Patrick Awuah, fondateur de l’ ultra-moderne université Ashesi au Ghana

Portrait

L’entrepreneur ghanéen, fondateur et président de l’université Ashesi au Ghana est le premier africain et aussi le plus jeune lauréat à avoir remporté le prestigieux Wise Prize for Education 2017, le « Nobel de l’éducation », créé en 2011 par la Qatar Foundation. Le prix lui a été remis lors d’un événement à Doha au Qatar. Le Wise Prize for Education est la première distinction à reconnaître un individu ou une équipe de six personnes pour sa contribution exceptionnelle et de dimension mondiale à l’éducation. Le lauréat reçoit la médaille d’or du Prix ainsi que 500 000 dollars USD.

Ancien employé de Microsoft, en tant que program manager, aux USA, où il est diplômé de l’université du Swarthmore College (Pennsylvanie) et de l’université de Californie à Berkeley, Patrick Awuah est revenu au Ghana où il a créé l’Ashesi University College en 2002. Objectif : créer une université qui enseigne les compétences du 21ème siècle et forme une élite intellectuelle.

Selon son fondateur, Ashesi propose une éducation fondée sur deux piliers : l’éthique et l’empathie d’une part, l’innovation et la résolution de problèmes d’autre part. En 2002, l’université a ouvert ses portes dans une maison en location avec une première classe de 30 étudiants. Aujourd’hui, elle possède un campus moderne sur 100 hectares avec plus de 900 étudiants.

Ashesi University College offre une formation de quatre ans en ingénierie, administration des affaires, informatique et systèmes d’information de gestion. La moitié des étudiants sont des femmes, 25 pays sont représentés sur le campus et 50% des étudiants sont des boursiers. Les étudiants suivent également des cours de leadership, d’éthique et entrepreneuriat.

Chaque année, des anciens reviennent et animent un cours de « dilemmes éthiques » en partant d’un cas qui leur est arrivé pour poser la question aux étudiants de savoir comment ils auraient réagi face à la situation. Par ailleurs, pendant leurs études, les étudiants doivent s’engager dans une association au service d’une communauté.

Les étudiants disposent également d’un code d’honneur de l’université, établi par et pour eux-mêmes , qui les incite à un comportement éthique avec leurs camarades sur le campus. D’autant plus que l’université favorise la mixité sociale avec des étudiants issus de villages ruraux, de bidonvilles et de familles de classe moyenne ou très aisée.

Chaque diplômé d’ Ashesi, selon l’université, a trouvé un emploi de qualité, et presque tous sont en Afrique, où beaucoup ont démarré leurs entreprises.

 

 

 

 

Partager
Patrick Ndungidi
Journaliste et Storyteller
https://africanshapers.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *