Isabel Dos Santos: « votre meilleur pari dans le business c’est vous, vos compétences, votre motivation et votre passion »

News Top Manager

La femme d’affaires angolaise, Isabel dos Santos, 45 ans, est la femme la plus riche d’Afrique et l’aînée des enfants de l’ancien président angolais, José Eduardo dos Santos, au pouvoir de 1979 à 2017. En 2013, selon une étude de Forbes, sa fortune nette était estimée à trois milliards de dollars, ce qui en faisait la première femme milliardaire d’Afrique.

©Epa/Paulo Novais

Cinq années se sont écoulées depuis et sa richesse a continué de croître. Mais être une femme dans un monde des affaires dominé par les hommes n’est pas toujours facile, surtout pour les femmes africaines. Dans cette interview, accordée à Today News Africa et distribuée aux médias par l’African Press Organization (APO), elle parle du monde des affaires, du fait d’être une femme dans un monde dominé par les hommes et de la manière dont elle continue à progresser malgré les défis quotidiens.

Comment les hommes de votre vie (père, mari, autres) ont-ils soutenu votre croissance en tant que femme dirigeante dans le monde des affaires et quels conseils pouvez-vous donner aux hommes pour contribuer à la croissance des femmes dirigeantes?

J’ai réalisé assez tard dans la vie que mon éducation avait été assez rare pour une fille africaine. Mon père m’a élevé exactement comme il l’avait fait avec mes frères et ne m’a jamais dit: « les filles ne font pas cela » ou « les filles ne peuvent pas être cela ». À l’âge de 18 ans, alors que j’allais à l’université, je ne savais pas quelles études effectuer, et je me souviens que mon père m’avait persuadé de devenir astronaute ou informaticien. Je n’ai jamais pensé que c’était quelque chose que les filles africaines ne font pas et ne peuvent pas être.

Enfin, j’ai choisi d’étudier l’ingénierie à l’université et il n’y avait qu’une seule fille (une chinoise) dans ma classe. Je ne me rappelle jamais avoir entendu des choses comme: «Ne vous inquiétez pas, vos frères travailleront et prendront soin de vous» ou «vous êtes une fille; un jour, nous nous marierons et trouverons un homme agréable pour prendre soin de toi ». On m’avait appris à me débrouiller dans la vie et à ne jamais dépendre d’un homme comme père, frère ou mari. Cela m’a construit un fort esprit d’indépendance. Mes parents insistaient tous les deux sur une éducation centrée sur la confiance et la compétitivité.

En tant que femme, j’ai également eu la chance de trouver et d’épouser un mari ouvert d’esprit, qui est également africain et qui n’a jamais vu dans ma carrière personnelle ou ma réussite une menace, et qui m’a permis de consacrer le temps et l’espace auxquels je devais me consacrer à mon travail.

Mon mari a été un pilier de soutien tout au long de ma carrière, essentiel à ma réussite. Il m’a toujours fourni des conseils honnêtes et des encouragements. Il est un excellent père pour nos quatre enfants, étant là pour eux en mon absence, pendant mes longs horaires de travail et mes voyages à l’étranger.

Le conseil que je donnerais aux parents est d’instaurer très tôt un sentiment de confiance et de responsabilité vis-à-vis de leurs filles. Apprenez-leur à se débrouiller seuls et à ne compter que sur elles-mêmes. Enseignez à votre fille les compétences de vie. Enseignez à votre fille les compétences pour gérer au mieux ses finances, son salaire et ses investissements. Et de plus, traitez-la en tant que personne indépendante et en tant qu’être humain entier, avec un rôle réel dans la société, à la hauteur de celui de l’homme.

Dans une société dominée par les hommes, quels sont les plus grands défis auxquels vous faites face en tant que femme entrepreneure?

Dans le monde des affaires, il y a très peu de pairs féminins, et c’est sans aucun doute une société très dominée par les hommes. La discrimination et les préjugés existent. À diverses occasions lors de réunions de travail, il m’est arrivé que la partie avec laquelle je négocie se contente de consulter mon conseiller ou mon avocat, pour voir ce qu’il a à dire, même si je suis le propriétaire / l’actionnaire de l’entreprise et que j’ai déjà clairement énoncé ma décision.

Vos avis sont souvent pris en seconde position simplement parce que vous êtes une femme. De plus, on me demande souvent: «Quel travail fait votre mari? «Les gens supposent simplement qu’en tant que femme et mère, vous êtes une personne moins capable de négocier à la table ou que vous avez créé votre propre entreprise. Le plus dur pour les femmes est de mobiliser des capitaux et d’investir dans leur entreprise, car le système financier a «plus de confiance» dans les projets dirigés par des hommes.

Y a-t-il des défis particuliers auxquels vous êtes confrontée en tant que femme africaine?

Être très souvent la seule personne noire dans la salle … est un défi, les gens ont tendance à vous traiter différemment. L’image de l’Afrique, malheureusement, a été très mal véhiculée. Le discours sur les économies africaines et les entreprises africaines n’est pas favorable, il est rempli de connotations négatives.

L’Afrique a besoin d’un meilleur marketing pour mieux promouvoir ses réussites. Il existe très peu de connaissances sur les entreprises africaines ou les principaux acteurs du secteur.

Comment maintenez-vous votre force pour continuer?

En tant qu’Africain, j’ai eu la chance de recevoir une excellente éducation. De cette manière, je suis privilégiée et cela me donne un grand sens du devoir de faire plus pour les autres, pour mon pays et pour notre peuple. Inspirer et aider les autres à réaliser leurs rêves, à créer leur entreprise, à trouver un bon emploi et à éduquer leurs enfants.

©Pedro Granadeiro/Global Imagens

Quelles opportunités existe-t-il actuellement en Angola ou dans d’autres pays du continent pour les femmes qui souhaitent gagner de l’argent et créer des entreprises performantes?

Les opportunités pour moi commencent toujours par une question simple: que savez-vous faire? En quoi es tu bon? Et là, vous trouverez votre opportunité. L’Angola en particulier dispose de nombreuses ressources inexploitées: minéraux, agriculture, fabrication, services et tourisme. Chacun présente un niveau de complexité différent, des besoins d’investissement différents, mais tous constituent des points de départ solides et possibles.

Plus l’entreprise est complexe, plus elle vous demandera d’expérience et de compétences, et plus de capital sera nécessaire. Aujourd’hui, le secteur bancaire angolais propose des financements et des emprunts pour les bons projets et les bonnes entreprises, et il est vrai que les taux d’intérêt restent élevés et que des garanties collatérales ou partielles sont nécessaires, ainsi que du capital de départ (épargne ou terrain) comme capital des investisseurs. L’Angola importe plus de 9 milliards de dollars de produits alimentaires et de biens de consommation.

Aujourd’hui, l’Afrique dans son ensemble continue d’importer de grandes quantités de produits de base et de biens de consommation. Une bonne opportunité en Afrique serait la production à moyenne échelle de produits agricoles ou d’élevage . De plus, dans certains pays, la classe moyenne grandit avec un revenu disponible croissant, et le tourisme interne, comme les gîtes, et les gîtes ruraux constituent également une opportunité en développement pour les petites entreprises familiales.

Un enseignement privé de qualité et des cliniques de santé privées sont également des secteurs de croissance potentielle des entreprises en Afrique, car les gens veulent investir dans l’éducation de leurs enfants. Les plus grandes opportunités, pour des investissements plus capitalistiques et des contrats plus importants, résident dans des industries telles que le verre ou la fabrication de pièces de rechange pour la construction ou l’exploration minière.

Comment commencer un bon business?

Votre meilleur pari dans le business c’est vous, vos compétences, votre motivation et votre passion. Vous devez avoir une idée, élaborer un plan quinquennal, préparer votre argent, fonder votre idée en détail, être persévérant et vous associer à une équipe de confiance. Restez toujours passionné et exécutez – ne déléguez pas.

Quels sont les trucs et astuces que vous pouvez partager avec les jeunes femmes sur la gestion du temps, le fait de jongler avec des responsabilités et l’autosuffisance face aux différents projets et responsabilités?

Malheureusement, le temps fait partie de ces choses dont aucun d’entre nous n’en a assez! Nous finissons toujours par sacrifier quelque chose, que ce soit moins de temps avec notre famille, nos amis ou notre vie sociale. Ou encore moins de temps à la gym! C’est un défi. Les priorités sont la clé. Vous devez allouer votre temps à vos priorités et celles-ci doivent correspondre à vos attentes.Comment gérez-vous votre temps avec tous vos projets et responsabilités?

Parce que vous êtes la femme la plus riche d’Afrique, beaucoup de gens doivent vous demander la charité et un soutien pour leurs projets sociaux.Avez-vous établi un moyen formalisé de redonner à la société?

Soutenir les entreprises sociales a toujours été une priorité. Depuis le début, j’ai installé dans mes entreprises une division spécifique pour les programmes de responsabilité sociale et de parrainage. Nous parrainons plusieurs œuvres de bienfaisance et nous gérons nos propres programmes. Ma vision est d’avoir une meilleure société; c’est important pour nous de redonner et d’aider les autres. Aujourd’hui, faire des dons fait partie de la culture de notre entreprise. Nous employons des milliers de bénévoles qui participent à la gestion de nos programmes dans la communauté.

Nous avons créé une culture qui engage les gens et chaque personne a la possibilité de jouer un rôle actif dans nos entreprises sociales. Nous finançons et gérons un programme important et diversifié d’initiatives en matière de responsabilité sociale, telles que: soutenir un hôpital pédiatrique pour enfants, où nous sommes l’un des plus importants donateurs et partenaires; nous finançons et menons la plus grande campagne nationale de lutte contre le paludisme et de prévention de cette maladie.

Nous parrainons un organisme de bienfaisance pour les initiatives en faveur de l’eau saine dans les communautés pauvres; avec nos volontaires, nous organisons un programme «journée spéciale» pour les enfants défavorisés ou malades, au cours duquel nous organisons des journées spéciales de jeu et des aventures amusantes pour plus de 10 000 enfants dans tout le pays, afin de leur offrir des expériences qu’ils n’auraient jamais autrement. L’année dernière, j’ai lancé le premier téléthon de Noël sur le réseau national de télévision , ce qui nous a permis de nous associer à plusieurs entreprises et sociétés afin de mieux répondre aux besoins des communautés.

J’ai encouragé tous nos employés à faire partie de nos programmes de responsabilité sociale, en tant que bénévoles, car je pense que nous devons multiplier nos efforts et qu’ensemble nous sommes plus forts. Je suis personnellement très impliquée en tant que donateur, mais je participe aussi personnellement à ces actions, ainsi qu’à l’organisation d’activités sociales et à un dialogue direct avec la communauté, car c’est un engagement ferme que j’ai pris pour améliorer notre société.

Comment décidez-vous des causes à soutenir et à quel moment dire non?

Je choisis de soutenir ces initiatives qui sont centrées sur les besoins des enfants et qui mettent l’éducation et les soins de santé au cœur de mes activités. La lutte contre le paludisme est une cause qui me tient à cœur et je suis très déterminée à contribuer à son éradication.

Je m’engage un jour à voir l’Afrique débordée d’entrepreneurs, petites et grandes entreprises, avec des initiatives ambitieuses, pleines de persévérance, de soutien et d’opportunités. Dans ma vision, je pense que nous avons un véritable levier de changement en Afrique et que ce ne sont pas nos ressources, mais notre éducation.

© AFP Photo

La qualité de l’éducation que nous pouvons donner à nos enfants déterminera l’avenir de l’Afrique. Pour quiconque rêve de changer l’Afrique, l’éducation est la clé. Nous devons éduquer nos filles, qui sont les futures mères, et une encyclopédie de la connaissance pour leurs enfants.

Partager
Patrick Ndungidi
Journaliste et Storyteller
https://africanshapers.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *