Masiyiwa est le premier milliardaire de son pays d’origine le Zimbabwe. Dans l’édition 2019 du magazine Forbes, sa fortune a augmenté s’évaluant désormais à 2,3 milliards de dollars, contre 1,6 milliard de dollars l’an dernier .

En 2014 et 2017, le magazine Fortune a classé Strive Masiyiwa sur la liste des «50 plus grands dirigeants du monde».

Patrick Ndungidi
Journaliste et Storyteller
https://africanshapers.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *