RDC : Sr Catherine Mutindi lauréate du prix Opus 2019

News Portrait

Fondatrice de l’Ong « Bon Pasteur » en RDC, elle a reçu, le 21 novembre, le 16e prix annuel Opus, doté d’un million de dollars, pour son travail humanitaire en RDC. L’événement s’est déroulé au Centre pour la citoyenneté mondiale de l’université Saint-Louis, aux USA.

Le prix Opus est décerné chaque année à un leader du travail humanitaire confessionnel, en partenariat avec une université catholique. C’est l’une des distinctions les plus prestigieuses au monde pour l’innovation et le travail basés sur la foi et à but non lucratif.

Les deux autres finalistes ont reçu 100 000 usd . Il s’agit de Michael Fernandez-Frey, fondateur et directeur de Caras con Causa, une ONG au service des familles économiquement pauvres des communautés riveraines de la baie de San Juan, à Porto Rico. Caras con Causa s’est engagé à l’éducation des enfants, à la restauration des zones humides après l’ouragan et à l’organisation de communautés pour la reconstruction de maisons menacées de destruction par le gouvernement.

L’autre finaliste est le frère Charles Nuwagaba, vicaire provincial des frères Bannakaroli de Saint-Charles-Lwanga. Nuwagaba supervise un programme d’enseignement primaire et professionnel dirigé par sa communauté religieuse aux abords du bidonville de Kibera, le plus grand bidonville de Nairobi, au Kenya, et le plus grand bidonville urbain d’Afrique. L’école primaire compte actuellement 280 élèves et 260 jeunes, y compris des mères adolescentes inscrites à des programmes de formation professionnelle, tels que l’entretien des véhicules à moteur, la coiffure et la beauté, l’hôtellerie et l’informatique.

Engagement social

Sr Catherine Mutindi est membre de la congrégation Notre Dame de la Charité du Bon Pasteur (Sœurs du Bon Pasteur), une congrégation internationale de religieuses, présente dans 73 pays. L’ordre est réputé pour ses ministères qui protègent et autonomisent les adolescentes, les femmes, les enfants à risque et les victimes de violations des droits humains, notamment de la traite et de l’exploitation sexuelle.

« Sr. Catherine s’attaque au problème de l’esclavage moderne chez les enfants de 4 et 5 ans, travaillant dans des mines hautement toxiques au cobalt, afin de gagner de quoi nourrir leur famille ce jour-là. En relativement peu de temps, elle a transformé la vie de 3 000 enfants et d’innombrables adultes et a littéralement restauré leur humanité. Elle leur donne de l’espoir », a déclaré Don Neureuther, directeur de la Fondation du prix Opus.

Sister Catherine Mutindi, founder of Bon Pasteur in Congo, is seen in an undated photo talking with children. Sister Mutindi, a member of Our Lady if Charity of the Good Shepherd, has been awarded the 16th annual Opus Prize, given annually to a leader in faith-based humanitarian work. (CNS photo/courtesy Opus Prize Foundation) See OPUS-PRIZE-MUTINDI Nov. 22, 2019.

Pour sa part, Fred P. Pestello, président de l’université de Saint Louis a déclaré : « en tant qu’université mondiale jésuite et catholique, SLU valorise les occasions de s’informer et de s’inspirer des leaders de la transformation, tels que les trois humanitaires récompensés comme finalistes du prix Opus. Grâce à leurs expériences communes, nos étudiants, nos professeurs et notre personnel ont eu l’occasion de constater à quel point le fait d’être des hommes et des femmes pour et avec les autres peut avoir un impact incroyable.»

Le travail de Bon Pasteur a été reconnu par le gouvernement de la RDC et par de nombreuses ONG, dont Amnesty International, comme la seule ONG à lutter efficacement contre les violations généralisées des droits fondamentaux des enfants, des adolescentes et des femmes dans les communautés artisanales minières de Kolwezi. En outre, explique-t-on, l’approche adoptée par Bon Pasteur pour atténuer le travail des enfants a été identifiée par plusieurs bureaux de gouvernements congolais nationaux et locaux, ainsi que par l’ONU, l’UNICEF, la Banque mondiale, World Vision et les représentants de nombreuses sociétés minières internationales. initiative.

En 2012, Sr Catherine a fondé Bon Pasteur en République Démocratique du Congo après avoir été invitée par l’évêque du lieu à venir à Kolwezi pour travailler avec les veuves et les orphelins. Elle a d’abord écouté la communauté et, au bout de 10 mois, a élaboré un plan quinquennal axé sur les moyens de subsistance alternatifs à l’exploitation minière, y compris l’agriculture. Elle a abordé les questions liées à la violence de genre et la maltraitance physique des enfants; aux politiques de protection de l’enfance et à la colarisation des enfants; et au renforcement civique.

La vision de Bon Pasteur est basée sur une société congolaise inclusive et démocratique où les droits des filles, des femmes et des enfants sont protégés et promus. Pour concrétiser cette vision, Bon Pasteur a développé un vaste programme de protection de l’enfance, qui comprend une éducation holistique de rattrapage, un soutien psychosocial, un système de référence pour les personnes maltraitées et une éducation aux droits humains, qui visent tous à atténuer le phénomène des pires formes de travail des enfants. orphelins et enfants vulnérables.

Patrick Ndungidi
Journaliste et Storyteller
https://africanshapers.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *