​Paris: Sindiso Khumalo en lice pour le Prix LVMH 2020 

Culture & Lifestyle News

La jeune designer sud-africaine fait partie des 20 demi-finalistes de la 7ème édition de ce concours pour jeunes créateurs de mode, lancé en 2014 par le groupe français LVMH, leader dans l’industrie du luxe.

Cette année le concours a enregistré 1 700 candidatures de 110 nationalités différentes. Les 20 demi-finalistes, représentant 17 nationalités, participeront à la prochaine étape de sélection, prévue les 27 et 28 février, au showroom installé au siège de LVMH, au 22 de l’avenue Montaigne à Paris. En dehors de Sindiso Khumalo, les autres finalistes sont notamment originaires de Grande Bretagne, de France, d’Inde,d’Espagne,d’Argentine, des USA,de la Hollande,de Corée, de Vietnam, de la Belgique, du Danemark, de l’Italie,de Chine, du Japon et d’Iran.

Ils présenteront leurs collections devant un jury composé de 68 experts internationaux reconnus du monde de la mode. Ce jury sélectionnera ensuite les 8 designers qui participeront à la finale qui se déroulera à la Fondation Louis-Vuitton, le 5 juin 2020.

Parmi les membres de ce comité figurent notamment Edward Enninful, rédacteur en chef de Vogue UK, le créateur, basé à Londres, Ibrahim Kamara et Pat McGrath, considérée comme la maquilleuse la plus influente au monde. Le lauréat du Prix LVMH pour les jeunes créateurs de mode recevra 300 000 euros et bénéficiera, pendant un an, d’un mentorat de la part d’une équipe spécialement dédiée de LVMH. L’année dernière, le prix avait été remporté par le designer sud-africain Thebe Magugu.

Design durable

Née au Botswana et élevée à Durban, Sindiso Khumalo est une designer textile basé au Cap, en Afrique du Sud. Elle a fondé sa marque éponyme en 2015 avec pour objectif de créer des vêtements modernes et durables en mettant l’accent sur l’histoire africaine. Elle a étudié l’architecture à l’université du Cap avant de déménager à Londres, où elle a travaillé, pendant 8 ans, avec le célèbre architecte britannique d’origine ghanéenne,David Adjaye.

Elle a ensuite obtenu, avec distinction, un Master en « Design for Textile Futures » à la Central Saint Martins College of Art and Design de Londres. En 2019, Sindiso Khumalo a fait partie des 10 designers africains qui ont collaboré avec IKEA pour lancer « Överallt », la première collection d’IKEA made in Africa. Elle a aussi collaboré avec les marques Woolworths South Africa, Vodacom, The Sanlam Handmade Fair sur des designs sur mesure. En octobre 2012, elle a été sélectionnée pour le concours « Elle Magazine Rising Star » et a présenté sa première collection SS13. En février 2013, sa robe Aretha a été nominée pour «le plus bel objet d’Afrique du Sud» par le Design Indaba à Cape Town.

Inspirée par sa mère qui était militante, Sindiso Khumalo, explique-ton, a été motivée à introduire des valeurs d’égalité sociale et d’autonomisation des femmes dans sa marque. Avec les textiles et l’artisanat au cœur de ses collections, elle travaille en étroite collaboration avec des ONG et de petits ateliers en Afrique du Sud et au Burkina Faso.

Elle conçoit à la main les textiles de ses collections à l’aquarelle et au collage. Au fil des ans, elle a développé un style visuel coloré et unique, qui s’appuie sur son héritage zoulou et ndebele, et aussi du pays du Kwazulu Natal, d’où elle est originaire. La durabilité, l’artisanat et l’autonomisation sont au cœur du label.

Sindiso Khumalo a prononcé des discours aux Nations Unies sur le développement durable dans la mode et travaille actuellement en étroite collaboration avec l’International Trade Center Ethical Fashion Initiative.

Elle s’est également exprimée aux journées européennes de développement. Ses intérêts résident dans les représentations des femmes noires du début du XXe siècle jusqu’aux années 1980, avec un accent sur le portrait pendant cette période. Chaque vêtement raconte ainsi une histoire sur l’Afrique et l’autonomisation des femmes.

En octobre Sindiso Khumalo a remporté le concours « Who’s On Next Dubai » de Vogue Italia. Elle a présenté son travail à la Fashion Week de Milan avec le soutien de Camera Nazionale della Moda. Son travail a été exposé au Royal Festival Hall de Londres, au Smithsonian Museum of African Art de Washington, au Louisiana Museum du Danemark et au Zeitz Mocaa Museum de Cape Town. Ses créations ont aussi été publiées dans Vogue Italia, Vogue UK, Elle Magazine, Marie Claire Magazine et « Africa: Architecture, Culture and Identity.

 

Patrick Ndungidi
Journaliste et Storyteller
https://africanshapers.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *