Éthiopie : Samuel Tafesse, le Magnat de l’immobilier, a reçu un Doctorat Honoris Causa

News Top Manager

L’entrepreneur et businessman éthiopien, Samuel Tafesse a reçu, le samedi 1 février, un doctorat honoris Causa de de la Lincoln University (USA) et de la Western University College (Ethiopie). L’événement s’est déroulé au Skylight Hôtel à Addis-Abeba, en présence d’Hirut Woldemariam, la ministre éthiopienne des Sciences et de l’enseignement supérieur, et  de Mikhail Brodsky , président de l’Université de Lincoln. Samuel Tafesse a été récompensé pour avoir créé de l’emploi en faveur de milliers de personnes en Éthiopie et pour ses initiatives philanthropiques.

Le magnat de l’immobilier, âgé de 62 ans, est le fondateur de Sunshine Investment Group, l’une des plus grandes entreprises d’Éthiopie, avec un chiffre d’affaires de plus de 100 millions USD. L’entreprise compte quatre branches Sunshine Construction (4131 employés) ; Sunshine Foundation(81 employés) ; Sunsisters Trading(235 emplyés)  ; Sunshine Business(28 employés).

Sunshine Construction est une société immobilière qui développe des propriétés résidentielles, de loisirs et commerciales en Éthiopie et au Moyen-Orient. Depuis sa fondation en 1983, Sunshine a construit près de 5000 propriétés résidentielles et commerciales en Éthiopie, y compris la première propriété de marque Marriott en Afrique – le Marriott Executive Apartments à Addis-Abeba. La société a précisément construit 3254 appartements et 427 villas. Sunshine est également un important entrepreneur du gouvernement qui construit et entretient chaque année des milliers de kilomètres de routes à travers le pays. A ce jour, l’entreprise a construit 1129,78 Km de routes.

Des débuts très modestes

Selon Forbes, Samuel Tafesse est l’un des hommes les plus riches d’Afrique, avec une fortune nette estimée à 1,6 milliard de dollars en 2015. Le businessman a commencé comme un entrepreneur individuel allant de maison en maison pour réparer les toits. Sunshine Construction a été créée en 1984 en tant qu’entreprise individuelle et plus tard en 1993 transformée en société anonyme.

Samuel Tafesse est né à Addis-Abeba d’une famille à faible revenu, où ses parents avaient du mal à payer ses frais de scolarité ainsi que ceux de ses frères et sœurs et moi. En tant qu’aîné de la famille, il a décidé de prendre la responsabilité de subvenir aux besoins de la famille à un âge relativement jeune. Ainsi, à l’âge de 14 ans, alors qu’il était encore au lycée, il est devenu préposé au stationnement au stade d’Addis-Abeba. Tout en travaillant comme préposé, il vendait différents produits : chewing-gum, soda, cigarettes, etc.

Après avoir terminé ses études secondaires, Samuel Tafesse a travaillé pour une petite entreprise de construction où il était chargé dans l’entretien des toitures et des peintures pour les clients de l’entreprise. Il a ensuite rejoint l’université d’Addis-Abeba à l’âge de 19 ans pour étudier l’ingénierie, mais a abandonné après 3 ans, afin de continuer à subvenir aux besoins de sa famille.

Après avoir travaillé dans le secteur de la construction, bien qu’à petite échelle, comme réparateur de toitures, Samuel Tafesse était devenu fasciné par l’industrie immobilière et souhaitait y évoluer. Pour avoir un permis de construction en 1986, il fallait un capital minimum d’environ 365 $ aujourd’hui, mais qui valait beaucoup plus à l’époque. Samuel Tafesse, qui n’avait pas l’argent requis, en a emprunté à un ami et a enregistré Sunshine Construction Limited. Il a ensuite commencé à chercher du travail et a décroché un contrat pour un travail d’entretien du toit à l’hôtel Wabe Shebelle. Ce travail, assez rentable, lui a permis d’économiser de l’argent. Cela lui a donné de la confiance et il a commencé à aller dans d’autres hôtels, bâtiments commerciaux et organisations gouvernementales pour obtenir des contrats de construction et d’entretien similaires. A partir de là, tout s’est enchaîné.

Premier hôtel de marque Marriot en Afrique

L’activité principale de Sunshine Construction a d’abord été la construction d’infrastructures telles que le routes et les ponts à grande échelle et les développements immobiliers à grande échelle. Mais comme l’entreprise de construction était devenue prospère, Samuel Tafesse commencé à investir les bénéfices de l’entreprise dans la construction de propriétés résidentielles que Sunshine revendait ensuite. L’entreprise s’est ensuite étendue à la construction d’hôtels et d’autres propriétés commerciales.

En 2015, Sunshine a ouvert le premier hôtel de marque Marriott en Afrique subsaharienne et les premiers Marriott Executive Apartments en Afrique. En outre, l’entreprise de Samuel Tafesse a signé un accord avec Marriott International et Hilton Worldwide pour développer trois nouvelles marques d’hôtels en Éthiopie sous l’égide de Sunshine.

« Je ne m’engagerai pas dans une industrie que je ne connais pas suffisamment. Il est important de bien connaître le secteur dans laquelle vous investissez », avait fait savoir l’entrepreneur au cours d’une interview accordée à Forbes.En dehors de l’immobilier, Samuel Tafesse s’intéresse actuellement à la production d’électricité. Ainsi, son entreprise s’est associée à Globeleq, l’une des principales sociétés électriques africaines pour établir un parc solaire IPP de 100 MW en Éthiopie.

Redonner à la communauté

Samuel Tafesse a également créé, depuis 2009, la Sunshine Philanthropy Foundation qui fournit un soutien financier aux enfants pauvres de différentes régions de l’Éthiopie, afin qu’ils puissent aller à l’école.La fondation s’est engagée à améliorer la vie des enfants socialement défavorisés et des enfants bénéficiant d’un soutien familial inadéquat, jeunes adultes ainsi que les familles à faible revenu. Ainsi, La Sunshine Philanthropy Foundation a investi plus de 1,5 millions Usd pour construire trois écoles dans trois États régionaux d’Éthiopie, tandis que la 4e école est en construction dans l’État régional d’Amhara, dans la ville de Mehal-Meda.

Actuellement,1 200 enfants et jeunes adultes dont 556 filles,  bénéficient du soutien philanthropique et social  de Sunshine Philanthropy Foundation.Les écoles sont destinées aux enfants défavorisés dont les parents ne sont pas en mesure de payer les frais de scolarité. Ces écoles sont situées à Nekemet, Axum et Agena. La Fondation fournit une aide financière comme une allocation, des uniformes et tout coût supplémentaire dont les élèves pourraient avoir besoin. Ces écoles, selon Samuel Tafesse, offrent non seulement une éducation, mais aussi un sentiment de sécurité pour que les élèves excellent et atteignent leur plein potentiel.

Sunshine Foundation construit également un centre pour personnes âgées à Addis-Abeba qui coûtera près de deux millions Usd. La « Sunshine Philanthropy Foundation Elderly Care Center » accueillera 500 personnes âgées sans-abri lorsqu’il sera opérationnel en 2021. « Je m’intéresse particulièrement à ces projets car j’y trouve le plus de réalisations et je veux que ce soit le point culminant de mon héritage », a fait savoir Samuel Tafesse à Thereporterethiopia.com.

Une autobiographie

A l’occasion de la remise de son doctorat Honoris Causa, Samuel Tafesse a également publié son autobiographie intitulée «Tegbar», qui a été distribué gratuitement lors de l’événement. Le livre , écrit en amharique et en anglais, relate le parcours de l’entrepreneur : éducation, défis et sa détermination continue à atteindre mes objectifs. « La raison pour laquelle j’ai écrit ce livre est de raconter mon histoire de mon éducation indigente et comment je m’y suis pris pour construire une entreprise historique connue sous le nom de Sunshine », a expliqué l’entrepreneur.

Samuel Tafesse espère, dans les prochaines années, commencer à transférer le leadership de son entreprise à d’autres, y compris ses enfants qui ont prospéré avec lui et sont devenus partie intégrante de son succès. Il souhaite également pouvoir assister à de nombreuses cérémonies de remise de diplôme des étudiants qu’il a aidés au fil des ans pour assister au peu d’investissement qu’il a fait dans leur vie et qui a contribué à transformer leur vie. « Je veux pouvoir avoir de nombreuses conversations avec eux sur la façon de transformer le récit de notre bien-aimée Éthiopie », a fait savoir l’entrepreneur.

« Pour moi, il ne s’agit plus d’argent. Si c’était la seule intention et motivation, je ne ferais pas ce que je fais maintenant. La raison pour laquelle je viens au bureau à sept heures du matin, six jours par semaine, est de motiver et d’exécuter ma vision par l’exemple. Continuer à apporter de la valeur au domaine de la construction, et plus important encore, c’est donner des emplois et des opportunités scolaires à mes compatriotes éthiopiens.Parce que c’est mon premier véritable emploi qui m’a mis le pied à l’étrier. Ce qui est considéré comme des emplois sans issue pour d’autres, m’a finalement donné une chance d’exceller et de créer des opportunités pour mes propres enfants, la meilleure des opportunités qui ne m’a pas été offerte quand j’avais leur âge. Tout le succès, les luttes, la sueur est ce qu’est ma vie. Je n’ai jamais pris de raccourci. Il n’y a pas de raccourci dans le succès, surtout lorsque vous créez une telle entreprise. Cependant, il serait erroné de ma part de ne pas mettre l’accent- encore et encore – sur ma chance réelle ».

Patrick Ndungidi
Journaliste et Storyteller
https://africanshapers.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *