Trois personnalités africaines nommées au Conseil de surveillance de Facebook et Instagram

News Tech

Facebook a nommé 20 membres au sein de son nouveau conseil de surveillance,structure indépendante de l’entreprise et qui est chargée d’examiner certaines décisions relatives au contenu de Facebook et Instagram et prendra des décisions contraignantes fondées sur le respect de la liberté d’expression et des droits de l’homme.

L’Afrique est représentée dans ce comité par la camerounaise Julie Owono, défenseure des droits numériques et directrice exécutive d’Internet Sans Frontière ;Maina Kiai, militant des droits humains et directeur du programme Global Alliances and Partnerships de Human Rights Watch au Kenya, et Afia Asantewaa Asare-Kyei, avocate des droits humains et directrice du programme de l’Open Society Initiative pour l’Afrique de l’Ouest du Sénégal, du Ghana et de l’Afrique du Sud.

Julie Owono, Maina Kiai et Asare-Kyei travailleront en collaboration avec 17 autres membres qui parlent plus de 27 langues et possédant divers antécédents professionnels, culturels, politiques et religieux. Au fil du temps, le Conseil passera à environ 40 membres. « Le Comité de surveillance commencera à entendre les cas dans les prochains mois. Dans un premier temps, les utilisateurs pourront faire appel à la Commission dans les cas où Facebook a supprimé leur contenu. Au cours des mois suivants, le Conseil pourra également examiner les appels des utilisateurs qui souhaitent que Facebook supprime du contenu, y compris de la publicité. Le Conseil ne sera pas en mesure de prendre des décisions sur tous les milliers d’appels d’utilisateurs qu’il prévoit de recevoir, mais il donnera la priorité aux cas susceptibles d’avoir un impact sur de nombreux utilisateurs, qui sont d’une importance cruciale pour le discours public ou qui soulèvent des questions sur les politiques de Facebook »,indique un communiqué de presse.

Toutes les décisions du Conseil seront rendues publiques et Facebook doit y répondre publiquement. Les décisions du Conseil seront publiées sur son site Web, tout en protégeant l’identité et la vie privée des personnes impliquées. De plus, le Conseil publiera un rapport annuel public sur ses travaux afin d’évaluer comment le Conseil remplit son objectif et si les membres pensent que Facebook respecte ses engagements.

Les membres du Conseil de surveillance ne sont pas des employés de Facebook et ne peuvent pas être révoqués par Facebook. Ils sont nommés pour un maximum de trois mandats de 3 ans et les panels de cas seront confidentiels et assignés au hasard; aucun Membre ne pourra choisir le panel dans lequel il siège et toutes les opinions seront anonymes. L’indépendance financière du Conseil est également garantie par la création d’un fonds d’affectation spéciale de 130 millions de dollars, totalement indépendant de Facebook, qui financera ses opérations et ne pourra être supprimé.

Les trois membres africains du Conseil

Afia Asantewaa Asare-Kyei, (Sénégal, Ghana et Afrique du Sud),gestionnaire de programme à l’Open Society Initiative pour l’Afrique de l’Ouest

Basée au Sénégal,Afia Asantewaa Asare-Kye a la double nationalité sud-africaine et ghanéenne. Elle est une avocate des droits de l’homme et une professionnelle du développement possédant une vaste expérience dans l’élaboration de stratégies, la conception de programmes, la gestion de subventions, la recherche et l’engagement des parties prenantes en Afrique australe, occidentale et centrale. De nationalité ghanéenne et sud-africaine, elle a une expérience variée dans le soutien et le développement de programmes sociaux transformationnels et de stratégies de plaidoyer à travers la fourniture de conseils techniques et la contribution à la politique et à la programmation des organisations de la société civile sur des questions telles que l’accès à l’information, la liberté d’expression, les droits de l’homme les droits et la justice matérielle, en particulier en ce qui concerne l’inclusion, l’égalité des chances et l’autonomisation des groupes vulnérables et sous-représentés tels que les femmes, les enfants, les personnes handicapées et les LGBTIQ. Asare-Kyei a également travaillé pour un certain nombre d’organisations internationales de développement et philanthropiques à différents titres en Afrique. Elle est diplômée du Center for Human Rights, Faculté de droit, de l’université de Pretoria, en Afrique du Sud. Ses intérêts de recherche portent sur les femmes, les enfants et les droits des personnes handicapées, le féminisme racial critique et les droits socio-économiques des pauvres.

Julie Owono (Cameroun), directrice exécutive d’Internet Sans Frontières, membre du Berkman Klein Center for Internet and Society de Harvard, membre non résident du Digital Civil Society Lab de Stanford.

Julie Owono est une experte des droits numériques et une défenseuse des principes des entreprises et des droits de l’homme dans l’industrie technologique. Elle est directrice exécutive d’Internet sans frontières, une organisation qui défend les droits numériques et l’accès à Internet. Elle est également membre du Berkman Klein Center for Internet and Society de l’Université de Harvard, membre de la société civile numérique de l’Université de Stanford, membre du groupe d’experts ad hoc de l’UNESCO (AHEG) pour la recommandation sur l’éthique de l’intelligence artificielle et membre du Comité d’experts sur l’inclusion numérique de la World Benchmarking Alliance.

Maina Kiai, (Kenya), directeur du programme Global Alliances and Partnerships de Human Rights Watch, ancien rapporteur spécial des Nations Unies sur les droits à la liberté de réunion pacifique et d’association, et ancien chef de la Commission nationale kényane des droits de l’homme et de la Commission kényane des droits de l’homme.

Maina Kiai est directeur des alliances et partenariats mondiaux à Human Rights Watch. Auparavant, il a été Rapporteur spécial des Nations Unies sur la liberté de réunion et d’association et co-directeur fondateur d’InformAction, une ONG kényane des droits de l’homme qui a fait progresser les droits de l’homme par le biais de films documentaires et de débats et de mobilisations communautaires. Il a également été président exécutif fondateur de la Commission nationale kényane des droits de l’homme, un organisme public indépendant, et directeur exécutif fondateur de la Commission kényane des droits de l’homme, principale ONG kényane des droits de l’homme. Tout au long de sa carrière, Maina Kiai a occupé des postes de direction dans d’importantes organisations nationales et internationales de défense des droits de l’homme, a reçu de nombreuses bourses et a été largement publié. Il a été chroniqueur au Nation Media Group et au Standard Group, des médias kényans. Il est le récipiendaire du prix George Kirkland pour les droits de l’homme de l’AFL-CIO, du prix Freedom de Freedom House, du prix Leo Navas de la Fondation des Nations Unies des USA et du prix du fonctionnaire de la Gay and Lesbians Coalition du Kenya, entre autres distinctions.

Patrick Ndungidi
Journaliste et Storyteller
https://africanshapers.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *